Skin Trade de George R.R. Martin

Titre : Skin Trade
Auteur : George R.R. Martin
Éditeur : J’ai Lu
Date de parution : 24 septembre 2014

Résumé

Lorsqu’une vague de meurtres frappe la ville qu’elle croyait si bien connaître, Randi Wade, détective privée, est immédiatement en alerte. Non content d’ôter la vie à ses victimes. le tueur les dépossède également de leur peau : un mode opératoire qui rappelle cruellement à la jeune femme l’assassinat de son père vingt ans plus tôt. Déterminée à résoudre cette affaire avec ou sans l’aide de la police. ce n’est pas seulement dans le labyrinthe des rues que Randi devra mener l’enquête, mais dans les recoins les plus sombres de son passé.

Avis de Flymag

note 4

C’est avec le fantastique George R.R. Martin que j’étrenne ma première chronique sur ce blog, je vous remercie donc par avance de votre indulgence pour mon vocable châtié et mon analyse pertinente.

Paru initialement en 1989 dans une compilation Dark Visions (en compagnie des illustres Stephen King et Dan Simmons), ce court roman a obtenu le World Fantasy Award de cette même année. Il faut lui reconnaître une certaine intensité malgré son contenu lapidaire qui tient en 150 pages, ce qui correspond au temps d’avaler son petit déj’ sur l’échelle de vitesse de lecture de Melwasul.

Ce polar-thriller fantastique contemporain met en scène des loups-garous (pardon, des lycanthropes, l’un des héros insiste) dans une sordide histoire de meurtres qui rappelle une série noire survenue il y a vingt ans dans cette même ville. Comme j’ai été briefé sur l’importance d’éviter les spoilers, je ne vous dirais pas que l’assassin est le facteur… puisqu’il n’y en a pas dans l’histoire (j’espère que vous n’avez pas fermé cette chronique après les points de ponctuation).

Je ne céderais pas à la tentation de comparer cet amuse-gueule frivole à la puissance narrative du Trône de Fer, le contexte étant radicalement différent. Les personnages sont intéressants de part leurs failles (notamment Willie le co-héros) ce qui profite au réalisme de l’histoire. Cependant, hormis l’originalité de désavouer l’importance de la lune, tous les us et coutumes lycanthropiques sont repris (vulnérabilité à l’argent, métamorphose…). Ceci permet aux fans du genre d’être rassurés et nul doute qu’ils apprécieront cet opus rythmé.

L’univers décrit est assez sombre et gore, entre vieux manoirs et victimes « épluchées ». Quant à l’enquête menée et l’histoire en général, elles ne suscitent pas de retournement de situation inattendu à moins d’être né de la dernière pluie. Cela dit, l’ensemble reste plaisant à lire et si je n’avais qu’un seul adjectif à retenir ce serait « divertissant ».

Sur ce, je vous donne rendez-vous pour une prochaine chronique qui concernera encore G.R.R.M. mais dont le contenu est autrement plus consistant, donc dans « un certain temps ».

Fantastiquement,
Flymag

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La lecture est essentielle pour ceux qui cherchent à s'élever au-dessus de l'ordinaire..

Discover Gorgo

Welcome to Gorgo, an author oriented theme.
A place where words matter. Discover without further ado our countless community stories.

Build great relations

Explore all the content form Gorgo community network. Forums, Groups, Members, Posts, Social Wall and many more. You can never get tired of it!

Become a member

Get unlimited access to the best articles on Gorgo and support our  lovely authors. Upgrade Now

© 2020, Themosaurus Theme
Aller à la barre d’outils