Avant l’aube de Maya Banks

Titre : Avant l’aube (KGI #10)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : Milady romance – Suspense
Date de parution : 25 août 2017

Résumé
Au cours de ses missions, Hancock a plus d’une fois croisé le chemin du KGI comme adversaire ou comme allié. Rebelle et secret, Hancock joue un jeu complexe et il est bien difficile de savoir pour qui il se bat. Une seule chose est sûre : il ne laisse jamais rien ni personne le détourner de son devoir. Jusqu’au jour où on lui confie une prisonnière qu’il doit mener vers son destin fatal. Elle est la première femme à toucher son coeur de pierre… Doit-il sacrifier celle qu’il aime à des intérêts supérieurs ou l’épargner et ainsi renoncer au but qu’il poursuit depuis des années ?
Même dans les heures les plus sombres, on peut trouver l’amour…

Un immense merci à Gwenlan qui a bien voulu intervenir sur le blog.

Avis de Gwenlan
Aujourd’hui je viens vous parler du dixième tome de la série KGI de Maya Banks qui s’appelle « Avant l’aube ». C’est assez étrange de se dire qu’on a déjà lu 10 tomes de cette série. J’ai l’impression que c’était hier que je la découvrais un peu par hasard alors que les deux seuls premiers tomes étaient publiés chez Milady Romance à ce moment là. A chaque fois qu’un nouveau tome est disponible en français, vous devez vous douter que je me jette littéralement dessus et c’est encore une chose que j’ai faite avec « Avant l’aube« . De plus, j’étais quand même très intriguée par le personnage de Hancock qui est le héros de ce tome. On sait qu’il est ni gentil, ni méchant et qu’il peut traîner dans des affaires un peu voir très louches.

Dans ce roman, on commence par faire la rencontre de Honor qui est américaine mais qui est bénévole dans un hôpital au moyen orient. Quand cet endroit est attaqué, elle est la seule à sortir vivante des décombres mais elle ne peut que compter sur elle-même. Elle sait que si les hommes qui ont fait exploser l’hôpital la retrouve… Ils la tueront mais la torturons avant. Et voilà qu’au bout de plusieurs jours, un homme arrive et lui vient en aide. Elle ne le connaît pas. Il dit s’appelait Hancock et ne lui laisse pas le choix. Il va l’aide mais à quel prix?

Il faut savoir que je suis très partagée vis à vis de ce dixième tome de la série KGI de Maya Banks. Je l’ai vraiment adoré mais il y a énormément de choses qui m’ont fait lever les yeux. Enfin avant de parler de ce qui ne va pas pour moi, on va parler des choses très bonnes. Tout d’abord, j’ai bien aimé que nos deux héros ne se rencontrent pas toute suite. Il faut bien attendre entre 50 et 70 pages pour qu’ils se rencontrent vraiment mais ces chapitres sont vraiment très intéressants et ils créent l’attente auprès du lecture et la rencontre entre Honor et Hancock en est plus intense.

On sait très bien que Hancock n’est pas si adorable et gentils que les autres membres du KGI. Ils n’hésitent pas à faire des choses discutables pour arriver à son but… Et là c’est bien ce qu’il a l’intention de faire. Ce n’est pas une surprise, c’est écrit dans la quatrième de couverture… Mais s’il la sauve, c’est pour la donner à quelqu’un qui lui fera encore plus de mal et qui finira par la tuer. D’ailleurs, il va lui falloir du temps pour revoir ses objectifs. Je pensai qu’il le ferait avant. J’ai vraiment aimé ce personnage qui est loin d’être gentil. Il est sombre mais du coup très intéressant. On voit qu’il ne sait pas quoi faire mais qu’il doit aller aussi jusqu’au bout de sa mission. J’ai vraiment adoré cette partie de l’histoire et ce personnage. C’est vraiment prenant.

Il est temps maintenant de parler de Honor et j’avoue que je ne serais pas aussi gentille. Je n’ai rien contre elle mais il y a plusieurs choses qui m’ont dérangées chez ce personnage féminin. Tout d’abord, je n’ose pas imaginer qu’une femme enfin ou une personne puisse être si forte moralement qu’elle semble l’être tout au long du roman. Enfin encore, je me dis que s’il n’y avait que ça, cela irait…. Pour le reste, je vais devoir vous parler un peu plus de l’histoire donc si vous ne voulez pas savoir, je vous conseiller de sauter le paragraphe qui suit.

Donc deux autres choses m’ont terriblement gênée avec Honor dans « Avant l’aube« . La première c’est qu’elle pardonne à Hancock quand il lui apprend qu’il va l’offrir à des gens qui vont la torturer et la tuer. Comment on peut pardonner ça? Non mais sérieusement…. Elle lui dit même qu’elle comprend pourquoi il fait ça et qu’elle ne lui en veut pas. Elle va mourir, elle va souffrir et elle lui pardonne alors qu’il est le coupable de cette situation? Je n’arrive clairement pas à le concevoir et ça m’a fait lever les yeux au ciel plusieurs fois. Le second truc qui m’a horripilé, c’est la scène qui suit juste ce que je viens de vous raconter et c’est la première fois entre nos deux héros…. Déjà on apprend comme un cheveu sur la soupe que l’héroïne est vierge et qu’elle veut que ce soit LUI son premier alors qu’il est un peu son bourreau. Là, ce n’est même plus un syndrome de Stockholm… C’est bien pire que ça! Et puis y a cette scène où il lui apprend à faire une fellation et là j’ai rigolé car on avait pratiquement la même scène dans un autre roman de la série. Je me suis dit que Maya Banks devait vraiment aimé écrire ce genre de scène. Enfin voilà j’ai terminé avec mes petites critiques – ou grosses – sur ce roman.

Après voilà je critique certaines parties de l’histoire qui m’ont fait levé les yeux au ciel mais je ne suis pas non plus surprise de retrouver ces éléments dans la série de KGI. Après, j’ai quand même beaucoup aimé ma lecture et j’ai trouvé l’histoire de Hancock et Honor très intéressante. De plus, on en découvre beaucoup plus sur le personnage de Hancock que j’aime énormément. Après, il faut savoir qu’on ne voit que le KGI à la fin du roman dans les derniers chapitres quand la situation est vraiment partie en cacahuète et que Hancock a réellement besoin d’aide. J’ai vraiment aimé ça car on n’a pas besoin de voir énormément les frères Kelly pour passer un bon moment de lecture et surtout être tenu en haleine.

Pour résumer et conclure cette chronique, j’ai dévoré « Avant l’aube » de Maya Banks. Je vous avoue que je n’ai pas été tendre dans mes critiques mais ce n’est pas pour ça que je n’ai pas apprécié ma lecture. Il est vrai qu’aujourd’hui j’ai peut-être des attentes plus élevées que lorsque j’ai débuté la série. Néanmoins cela ne m’empêchera pas d’attendre la suite avec énormément d’impatience. De plus, je trouve quand même que Maya Banks s’est risquée à quelque chose d’un peu plus sombre, intriguant avec le personnage de Hancock et ça j’adore et j’achète!

Gwenlan

Sous ta protection de Maya Banks

Titre : Sous ta protection (Slow Burn #2)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : Hugo New Romance
Date de parution : 01 octobre 2015

Résumé
Arial a été abandonnée alors qu’elle n’était qu’un bébé et recueillie par une famille extrêmement aisée. Elle a toujours évolué dans un monde de privilèges. Son seul lien avec son passé, c’est le pouvoir qu’elle a sur les éléments, elle est télékinésiste. Or, sa famille adoptive lui a toujours demandé de garder ce don secret et elle a vécu une vie tranquille dans sa cage dorée jusqu’à ce jour ou quelqu’un a commencé à la menacer.

C’est la qu’intervient Beau Devereaux, puisqu’il possède un société de sécurité avec ses frères. Il accepte bien évidemment de protéger Arial lorsque sa famille fait appel à lui. Ce qu’il n’avait pas prévu, c’est de tomber sous le charme de la jeune fille. Ce qu’il pensait être un job comme les autres va devenir une histoire très personnelle qui risque même de lui coûter la vie.

Avis de Melwasul
note 4

Si j’avais été un brin déçue par Protège-moi, premier tome de la série Slow Burn de Maya Banks, que j’avais trouvé trop rapide, trop précipité, j’ai largement préféré ce second opus. Pratiquement 100 pages en plus, 100 pages qui changent (presque) tout. Car tous les défauts du premier ne sont pas corrigés.

L’élément vraiment amélioré c’est l’intrigue policière qui est extrêmement bien développée, bien ficelée jusqu’au bout et qui m’a vraiment emportée. Dans le premier, j’avais trouvé son dénouement bâclé, finit un peu à la va-vite. Ici rien de tout ça. Tout semble avoir été bien réfléchi et je me suis régalée presque comme avec les KGI (une de mes top-série du moment)(d’ailleurs le tome 7 Sous contrôle vient de paraître en français et ne devrait pas tarder à arriver dans ma BAL, je vous en parle donc très vite !). On entre plus dans les détails que ce soit sur le passé de la famille de notre héroïne mais aussi sur celui des Devereaux. Les concernant je suis d’ailleurs sure que nous ne sommes pas au bout de nos surprises sur leur très, très vilain popa…

Nous avons encore ce mélange de suspense et de surnaturel. Un surnaturel, on va dire, explosif dans ce tome. Un surnaturel que j’ai vraiment adoré et cela en partie grâce à Arial (et non pas Ariel). Et pourtant ma rencontre avec Ari a été plutôt compliquée. Je l’ai trouvé vraiment un peu nunuche. Enfin, pas vraiment nunuche, mais juste chouineuse. Certes, il lui arrive des trucs terribles, ses parents ont été enlevés, elle se retrouve seule avec un don qu’elle a bien du mal à maîtriser et qui la laisse lessivée et blessée mais qu’est-ce qu’elle manque de caractère, de courage, de poigne. Enfin, ça c’était au début. Parce qu’une fois qu’elle se découvre quel bonheur ! Elle est littéralement explosive, d’une force et d’un courage à toute épreuve (demandez donc à Caleb, je pense qu’il va se souvenir longtemps de ce qui arrive quand on énerve Ari^^).

Beau est un vrai Devereaux pour sa part, un peu dans la lignée de Caleb. Il est prêt à tout pour protéger sa famille et ceux qu’il aime. C’est d’ailleurs sa seule faiblesse. Et Ari en est la plus grosse preuve. Sauf que c’est là que j’ai eu du mal et c’est la seule chose que je reproche au roman. Une seule journée passée ensemble et c’est déjà l’amour fou alors qu’ils ne se connaissaient ni d’Eve ni d’Adam. Le coup de foudre je veux bien mais là c’était vraiment beaucoup, beaucoup, beaucoup trop rapide. Encore plus rapide que dans le premier. C’est dommage parce que sinon j’aurais trouvé ce roman vraiment parfait.

J’ai retrouvé avec plaisir Caleb (toujours aussi crétin quand il s’y met) et Jamie (qui sait très bien le remettre à sa place quand il faut). Un couple qui marche toujours aussi bien malgré les épreuves qu’ils ont traversé. Je regrette juste de ne pas avoir retrouvé Tori et Quinn, les deux autres membres de la fratrie Devereaux, qui même s’ils sont mentionnés, ne sont pas présents. Par contre, je vous l’annonce j’ai déjà eu un énorme, énorme coup de cœur pour le héros du prochain tome Zach qui est prévu pour le moment pour janvier 2016. Je peux vous dire que je suis donc hyper impatiente. Il a tout pour être le héros parfait (pour vous dire alors qu’il n’était que personnage secondaire il m’a fait bien plus d’effet que Beau !).

Explosivement Vôtre,
Melwasul

Silence brisé de Maya Banks

Titre : Silence brisé (KGI #9)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : Milady romance – Suspense
Date de parution : 24 février 2017

Résumé
Kelly Group International (KGI) : groupe d’intervention familial spécialisé dans les missions militaires à haut risque.
Eden est une des plus belles femmes au monde. Elle fait la couverture de tous les magazines mais sa gloire et sa beauté suscitent la convoitise : des personnes mal intentionnées la traquent. Missionné pour la protéger, Swanson porte encore les marques de son passage en Afghanistan où il a été blessé. Complexé par son apparence, il ne s’autorise pas à rêver à Eden. Et pourtant, il y a quelque chose dans la beauté placide de la jeune femme qui l’embrase et lui donne envie de se surpasser. Ce couple hors du commun réussira-t-il à surmonter les préjugés dont l’un et l’autre sont victimes ?Kelly Group International (KGI) : groupe d’intervention familial spécialisé dans les missions militaires à haut risque.

Avis de Melwasul
note 5

En ce moment, je ne suis que tristesse. La collection Romantic suspense a disparu des éditions J’ai Lu pour Elle et les derniers Suspense de chez Milady Romance ne m’ont pas convaincue. Même la série KGI de Maya Banks est loin d’être au niveau de ses débuts (d’ailleurs je vous ai même pas parlé de sous Haute tension que j’ai mis dix plombes à lire). Bref, tout va mal, je ne sais plus où trouver ma dose de romantic suspense (heureusement qu’il reste la trop rare Karen Rose). C’est donc avec envie et appréhension que j’ai commencé le dernier tome des KGI paru en français : Silence brisé. Et malheureusement, comme pour le précédent, il est un cran en-dessous des premiers.

En fait, l’histoire aurait pu être bonne, le personnage masculin avec un potentiel fou, l’équipe du KGI et les frères Kelly sont toujours au top, mais j’ai eu un gros souci avec l’héroïne et surtout le milieu dans lequel elle évolue et où donc l’histoire évolue aussi. Mes dents n’ont cessé de grincer. Alors que j’aurais pu aimer l’intrigue principale, avec un beau retournement de situation, en fait, il ne s’y passe pas grand-chose dans les trois quarts du roman. Puis vraiment, quelle idée d’avoir choisi ce travail pour l’héroïne ou plutôt de l’avoir traité ainsi. Bon, ce n’est pas tout mais je vais arrêter de râler et vous expliquer ce qu’il en est exactement.

Eden, présentée comme l’une des plus belles femmes du monde, est une mannequin mondialement célèbre, dont le père est un ancien militaire. Eden qui va se retrouver menacée et c’est pourquoi son frère fait appel au KGI, plus particulièrement à Nathan et Joe Kelly avec qui il a servi en Afghanistan. D’ailleurs, il a aussi servi avec Swanny sur cette fameuse mission où ce dernier a été capturé et défiguré. Swanny qui se souvient très bien des photos d’Eden et qui est déjà sous le charme avant même de la rencontrer mais qui craint par-dessus tout son regard, elle la si parfaite, lui le si imparfait. Et c’est bien là le gros du problème.

Alors qu’il y avait un parallèle hyper sympa, avec un beau potentiel, à faire avec La Belle et la Bête évidemment (ohhh punaise comme j’ai hâte de voir le film !) mais en fait, ici, c’est totalement raté. Tout tourne trop autour de la beauté de Eden et de la laideur de Swanny qui n’a que ça à la bouche. Pourquoi le choisir lui si laid qui ne la mérite pas elle est qui est si parfaite. Je pense que ça doit représenter les quatre cinquièmes de ses conversations avec ses coéquipiers et avec Eden. Juste épuisant. Il aurait peut-être été plus judicieux de parler de son traumatisme que de sa cicatrice (même si l’un n’empêchait pas l’autre mais là, se baser 400 pages sur leur physique, c’était juste pénible).

D’ailleurs parlons-en de la belle Eden qui ne mérite pas quelqu’un d’aussi moche que Swanny (et ce n’est pas moi qui le dit hein …). Eden qui est belle, qui est parfaite, et qui mange de la salade pour ne pas prendre un gramme pour les photos, et qui fait du sport pour rester en forme pour ses photos, et gnagnagna, et gnagnagna, et gnagnagna … Elle est siiiiiii belle extérieurement et intérieurement, et siiiiii parfaite, et son métier est siiiiiiiii difficile mais elle est siiiiiii professionnelle, et siiiiiiiiii douce, et siiiiiiiii agréable, et siiiiiiiii belle, et siiiiiiii parfaite, et siiiiiiii pleine de bonté, et siiiiii …. (je vous ai saoulé ? imaginez ça pendant 400 pages)(je suis sûre que vous entendez ma voix crisser dans votre tête et que vous en avez déjà marre). Sinon, à part ça, elle ne sert vraiment pas à grand-chose, on est bien loin des héroïnes à caractère, forte et courageuse. Eden, elle est belle, elle est parfaite, mais elle ne fait pas grand-chose …

En parlant de ne pas faire grand-chose, ce n’est pas entièrement de sa faute non plus, il faut dire, il ne se passe pas grand-chose ici. Un peu au début, beaucoup à la fin où ça devient vraiment intéressant mais au milieu c’est d’un ennui ! Dès le deuxième ou le troisième chapitre, du blabla, du blabla et encore du blabla. Des monologues intérieurs de Swanny, des monologues intérieurs de Eden, de la beauté, de la laideur, encore et encore. Seuls points positifs : l’équipe du KGI, le retournement de situation sur la fin et le retour de Hancock !!! Oui, Hancock déjà croisé dans le tome 7, Sous contrôle, et même avant, qui c’était révélé détestable, vraiment détestable, puis surprenant, totalement surprenant et qui ici est touchant, vraiment touchant. C’est le Monsieur Plus de l’histoire, celui qui fait que même si je suis déçue, que même si je me suis ennuyée, je suis méga impatiente d’avoir le tome 10 entre les mains, Avant l’aube, prévu pour le moment pour le 27 août. Si Silence brisé est un accident permettant de mettre en avant Hancock, son caractère, sa subtilité pour nous offrir sa merveilleuse histoire alors je pardonnerai volontiers à Maya Banks cette erreur. La réponse en août.

Blabla’ment Vôtre,

Melwasul

Sous contrôle de Maya Banks

Titre : Sous contrôle (KGI #7)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : Milady romance – Suspense
Date de parution : 25 septembre 2015

Résumé
Kelly Group International (KGI) : groupe d’intervention familial spécialisé dans les missions militaires à haut risque.

Steele, chef d’équipe au KGI, est une énigme vivante. Il ne laisse jamais ses émotions prendre le dessus, et on le surnomme « l’homme de glace ». Seule Maren Scofield attise en lui une véritable flamme. Décidé à se débarrasser de ce désir qui le perturbe, Steele propose à Maren une nuit ensemble. Va-t-elle effacer son obsession ou déchaîner en lui la passion ? Mais, quand le danger rattrape les membres du KGI, Maren se retrouve au coeur de la bataille. Steele affrontera l’enfer pour se précipiter à son secours. Car il ne laissera personne la sauver à sa place.

Avis de Melwasul
note 5

On pourrait croire au bout du septième tome que je commencerais à me lasser mais il n’en est rien. Peut-être que l’histoire est moins surprenante, reprend certains éléments des tomes précédent mais je me suis encore régalée et je l’ai dévoré avec plaisir. De plus, Maya Banks ajoute une intrigue parallèle depuis Sans répit (le tome 5) et je suis plus qu’impatiente de voir où cela va nous mener. Un personnage des plus détestables qui fait des choses des plus surprenantes ici et sur qui je me pose beaucoup, beaucoup de questions. J’ai hâte d’avoir le fin mot de l’histoire dans le tome 10 qui sort ce mois-ci en VO.

J’étais impatiente de retrouver Steele, notre chef d’équipe du KGI, l’homme d’acier, qui ne laisse jamais rien transparaître. Ou pratiquement jamais. Nous avons commencé à voir les fissures et le cœur qu’il cache derrière son armure lors du tome précédent, Sans pitié et l’histoire de P.J. Ici, l’armure continue de se fissurer tout doucement avant de (rapidement) tomber en morceaux au contact de Maren, médecin (presque) officiel à l’étranger des KGI. En effet, quand celle-ci se retrouve kidnappée, Steele (pour mon plus grand bonheur) ne se cache plus et admet plutôt facilement ses sentiments. Je dois dire que j’ai énormément apprécié que contrairement aux intrigues habituelles le héros ne réfléchisse pas dix mille ans à ses sentiments.

Je dois avouer que j’avais une petite appréhension avant de commencer ce septième tome, la faute à des thèmes déjà présents dans les précédents. Mais une fois encore, Maya Banks a su se diversifier et m’entraîner dans son aventure. Je me suis régalée (presque) du début à la fin et une fois encore, j’ai retrouvé avec bonheur tout l’univers des KGI. Que ce soit la famille Kelly, toujours bien présente, ou les autres membres des différentes équipes, les anciens dont on a des nouvelles ou les petits nouveaux que l’on apprend à connaître. Steele est totalement à la hauteur de ce que j’en attendais et Maren est une héroïne digne de nos KGI : forte, courageuse, drôle, solide et parfaite pour tenir tête à ces amas de testostérone et virilité.

On retrouve donc l’humour, la bonne camaraderie, les émotions et l’action des tomes précédents sans que ce soit pour autant répétitif. Pourtant, on retrouve plusieurs schémas déjà rencontrés : la femme aimée kidnappée, on ne sait pas vraiment où, la famille en danger, et un autre dont je ne parlerai pas pour pas vous spoiler. Mais comme je le disais plus tôt, Maya Banks trouve encore le moyen d’innover et de proposer un septième roman dans une série qui ne me lasse absolument et dont je suis à chaque fois impatiente de lire le suivant. Mon seul reproche, quelques longueurs par moments (au début principalement) qui ont fait que j’ai mis un tout peu plus de temps pour y rentrer.

Honnêtement un 4/5 un brin sévère, j’ai longuement réfléchi et hésité avec 4.5/5 mais j’aime tellement cette auteure que je n’attends d’elle plus que perfection ! D’ailleurs, j’attends encore beaucoup pour les tomes suivants qui j’espère ne vont pas tarder. En attendant, on se retrouvera en janvier (ou février j’ai un doute) pour parler du troisième tome de sa série Slow Burn qui j’espère va continuer à s’améliorer. Et j’espère qu’un jour on aura l’occasion de reparler de ses romances historiques mais elle n’a pas l’air décider à en réécrire pour le moment. Tristesse.

Steel’ment Vôtre,
Melwasul

Sans pitié de Maya Banks

Titre : Sans pitié (KGI #6)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : Milady romance – Suspense
Date de parution : 30 avril 2015

Résumé
Kelly Group International (KGI) : groupe d’intervention familial spécialisé dans les missions militaires à haut risque.

P.J. et Cole, tous deux tireurs d’élite au sein du KGI, sont rivaux depuis des années… et un peu plus. Un soir, ils cèdent à l’attirance qu’ils ressentent l’un pour l’autre et passent une nuit torride ensemble. Mais ils n’ont pas le loisir de réfléchir à leur relation : le KGI appelle P.J. dans une mission terriblement dangereuse, et qui tourne au cauchemar. Survivant de justesse à cette expérience traumatisante, la tireuse d’élite quitte le groupe pour s engager sur la voie de la vengeance. Mais Cole est résolu à retrouver celle pour qui il ressent plus que du désir, même si cela implique de risquer sa propre vie.

Avis de Melwasul
note 5

Si au mois de février j’avais trouvé le cinquième tome de la série KGI de Maya Banks (Sans répit) un ton en dessous des précédents, je peux vous dire que je me suis largement rattrapée avec le dernier en date : Sans pitié. J’attends ce tome centré sur P.J. et Cole depuis un long moment et il a largement été à la hauteur. Différent par certains aspects mais vraiment haletant.

Tout d’abord, je dois dire que j’en ai voulu à Maya Banks. Mais vraiment beaucoup, pour ce qu’elle fait vivre à P.J. Le temps de quelques pages, je l’ai vraiment détestée, le cœur brisé, me demandant comment P.J. allait pouvoir surmonter ça, y survivre et qu’est-ce que Cole allait pouvoir faire pour elle ? Et, Maya Banks s’en est admirablement sortie en nous offrant un roman, qui je crois, pourrait devenir mon préféré de la série.

Alors que dans le dernier, j’avais regretté l’absence de la famille Kelly au grand complet, c’est le cas ici aussi. Les Kelly sont bien moins présents mais par contre, cela ne m’a absolument pas manqué : Cole et surtout P.J. (ainsi que leur équipe) avaient besoin de temps, d’espace pour ce reconstruire. Ils avaient besoin d’eux-mêmes et pas du reste des KGI. Enfin, si, ils en avaient besoin mais en toile de fond, en pilier les soutenant contre vents et marées, les soutenant tout en les laissant respirer et panser leurs plaies. Et toutes leurs apparitions tombent à pic et apportent quelque chose de nécessaire. Elles sont loin d’être gratuites.

Il y a d’ailleurs moins d’humour dans ce tome. Rassurez-vous, il y en a, j’ai gloussé un grand nombre de fois mais il est vraiment parsemé au fil des pages. Heureusement d’ailleurs car il fait du bien au bon moment. S’il est moins comique (moins l’esprit camaraderie grand gamin que l’on pouvait trouver dans les premiers tomes)(que j’adore)(mais des liens toujours aussi forts), il est par contre beaucoup plus sombre, plus dur mais aussi plus doux. Bizarre mais vous comprendrez en lisant. Il est vraiment très, très dur par moment, j’en ai même eu les larmes aux yeux. Et puis il y a cette limite entre le bien et le mal. Enfin pas vraiment mais surtout à quel moment la vengeance, l’envie de voir le sang couler devient-elle inquiétante. Qu’est-on prêt à faire et quand faut-il s’arrêter ? J’ai trouvé cette notion vraiment bien traitée, nous faisant voir deux faces d’une même pièce, et une conclusion qui change un peu par rapport à la conclusion habituelle. Mais finalement, y a-t-il vraiment une réponse universelle ? Même si l’on n’est pas d’accord dans les actes (on m’a toujours appris, et c’est ce que j’apprends encore, que la violence et la vengeance n’arrangeaient pas les choses) nous ne sommes que des hommes, et parfois, il est impossible de ne pas comprendre et approuver. Enfin bref, je vais m’arrêter là, je vais avoir l’impression de refaire de la philo (beurk !).

Pour finir, je vous parlerai des personnages principaux. Et d’abord, P.J. Quelle femme ! Quelle femme extraordinaire. Elle est forte, courageuse, elle nous parait indestructible puis va finalement nous montrer ses failles, ses peurs. Elle qui se prenait pour quelqu’un de plutôt solitaire, capable de se débrouiller toute seule, va découvrir que tout le monde a besoin d’amis sur qui se reposer à un moment donné de sa vie. Malgré tout ce qui lui arrive, elle ne perd pas sa force de caractère, elle va peut-être faire des erreurs, mais elle va apprendre d’elles.

Comment parler de P.J. sans parler de Cole ? Cole, qui prend la tête de mes chouchous du KGI. Il est juste waouh ! Pfiouuu, il met la barre haute, très haute. Ce bel homme, tireur d’élite, d’une douceur incroyable avec celle qu’il aime. Il ne va pas hésiter à montrer ses sentiments, même devant ses coéquipiers, et tout faire pour la protéger sans pour autant l’emprisonner (de toute manière, elle ne se serait pas laissé faire !). Dès qu’il va en avoir la possibilité, il va être présent pour elle, toujours avoir les bonnes réactions, dire et faire ce qu’il faut pour le bien de P.J. même si elle n’est pas toujours d’accord (mais finit par s’apercevoir le bien que cela lui apporte). Rien que d’y penser, mon petit cœur a quelques palpitations (attention, vous risquez de tomber amoureuses !).

Je n’ai pas vraiment parlé du déroulement de l’histoire mais je pense que le résumé suffit amplement. En tout cas, j’ai hâte de lire vos retours, pour voir, si, comme moi, ce livre vous a retourné ! Je l’ai lu hier soir et pourtant, en écrivant ma chronique, je n’ai qu’une envie, le reprendre et le relire, surtout certains passages en particulier.

Et là, il va falloir attendre un siècle (carrément) jusqu’au 25 septembre pour avoir le tome 7 et l’histoire de Steele (et Donovan Kelly arrive dans le tome 8, je sens que là aussi ça va être pfiouuu)(m’étonnerait pas qu’il soit marqué par les évènements de cet opus). C’est cruel de nous faire autant attendre !

Cruellement Vôtre,
Melwasul

Sans répit de Maya Banks

Sans Répit de Maya Banks

Titre : Sans répit (KGI #5)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : Milady romance – Suspense
Date de parution : 20 février 2015

Résumé
Kelly Group International (KGI) : groupe d’intervention familial spécialisé dans les missions militaires à haut risque.

Grace Peterson fuit sans se retourner. À ses trousses, un mystérieux groupe militaire déterminé à tirer parti de ses pouvoirs extraordinaires de télépathie et de guérison. Maintenant qu’elle a perdu son seul garde-fou, la connexion mentale qui la rattachait à sa soeur Shea, elle est sans défense.
Rio, le plus implacable des membres du KGI, se charge de retrouver la jeune femme et de la sauver. Mais rien ne prouve qu’il saura guérir cette femme blessée et traumatisée. Sans compter que les mercenaires qui traquent Grace ne sont pas près de laisser échapper leur proie…

Avis de Melwasul
note 5

C’est avec un immense plaisir que j’ai retrouvé la grande famille du KGI (les Kelly et leurs amis) ce mois-ci. Un cinquième tome dans la continuité du premier puisque nous y retrouvons la sœur de Shea, Grace, elle aussi dotée de pouvoirs surnaturels qui la mettent en danger. Et pour la protéger, c’est Rio, membre des KGI au passé des plus secrets qui est envoyé. Ou plutôt qui s’envoie lui-même. A peine l’a-t-il vu sur une vidéo, qu’il a su qu’il fallait qu’il parte à sa recherche et la sauve.

Il finit par la retrouver mais en bien mauvais état et va tout faire pour la mettre en sécurité afin qu’elle récupère, jusqu’à l’amener chez lui sans donner au reste du KGI sa position. Il en est sûre, il y a quelque chose de louche et il n’a confiance en pratiquement personne. Surtout quand il découvre quel est le commando chargé de capturer Grace. Son ancien commando secret avec à sa tête son ancien coéquipier qui lui doit la vie.

Comme d’habitude avec cette série, je n’en dirai pas plus pour vous laisser l’entière surprise. Si j’ai pris autant de plaisir à ma lecture je dois reconnaître qu’il est un ton en-dessous des précédents. Le début est vraiment parfait, le top du top. La fin est aussi vraiment excellente, pleine de surprises et de rebondissements mais en plus très touchante. Par contre, au milieu, que ce fut longgggg. Et c’est vraiment regrettable. Il ne se passe pratiquement rien du tout, j’ai même cru que ça ne redécollerait jamais. Les membres du KGI étaient trop absents à mon goût tout comme la famille Kelly qui m’a un peu manquée.

Par contre, une fois que toute la troupe a été à nouveau réunie, c’est reparti comme je l’adore ! Beaucoup plus d’actions, on arrête de s’apitoyer sur son sort et on y va, à la guerre comme à la guerre. L’humour est également de retour même si c’est un peu plus sérieux que dans les 3 premiers. La bonne camaraderie, les chamailleries testostéronées des frangins Kelly m’ont un peu manqué. Comme le reste de la famille et des pièces rapportées : on les voit à la toute fin mais ce n’est vraiment pas assez à mon goût. On va dire qu’on a été habitués à mieux.

Bon je critique, je râle, je me plains, je fais ma pas contente mais il faut avouer que j’ai quand même passé un excellent moment. Avec les 4 premiers, Maya Banks avait mis la barre tellement haute, qu’il fallait bien qu’à un moment ou un autre, il y en ait un qui soit un peu en dessous que le précédents. Voilà, c’est chose faite (il reste quand même au-dessus de la moyenne générale des romans de ce genre !) et maintenant croisons les doigts pour que ce soit le seul (et je ne m’inquiète pas trop voir pas du tout parce que ça reste quand même du très bon).

Une chose est sûre, c’est que j’ai vraiment hâte de lire le tome suivant, Sans pitié, qui sort le 24 avril (c’est loiiinnnnn) avec T.J et Cole (je sens qu’il va être d’enfer !)(même si du coup il y a de grandes chances pour que la famille Kelly soit moins présente ici aussi).

Difficilement Vôtre,
Melwasul

Seconde Chance de Maya Banks

Seconde chance de Maya Banks

Titre : Seconde chance (KGI #2)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : Milady romance – Suspense
Date de parution : 11 juillet 2014

Résumé
Kelly Group International (KGI) : groupe d’intervention familial spécialisé dans les missions militaires à haut-risques
Sophie Lundgren était bien la dernière personne que Sam Kelly s’attendait à repêcher blessée dans ce lac. Leur torride aventure avait brutalement pris fin quand la jeune femme avait disparu sans laisser de traces. Fuyant pour sa vie et celle de son enfant à naître, elle est revenue avertir Sam d’un danger. Mais, un seul regard suffit à raviver les flammes de la passion entre eux, et il se découvre prêt à tout pour les protéger, elle et son bébé.

Avis de Melwasul
note 5

Nom d’une biscotte, nom d’une biscotte, nom d’une biscotte ! Oui, on a rarement vu plus pourri comme introduction de chronique, mais nom d’une biscotte que j’aime cette série ! Nom d’une biscotte que cette série est géniale ! Nom d’une biscotte que j’aime les frères Kelly ! Nom d’une biscotte que Maya Banks est véritablement géniale ! Nom d’une biscotte, je vais m’arrêter là avant d’être vraiment ridicule !

J’avais adoré le premier tome, un vrai coup de cœur et j’étais terriblement impatiente de lire le second ! Je n’avais même pas l’appréhension habituelle que j’ai en lisant la suite d’un livre coup de cœur. Non, ce livre serait forcément aussi bon, je ne voyais pas d’autres possibilités. Et j’avais bien raison (ça m’arrive parfois 🙂 ).

Dans ce tome, nous suivons les aventures de Sam, l’aîné des frères Kelly. Sam qui n’est plus le même depuis qu’il est rentré avec les autres membres du KGI d’un séjour au Mexique dans le cadre de leur travail. Là-bas, il y a rencontré Sophie avec qui il a passé les plus belles nuits de sa vie. Sauf que de retour de mission, celle-ci avait complètement disparue. Voilà que cinq mois ont passé, et pourtant, il n’arrive pas à se la sortir de la tête, malgré les moqueries de ses frères. Jusqu’à ce qu’il la repêche (littéralement) dans son lac. Mais surprise, il semble qu’il n’est pas repêché une seule personne mais plutôt deux : Sophie et un petit pois d’à peu près 5 mois. Mais qui est donc le père… [Suspense] (Ou pas du tout. 😉 ) Sophie qui malgré ses blessures et son état d’extrême faiblesse n’a qu’une chose en tête : prévenir que Sam et sa famille sont en danger de mort ! Une multitude de questions vont alors se poser aux Kelly. Comment a-t-elle retrouvé Sam alors qu’elle était censée ne rien savoir de lui ? Qui a essayé de la tuer ? Qui en veut aux Kelly ? Et surtout pourquoi ?

Sophie est vraiment exceptionnelle. Elle a un cran, une force de caractère, une volonté, qui force le respect. Elle va mettre à ses pieds tous ces grands mâles pleins de muscles qui doutaient d’elle au départ. Et surtout Sam qui va petit à petit tomber follement amoureux de ce bout de femme qui ne fait confiance à personne et dont le passé est plus que chargé. Il va petit à petit réussir à percer ses secrets grâce à sa famille, et lui montrer qu’elle peut avoir une totale confiance en eux. Sam qui est tout aussi craquant qu’Ethan dans le premier tome mais d’une manière différente. Ethan était plus touchant (le contexte y jouait beaucoup je pense aussi). Sam lui c’est plus l’action, l’action, et on parle après (entre temps on met les femmes, les enfants et les vieux à l’abri pour laisser les muscles faire leur travail…). Sauf qu’avec Sophie, ça ne va pas se passer comme ça, et ça va lui faire du bien. La demoiselle a son mot à dire et va montrer qu’un peu de délicatesse dans un monde de brute peut toujours être la bienvenue (même si on ne peut pas dire que So soit une grande délicate, elle sait se battre et frapper là où il faut !).

Quel bonheur de retrouver la famille Kelly. Que ce soit les frangins, les pièces rapportées, les parents, mais aussi les membres du KGI. J’ai retrouvé l’ambiance géniale qui y règne, les liens qui les unissent, l’humour et les moqueries bien présentes entre mâles, les muscles et la sexytude, … L’alliance parfaite pour nous faire passer d’excellents moments. L’action est elle aussi présente avec quelques explosions bien placées mais pas omniprésentes non plus. Une intrigue bien menée du début à la fin sans temps mort. L’écriture toujours aussi géniale de Maya Banks vous entraînera sans vous laisser un moment de répit. De plus, on a une grosse surprise sur la fin (j’y ai pensé à un moment donné sauf que j’avais vite oubliée cette idée). J’ai eu les larmes aux yeux à certains passages, de gros fous rires à d’autres, envie de prendre les Kelly dans mes bras pour les réconforter, ou de leur donner des coups de pieds aux fesses à d’autres moments.

Des émotions en pagailles, de l’action du début à la fin, des personnages toujours aussi attachants, en bref, deuxième succès consécutif pour Maya Banks et Milady Romance avec ce second opus : j’adore, j’adore et j’adore encore ! Maintenant j’ai vraiment hâte de lire le troisième tome prévu pour cet été (la série en comporte 9 pour le moment en VO et j’espère vraiment, vraiment qu’on les aura tous en français !!!).

Mystérieusement Vôtre,

Melwasul

En Sursis de Maya Banks

En sursis de Maya Banks

Titre : En sursis (KGI #1)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : Milady romance – Suspense
Date de parution : 20 juin 2014

Résumé
Kelly Group International (KGI) : groupe d’intervention familial spécialisé dans les missions militaires à haut-risques.
Cela fait un an que l’ex-Navy SEAL Ethan Kelly a perdu sa femme Rachel. Submergé par le chagrin, il s’est replié sur lui-même, coupé du monde et du KGI, refusant toute aide de ses frères. Jusqu au jour où une note anonyme lui annonce que Rachel est en vie. La jungle, les balles et un cartel mafieux ne pourront arrêter Ethan. Cependant, le plus dur reste devant lui : forcer sa femme à se rappeler ce qu’elle a refoulé. Le cauchemar qu’elle a vécu, minute par minute. Car leur amour et leurs vies en dépendent.

Avis de Melwasul
note 5

J’étais à la fois impatiente de commencer ce dernier Maya Banks tout en étant un peu inquiète. Impatiente car j’adore les historiques de cette dernière ; inquiète parce que je déteste ses séries érotiques (en fait, je déteste les livres érotiques tout court, une scène de sexe toutes les deux pages merci mais non merci). Mais bon, j’étais incapable d’y résister et je me suis donc lancée. Sans pouvoir le lâcher avant la fin !

Dès le premier chapitre et la rencontre avec Ethan Kelly, j’ai su que j’étais complètement cuite. J’ai de suite eu le cœur brisé par ce grand gaillard complètement effondré un an après la mort de sa femme. Cet homme tourmenté, rongé par la culpabilité, qui n’a plus foi en rien, le cœur en mille morceaux et qui est bien parti pour ne jamais se remettre m’a amené les larmes aux yeux. Ses émotions sont tellement bien décrites, tellement justes, sans tomber dans le pathético-dramatique qu’on ne peut qu’y croire et vouloir le réconforter. A peine la moitié du premier chapitre que j’étais déjà en plein dedans. Bravo !

Puis après le désespoir vient l’espoir et l’incompréhension. Un an jour pour jour après la mort de sa femme Rachel, Ethan reçoit une enveloppe mystère l’informant que sa femme est bien vivante et tenue prisonnière par des trafiquants de drogue au cœur de la jungle en Amérique du Sud. L’espoir, la peur d’y croire, la colère, les questions, les regrets, tant d’émotions que ressent Ethan et nous frappent encore une fois de plus de plein fouet. Ethan qui doit agir et aller délivrer la femme qu’il aime. Pour se faire, Ethan, ancien de la Navy, a besoin de ses grands frères, Sam, Garrett et Donovan, à la tête d’une unité d’opérations spéciales, le KGI – Kelly Group International –, habitués à ce genre de missions. Une aide qu’ils s’empressent d’apporter avec leurs hommes pour celle qu’ils ont toujours considérée comme leur petite sœur, un membre de la famille Kelly. Une mission réussie même si tout ne se passe pas aussi bien que prévu : Rachel a pratiquement perdu la mémoire, elle ne se souvient que d’Ethan et de Garrett mais en plus elle a été droguée. Un retour difficile avec pour seul repère son ange gardien, son mari, Ethan. Mais tout n’est pas aussi simple : pourquoi l’avoir capturée, l’avoir gardé en vie ? Et si elle était encore en danger ?

L’histoire d’amour entre Ethan et Rachel est vraiment magnifique et saura faire battre vos petits cœurs. La délicatesse, la tendresse, la retenue d’Ethan envers sa femme, pour l’aider à retrouver la mémoire petit à petit sans la brusquer, pour l’aider à éloigner l’horreur qu’elle a vécu vous toucheront, soyez-en surs. Mais d’un autre côté, Ethan est hanté. Hanté par les dernières paroles qu’il lui a dit un an plus tôt, paroles qu’il n’a cessé de regretter à la minute où elle passait la porte, paroles qui l’ont anéantie durant une année, paroles qu’il redoute qu’elle ne se souvienne. Et qu’il ne la perde à jamais. Chose dont il ne se remettrait pas, qui l’anéantirait complètement tellement il est fou d’elle.

Pour Rachel les choses sont tout aussi difficiles. Au plus profond d’elle, elle sait qu’Ethan est l’amour de sa vie. Elle l’aime par-dessus tout. Elle est touchée par tous les actes, tous les gestes de celui-ci pour l’aider à se reconstruire mais pourtant il y a ses cauchemars dans sa tête qui sèment le doute. Des cauchemars qui la bouleversent à chaque fois un peu plus. Elle ne sait plus à qui se confier et croit devenir folle.

Heureusement pour eux, la famille Kelly et ses amis seront toujours là pour eux. Une famille à laquelle vous voudrez appartenir (si possible, en se mariant à un des six frangins Kelly). Une famille de six garçons et de quelques pièces rapportées … Des garçons au charme ravageur, à l’humour dévastateur, au coeur débordant de tendresse, à la musculature aguichante, bref des mâles comme on les rêve ! ^^ Six frères soudés comme les cinq doigts de la main. Mais aussi énormément liés à leurs amis et aux autres membres du KGI. Forcément on retrouve l’ambiance que j’adore dans ce genre de groupe : de la bonne camaraderie, de l’humour aussi pourri que le mien, un peu de compétition, et beaucoup de testostérone ! A la tête de cette petite famille, des parents forts courageux !^^ Mais avec la plus grande autorité, surtout maman Kelly, un seul regard et tous ses grands garçons bourrés de muscles deviennent aussi angélique qu’un petit bout de chou !

Ce que je retiens de ce roman, c’est principalement la justesse des sentiments décrits par Maya Banks. Elle a su me toucher, m’emporter tout en délicatesse. Le récit est rythmé, on commence avec de belles scènes d’actions avant que cela ne se calme toute une partie du roman, pour laisser le temps à Ethan et Rachel de se retrouver. L’action revient en puissance sur la fin mais sans avoir des trucs complètement invraisemblables, des tirs et des explosions à tout va. Non, comme pour les sentiments et les émotions présents, l’action est également parfaitement dosée par Miss Banks.

Vous l’aurez compris, c’est un coup de cœur presque total. J’adore ces ambiances de military romance, un peu comme les Black OPS de Cindy Gerard par exemple, mais ici je l’ai trouvé bien mieux au niveau des émotions, de la construction des personnages. Pour le moment, il y a neuf tomes d’écrits en anglais, avec pour héros les frères de la famille Kelly ou les membres du KGI qu’on a croisé mais bien trop rapidement. Je veux en savoir plus et vite. Maintenant, il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour qu’ils soient tous traduits et qu’ils soient tous aussi bons (sur ce dernier point j’ai beaucoup moins d’inquiétude !).

Familialement Vôtre,

Melwasul

Murmures Nocturnes de Maya Banks

Murmures Nocturnes de Maya Banks

Titre : Murmures Nocturnes (KGI #4)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : Milady romance – Suspense
Date de parution : 05 décembre 2014

Résumé
Kelly Group International (KGI) : groupe d’intervention familial spécialisé dans les missions militaires à haut risque.

Tu n’es pas seul… Au fond de sa prison, Nathan Kelly entend une voix de femme dans sa tête. C’est elle qui lui permet de survivre et de s’échapper. Mais, bientôt, cette alliée mystérieuse – Shea, une femme dotée de capacités uniques – a besoin d’aide. Nathan est prêt à tout pour la secourir, mais la jeune femme refuse de l’entraîner dans un nouvel enfer. Elle ne comprend pas que, pour le soldat, l’enfer consisterait à ne plus jamais la revoir, elle : son ange, la voix qui l’a sauvé des ténèbres.

Avis de Melwasul
note 5

Une fois encore, avec cette série, avant de commencer mon roman, je n’avais qu’une peur. Celle d’être déçue. Parce que forcément dans ma petite tête tordue ce quatrième tome ne pouvait être que moins bon que les précédents. Et une fois encore je me suis trompée (mais heureusement, je l’ai lu dès que je l’ai eu entre les mains). Ce quatrième tome est une tuerie, peut-être même mon préféré de la série. On a peur que ce soit répétitif mais pas du tout, Maya Banks a encore été géniale et m’a totalement, je dis bien totalement surprise. Il fallait vraiment oser et pourtant ça passe comme une lettre à La Poste !

Rappelez-vous dans Mémoire Volée nous quittions les Kelly avec Joe rapatrié à l’hôpital et son jumeau Nathan disparu. Vous vous en doutez bien ce livre sera donc consacré à un des jumeaux et pour éviter de trop nous torturer, Maya Banks a eu la générosité de choisir Nathan. Nathan qui est en bien mauvaise posture, kidnappé et fait prisonnier en Afghanistan depuis presque deux mois. Nathan qui est au bord de l’épuisement et se dit que finalement la mort serait un cadeau. Jusqu’à ce que Shea arrive et l’aide à tenir jusqu’à ce que ses frères viennent le secourir. Shea dont il n’aura plus de nouvelles pendant 6 mois jusqu’à ce qu’elle l’appelle à l’aide. Les 6 mois les plus longs de la vie de Nathan qui est revenu chez lui traumatisé et changé à jamais.

Il y a quelques semaines, je disais que pour Noël, je voulais un Kelly au pied de mon sapin. Je le confirme. Lequel ? J’hésite toujours entre Garrett et … Nathan. Parce que j’ai surkiffé Nathan (ouep je me mets à parler comme mes élèves un truc de ouf :D). Nathan qui est revenu complètement changé de ses deux mois de captivité où il a vécu l’inoubliable. Il est heureux de se retrouver parmi les siens mais ceux-ci ne peuvent pas comprendre tout ce qu’il a vécu et qu’il ne sera plus jamais le même. Enfin pas tous, Rachel, la femme d’Ethan sait ce qu’il a traversé et j’ai d’ailleurs adoré le lien extrêmement touchant fait entre les deux.

Et puis, il y a Shea. La mystérieuse Shea. Tellement mystérieuse que parfois Nathan se demande s’il n’est pas complètement fou ou en train de le devenir. Seul son ami Swanny (futur héros du tome 9)(on a le temps de voir venir ^^), présent avec lui en Afghanistan, est au courant de son « secret », de ce qui le tourmente même si quelques infos lui ont échappé quand il se confiait auprès de Rachel.

Shea qui finalement va le ramener à la vie à deux reprises, la première fois en Afghanistan, la deuxième fois 6 mois plus tard aux Etats-Unis quand elle « l’appellera » à l’aide. L’appellera entre guillemets parce que Shea est vraiment quelqu’un de particulier et c’est pour ça qu’elle et sa sœur sont en danger depuis leur naissance. Pour leur sécurité, il faut d’ailleurs garder le secret et c’est bien pour ça que je ne vous dirais rien à part que j’ai été complètement, totalement surprise. J’en suis restée stupéfaite tellement je ne m’attendais pas à ce genre de chose. Mais c’est extrêmement bien réalisé par Maya Banks et c’est un vrai sans-faute !

Bien évidemment, on retrouve toute la famille au grand complet ainsi que tous les membres du KGI (qui s’agrandit petit à petit). Et bien sûr cette ambiance particulière bourrée d’humour, de testostérone et de bonne camaraderie qui l’entoure. Tous les éléments que j’ai aimé dans les tomes précédents sont présents ici aussi. Mais l’intrigue y est encore meilleure que dans les précédents. On ne s’ennuie pas une seule seconde et on se pose beaucoup, beaucoup de questions sur les pourquoi et les comment ? Vraiment je me répète mais cette série est jusqu’à présent un sans-faute pour Maya Banks chaque roman est différent du précédent tout en reprenant les éléments qui font qu’on les adore. Bref, je ne peux que vous conseiller de la continuer ou de la découvrir si ce n’est pas encore fait !

Vivement le 20 février pour découvrir le tome 5, Sans Répit, où nous retrouverons ce très cher Rio (membre du KGI) et Grace, la sœur de Shea. Je sens que ça va encore être excellent.

Mystérieusement Vôtre,
Melwasul

Au-delà des Mots de Maya Banks

Au dela-des-mots de Maya Banks

Titre : Au-delà des Mots (Les Montgomery et les Armstrong #1)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : J’ai Lu pour Elle – Aventures & Passions
Date de parution : 07 mai 2014

Résumé
Graeme Montgomery est contraint d’épouser Eveline Armstrong, leur mariage ayant été arrangé par le roi qui souhaite mettre fin aux rivalités entre leurs clans.

Avis de Melwasul
note 5Ce roman on peut dire que je l’attendais avec impatience. Et encore, impatience est un mot très légèrement faible. J’ai tellement adoré la série des McCabe (tome 1 & tome 3) que je mourrais d’envie de découvrir cette nouvelle romance historique de Maya Banks (tout en ayant un peu peur à cause de ses séries publiées entre temps en VF). Et là tout de suite, je me demande comment il est possible que Miss Banks écrivent des romans aussi beaux, touchants, drôles que ses historiques et d’autres aussi déplorables que Rush ou Fever (et là je vais me faire tout pleins d’amies, ou pas 😀 ).

Graeme Montgomery est atterré, le roi ordonne son mariage avec Eveline Armstrong, la fille du chef du clan voisin, son pire ennemi. Celui-ci souhaite ainsi rétablir la paix entre ses deux plus grands alliés. Mais si seulement Eveline était juste la fille de son ennemi, non, on dit également que c’est une poivrote, qu’elle n’a pas toute sa tête. C’est ainsi que dépité il se rend chez son voisin pour s’unir pour la vie avec une femme qui ne pourra pas lui donner ce dont il a besoin, un héritier. Mais stupeur ! Quand il fait enfin la rencontre d’Eveline il se rend de suite compte qu’elle n’est pas si stupide que tout le monde le pense. Certes elle ne parle pas, son regard est parfois perdu mais il y a un je ne sais quoi, certaines réactions qui laissent espoir.

En effet, Eveline est loin d’être bête ! Bien au contraire, elle est carrément intelligente, c’est une femme d’une grande force. Suite à un accident, elle est en réalité devenue complètement sourde et elle a dû apprendre, toute seule, à lire sur les lèvres. Mais pour se protéger (je ne dirais pas de quoi ou de qui), elle a préféré arrêter de parler, ne pas dire ce qui n’allait pas et se faire passer pour simple d’esprit.

Une fois arrivée dans sa nouvelle famille, elle se sent alors protéger et les barrières vont finir par tomber, son mari et la famille de celui-ci découvrant sa force et son intelligence. Mais attention, le danger n’est jamais loin et pas toujours là où l’on croit …

Vous l’aurez compris j’ai véritablement adoré le personnage d’Eveline. Une héroïne hors du commun, fraiche, d’une grande force, avec un cœur en or et du caractère (attention, ne vous amusez pas à la traiter de puta*n, vous pourriez en subir les conséquences). C’est vraiment une héroïne qui sort de l’ordinaire, il y a bien trop peu de romances avec des personnages aveugles, sourds, ou encore muets. Là de suite je pense à seulement deux romance, une de Teresa Medeiros et une de Catherine Anderson (seulement deux parmi la centaine que j’ai lu)(humhum en disant cent je suis gentille).

Et puis il y a Graeme qui sort un peu des clichés des Laird réputés violents, qui prennent leur femme pour une moins que rien au tout début avant de changer et de tomber éperdument amoureux d’elle. Non au contraire, il s’attache dès le début à Eveline même s’il ne sait pas trop pourquoi. Elle arrive à toucher son cœur même s’il ne s’en rend pas forcément compte. J’ai vraiment beaucoup aimé ce héros plein de douceur et de tendresse mais au fort caractère.

Bien sûr autour d’eux nous avons les histoires habituelles : Eveline est d’abord détestée par la famille de Graeme avant que ceux-ci ne deviennent hyper-protecteurs, le clan Montgomery ne l’accepte pas du tout et les femmes lui font la misère avant de retourner leur veste et d’admirer son courage, … Des trames qui se retrouvent souvent dans ce genre de livre mais qui ne me dérange pas du tout du moment que l’auteur arrive à m’emporter dans son histoire. Et c’est le cas ici.

Maya Banks m’a subjuguée grâce à ses personnages, grâce à son histoire pleine de délicatesse et de douceur, grâce aux gloussements qui m’ont échappés, grâce à l’aventure qui m’a entraînée. Ce premier tome est un véritable coup de cœur pour moi. Je l’ai dévoré d’une traite sans pouvoir m’arrêter (ou comment se coucher à 3h du matin). J’ai vraiment hâte de découvrir la suite car que ce soit les frères et sœurs Montgomery ou les frères Armstrong, je les ai tous adorés et je suis terriblement impatiente de découvrir leurs histoires. Donc oui Madame Banks arrêtez d’écrire de l’érotique, concentrez-vous sur vos romances historiques, elles sont tellement délicieuses !!!

Muettement Vôtre,

Melwasul