Réminiscences de Georgia Caldera

Titre : Réminiscences (Les larmes rouges #1)
Auteur : Georgia Caldera
Éditeur : J’ai lu – Semi Poche Imaginaire
Date de parution : 18 septembre 2013

Résumé
Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s y méprendre avec la réalité.

Avis de Mockingjay
note 5Je remercie infiniment les éditions J’ai lu, pour m’avoir fait découvrir ce livre. J’ai eu mille occasions de le lire et pourtant je n’ai jamais étais plus tentée que ça.
Quelle erreur ! Les presque 800 pages de ce livre n’ont pas étaient suffisantes ! Je veux la suite !

L’histoire
On rencontre Cordélia alors qu’elle est sur le point de se jeter d’un pont (ça nous met de suite dans l’ambiance). Après une dispute virulente avec son père, une petite voix dans sa tête (au sens littéral, il y a vraiment quelqu’un qui lui parle) va la pousser à commettre l’irréparable.
Bon vous vous en doutez bien, elle va rater son coup et être sauver par un mystérieux inconnu qui après s’être assuré qu’elle allait bien disparait. Son père rongé par les remords emmène sa fille à Rougemont, le manoir familial perdu en pleine campagne.

Dès qu’elle aperçoit cette nouvelle demeure, un sentiment étrange s’empare d’elle. Elle connait cet endroit, pas parce qu’elle y est déjà venue étant petite, non c’est autre chose… un peu comme si c’était une autre vie.

Et puis, il y a ce voisin qui semble la surveiller, ce voisin qui n’est autre qu’ Henry De Maltombes, l’homme qui lui a sauvé la vie quelques mois plus tôt.
Bien que tout le monde la mette en garde contre cet homme terrifiant et dangereux, elle n’écoute que son instinct qui lui dit que cet homme est le seul à pouvoir lui expliquer ce qui se passe…

(Mouhahahaha que je suis cruelle. Je viens de me relire et le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai étais plus qu’avare niveaux informations importantes ! ? )

Les personnages
Cordélia, si j’avais rencontré ce personnage dans un autre livre, je l’aurais sûrement détesté. Elle est faible et passe son temps à pleurer. Seulement voila, je crois que si j’étais à sa place je réagirais exactement comme elle ! Elle est perdue, terrifiée, se demande si elle a encore toute sa tête et s’est totalement justifié ! Ici on nous impose pas une héroïne qui pleure parce qu’elle n’arrive pas à choisir entre Pierre et Paul ou parce que la garce de l’école l’a ridiculisé une fois de plus. Non ici on a quelqu’un d’horriblement seul qui doit affronter des horreurs barbares, cruelles et surtout sanglantes L’amatrice de scènes tordues et flippantes que je suis a été comblée au delà de toutes espérances !

Henry, monstre torturé tourmenté et blasé. Cet homme, ce vampire devrais-je dire est incroyablement difficile à décrire. Tout en contradictions. Il est d’une noblesse et d’une gentillesse sans pareil, et pourtant il est cruel, lunatique et déprimant. Fier et sûr de lui, il veut nous faire croire qu’il ne ressent rien alors qu’il n’est que souffrance, regrets et espoir. Le titre de prince des vampires lui va comme un gant.

Mon avis
Si vous vous lancez dans cette lecture, je préfère vous prévenir. C’est à vos risques et périls.
On tremble, on panique, on souffre.

L’auteure nous prend au piège dans un univers d’abord angoissant où l’on se demande si tout est réel ou alors comme l’héroïne on perd complètement la tête.
Ensuite, elle nous torture en nous embraquant dans un monde oppressant, sanglant terrifiant et douloureux.

Chaque doutes que l’héroïne a, chaque blessure qu’on lui inflige, chaque scènes auxquelles elle est confrontée nous touchent et nous traumatisent autant qu’elle.
Moi qui ne supporte plus les vampires (depuis Twilight) j’en redemande ! Ici on a des vampires, des vrais ! Cruels et sanguinaires, certains avides de pouvoir et de sang, d’autres tourmentés et lassés de leur immortalité. Comment les vampires ne ressemblent pas à des boules à facette au soleil ? NON ! Comment les vampires ne cours pas après les cerfs et les pumas dans la foret ? NON ! (Bon en fait, il y en a bien un qui s’y est tenté, et le résultat n’a pas été fameux. Il est mort à moitié fou en s’arrachant les yeux.)

Je n’en vous dirais pas beaucoup la dessus parce que je préfère vous laissez le découvrir et ne pas vous gâcher la surprise mais il y a des «sauts sans le temps» qui nous emmènent au XVIIIè siècle. Et la façon dont l’auteure arrive à nous faire confondre moments présents et passés est spectaculaire.
Les lieux et les décors sont sublimes, les tableaux, le château, les costumes, les robes tout y est magnifique. D’ailleurs l’auteure qui est aussi illustratrice a dessiné un Artbook (qui a l’air magnifique et que je me suis empressée de commander) où sont regroupés tout les costumes, les portraits, les lieux. Pour vous donner une idée de l’univers de ce livre.
Et tant qu’on y est, voici la bande annonce, qui reflète assez bien l’atmosphère dans le quel on est plongé pendant cette lecture.

En lisant ce livre on a l’impression d’être une princesse en plein milieu d’un bal organisé par Tim Burton, qu’un prince démoniaque viendrait sauver.

Il y a cette histoire d’amour. Cette histoire magnifique, poignante, déchirante et bouleversante. Incroyablement belle et douloureuse.

Pour les amatrices de mythes et légendes, pour les amatrices de vampires, pour les amatrices de frisons et de sang, pour les grandes romantiques, lancez-vous, vous ne le regretterai pas.
Le livre a remporté le prix Merlin en 2012, et je comprends pourquoi !

Extraits
«- Quelle idée ! Se scandalisa-t-il en se relevant vivement, observant maintenant Cornélia d’un air choqué. Tu t’égares jeune fille… C’est tout bonnement hors de question ! »
« -Ma réputation ? Répéta-t-elle, hilare tout à coup. Franchement Henry, si c’est tout ce qui t’inquiète alors rassure-toi, je me moque bien de ce que l’on peut penser de moi.
Il sembla s’étonner de la réaction de sa jeune protégée puis haussa les sourcils et marmonna circonspects :
– On ne se soucie donc plus de rien au XXIé siècle…»

«- Vas-y, l’enjoignit-il d’une voix éteinte, restant incroyablement stoïque. Tue-moi, puisque tu le peux. Fais-le, si c’est vraiment ce que tu veux. Je n’essaierai même pas de me défendre… De toute façon, que puis-je perdre désormais ?»

«Parce que le temps n’est rien,
Et qu’il est des histoires qui traversent les siècles…»

MockingJay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La lecture est essentielle pour ceux qui cherchent à s'élever au-dessus de l'ordinaire..

Discover Gorgo

Welcome to Gorgo, an author oriented theme.
A place where words matter. Discover without further ado our countless community stories.

Build great relations

Explore all the content form Gorgo community network. Forums, Groups, Members, Posts, Social Wall and many more. You can never get tired of it!

Become a member

Get unlimited access to the best articles on Gorgo and support our  lovely authors. Upgrade Now

© 2020, Themosaurus Theme
Aller à la barre d’outils