Dans le lit du Highlander de Maya Banks

Dans le lit du Highlander de Maya Banks

Titre : Dans le lit du Highlander (Les McCabe #1)
Auteur : Maya Banks
Éditeur : J’ai lu – Aventures et Passions
Date de parution : 15 février 2013

Résumé
Fille illégitime du roi d’Écosse, Mairin a longtemps vécu dans l’anonymat. Quand elle est faite captive, elle comprend qu’elle est l’enjeu de nombreux complots ourdis contre son père. Secourue par le ténébreux Ewan McCabe, la voilà désormais prisonnière de l’impétueux Highlander.

Avis de Melwasul
note 5Me voilà de retour avec mon deuxième coup de cœur A&P de l’année ! Et pourtant, niveau Highlander, après avoir fait la connaissance des livres de Julie Garwood il faut vraiment y aller pour conquérir mon petit cœur ! Mais Maria Banks se hisse presque au niveau de Garwood avec ce premier tome.
On ne s’ennuie pas un seul instant, pas une minute de répit, je l’ai lu d’une traite (lâché seulement cinq minutes le temps de manger la mousse au chocolat de ma mamie :D).

Et puis pour passer le temps, on est parfaitement entouré : de sublimes highlanders virils, dont le sex-appeal est connu de toutes les lectrices romantiques … Les trois frères McCabe : Ewan, héros de ce tome et laird du clan, aîné des trois frères, Alaric héros, je pense du prochain tome et enfin le petit dernier, Caelen, benjamin de la fratrie au passé chaotique et pour qui j’ai complètement craqué, il me tarde de lire l’aventure qui lui sera consacrée.

L’héroïne, Mairin, est une héroïne forte et courageuse, pas le moins du monde nunuche, qui sait ce qu’elle veut, quand elle le veut et comment ! Bref, une femme à caractère, ce qui avec un fier Highlander va forcément faire des étincelles. Car Ewan est de ces héros qui nous font hurler et qu’on voudrait bien claquer et, qui, finalement, se révèlent être au cœur tendre et qui nous font succomber.

Leur aventure est palpitante et ne nous permet pas de souffler, on passe d’un rebondissement à un autre mais de manière bien ficelée, tout ce tient parfaitement et pas de rebondissements sorti du chapeau de magicien tel une colombe ou un petit lapin blanc.

Comment ne pas nommer le petit Crispin, qui m’a fait succomber par son charme et son courage du haut de ses huit ans ? Fils chéri d’Ewan, neveu adoré, et qui a trouvé en Mairin une (super) maman pour veiller sur lui et dont il va prendre grand soin. Il amène une grande dose d’amour dès les premières pages du bouquin et j’ai trouvé ça chouette de voir de tels sentiments dès le début.

Autre point positif, l’humour est présent, parfaitement dosé et moi, j’adore l’humour. Il faut, en plus de me faire rêver, qu’un livre me mette de bonne humeur et il l’a fait de la même manière que l’avait fait Il était une fois mon autre coup de cœur de l’année. Pas de secrets, les deux ont la même recette : de l’amour, de l’humour, des héros à caractère, une histoire convaincante qui nous entraîne.

Pour finir, Maria Banks pose le décor pour les prochains tomes, des mariages arrangés pour une alliance de clans (je pense qu’Alaric va en voir de toutes les couleurs avec sa future guerrière de femme et qu’on risque d’avoir du grand spectacle si Banks continue sur sa lancée :D) et des héros qui ne croient plus en l’amour (Caelen, qui m’a déjà conquise, héros tourmenté, trahi par la femme de sa vie, ce qui, a failli détruire son clan, n’est pas prêt de croire à nouveau en l’amour et je suis plus qu’impatiente de découvrir ce que lui réserve l’auteur).

En conclusion, je ne connaissais pas Maria Banks mais j’adhère totalement à son style d’écriture fluide qui nous emmène de manière toute naturelle jusqu’à la dernière ligne.
Un série qui commence sur les chapeaux de roues et que je conseil à toutes les amoureuses des highlanders, vous ne serez pas déçu par cette aventure au cœur de l’ Écosse.

Kiltement Vôtre,

Melwasul

Free Fall de Leah Raeder / Un mariage surprise de Mary Balogh

Un mariage surprise de Mary Balogh

Titre : Free Fall / Un mariage surprise (Le Club des Survivants #2)
Auteur : Leah Raeder / Mary Balogh
Éditeur : Prisma / J’ai Lu – Aventures et Passion
Date de parution : 11 juin 2015 / 20 mai 2015

Résumé
Free Fall:
Maise O’Malley vient de fêter ses 18 ans et s’apprête à commencer des études de cinéma. Cette jeune fille au caractère bien trempé, qui prétend n’avoir peur de rien et ment volontiers sur son âge, a toujours eu l’impression d’avoir grandi trop vite. Quand elle rencontre Evan un soir dans une fête foraine, l’attirance est immédiate, intense, et pour elle sans lendemain. Pourtant, dès le jour suivant, Maise ne pense à rien d’autre qu’à lui. Ce trentenaire lui fait découvrir combien l’amour peut être plus qu’une brève rencontre, qu’il peut révéler une complicité inattendue avec un homme qui la comprend réellement. Un homme qui voit derrière ses bravades la petite fille effrayée et courageuse qu’elle est en réalité. Le jour de la rentrée, Maise découvre avec stupeur qu’Evan n’est autre que Mr Wilke, son nouveau professeur de cinéma. Tous deux décident d’interrompre leur liaison, mais leurs sentiments les rattrapent : ils sont incapables de résister à leur attirance mutuelle. Si à l’université et devant les autres, Maise et Evan sont deux acteurs feignant l’indifférence, dès qu’ils partagent des moments ensemble, ils se sentent vivre et être pleinement eux-mêmes. Mais leurs masques sont fragiles et menacent souvent de tomber. Les élèves les observent, les rumeurs courent… Commence alors un jeu dangereux dont il leur sera difficile de sortir indemnes.

Un mariage surprise:
C’est l’émoi à Barton Coombs, où le vicomte Darleigh est de retour après avoir été blessé à la guerre. Le pauvre garço a perdu la vue. Aussitôt un complot s’organise chez ses voisins, les March. Leur fille Henrietta est en âge de se marier, le vicomte est riche, il ne reste plus qu’à les réunir, quitte à organiser un petit traquenard. Ce plan sournois sera déjoué par la cousine de Henrietta, la discrète Sophia, qui vit chez les March en tant que parente pauvre. La sanction est immédiate : elle est jetée à la rue. Mais le vicomte s’émeut du sort de cette jeune personne si droite, à qui il doit une fière chandelle. Et il lui propose un bien étrange arrangement…

Avis de Melwasul
Aujourd’hui deux mini chroniques pour le prix d’une. Des livres de style totalement différent mais qui ont un point commun. Ils se sont laissés lire mais je n’ai pas été emballée (même si un était meilleur que l’autre). Bref, des livres dont je n’ai, finalement, pas grand-chose à dire.

Free Fall de Leah Raeder
note 5

Commençons par celui qui m’a le moins plu, une romance New-Adult qui m’a dérangée par de nombreux aspects mais que j’ai quand même lu jusqu’à la fin car certains passages étaient touchants. Maise et Evan se rencontrent lors d’une fête foraine. Trente secondes après cette première rencontre (j’exagère à peine), ils couchent ensemble dans la voiture d’Evan. Deux secondes après, Maise prend la fuite. Maise et Evan n’ont pas vraiment le même âge, ils le savaient. Ce à quoi ils ne s’attendaient pas, c’était à se retrouver dans la même pièce quelques jours plus tard. Maise en tant qu’élève de terminale. Evan en tant que professeur. SURPRISE.

Il a 32 ans, elle en a 18. Alors, je ne veux pas qu’on me tombe dessus mais à cet âge-là, j’ai vraiment du mal avec ces grosses différences d’âges. Dans un autre contexte, ça peut passer, mais là dans la relation élève-prof (même s’ils ne se connaissaient pas), j’ai eu beaucoup beaucoup de mal à apprécier cette romance. Surtout quand on découvre un élément du passé d’Evan qui m’a fait rouler des yeux (genre ils n’avaient pas assez de casseroles tous les deux, il fallait que l’auteure rajoute cette connerie)(ou comment l’histoire se répète)(je crève d’envie de vous spoiler tellement cet élément m’a fait rire jaune). Je suis d’ailleurs en train de penser que c’est vraiment ce contexte parce que dans Indécent de Colleen Hoover, je n’ai pas été perturbée, ça ne m’a pas empêché de l’adoré (mais la différence d’âge était bien moindre !).

A côté de ça, beaucoup trop de scènes sensuelles à mon goût qui n’étaient pas forcément toujours utiles et judicieuses. C’est vraiment dommage parce qu’à côté de tous ces éléments que je n’ai pas aimé (je vous ai même pas parlé du passé familial de nos deux héros qui est à se taper la tête contre les murs tellement trop c’est trop), il y a de très beaux passages qui peuvent être touchants. Parce que j’ai beaucoup aimé le meilleur ami de Maise qui lui fait beaucoup de bien et lui donne le coup de pied aux fesses dont elle a besoin. Parce que j’ai adoré le lien avec le cinéma et surtout la réalisation de ces petits films qui montrent bien plus, qui sans son parlent bien plus que des mots.

Des bons points qui malheureusement compensent à peine pour moi les défauts que je lui ai trouvé. Mais je suis sûre que beaucoup d’entre vous l’adoreront, si vous n’êtes pas perturbés par les éléments pointés du doigt.

Une demande en mariage de Mary Balogh

Une demande en mariage de Mary Balogh

Titre : Une demande en mariage (Le Club des Survivants #1)
Auteur : Mary Balogh
Éditeur : J’ai lu – Aventures et Passions
Date de parution : 15 avril 2015

Résumé
Au domaine de Penderris, on soigne les corps et les âmes blessés. C’est ici qu’on accueille les valeureux officiers rescapés des guerres napoléoniennes. Et si lord Trentham, récemment anobli pour ses faits d’armes, a la chance d’être valide, son traumatisme n’en est pas moins profond. Maintenant qu’il a un titre à transmettre, il doit se marier. Or quelle femme voudrait de lui alors qu’il se déteste lui-même ? Peut-être cette jeune veuve, lady Muir. Elle aussi a connu son lot de souffrances, mais c’est une lady raffinée, tandis que lui n’est qu’un rustre. Et il a beau être fou d’elle, un monde les sépare.

Avis de Melwasul
note 10

Voilà un premier tome que j’ai failli ne jamais lire. Je ne suis pas une fan incontestable de Mary Balogh : soit j’aime beaucoup ses livres, soit je m’ennuie, c’est tout ou rien. Et quand ce roman est sorti, j’ai vu passer sous mes yeux quelques avis négatifs et j’ai sérieusement hésité avant d’entamer ma lecture. Deux choses ont fait que finalement je l’ai lu : la curiosité parce que le thème « club des survivants » me tentait beaucoup beaucoup et je me suis retrouvée en week-end sans autre livre à lire dans mes bagages …

Et finalement, je ne regrette pas du tout ma lecture. Je me suis régalée, surtout dans la première partie du livre. C’était tout doux, tout léger, frais, drôle, une guimauve toute douce qui me faisait me sentir bien. Un vrai régal. Par contre, j’ai trouvé la deuxième partie un tout petit peu plus longue, j’ai été moins passionnée, moins embarquée, ce qui est un peu dommage.

Le Club des Survivants m’a vraiment convaincue, j’ai adoré voir ces anciens soldats qui longtemps après continuent de se remettre de leurs blessures physiques (ils n’ont pas été épargnés par Mary Balogh les pauvres) mais aussi et surtout, psychologiques. Ce sont peut-être là, finalement, les plus difficiles à guérir. Ces hommes (et cette femme) qui, petit à petit, acceptent leurs maux mais n’arrêtent pas pour autant de vivre. Bien au contraire. Ils n’hésitent pas à se moquer gentiment d’eux-mêmes, des autres, mais surtout, ils sont là les uns pour les autres, à se serrer les coudes, même s’ils ne voient pas plus d’une fois par an. Ils sont toujours prêts à s’entraider. Une chose est sûre, je suis impatiente de connaître plus en détail nos autres survivants.

Parlons maintenant des deux personnages principaux. Comment ne pas craquer pour Hugo, devenu récemment Lord Trentham en récompense de ses exploits de guerre mais qui a bien du mal à l’accepter. Revenu sans grave blessure de la guerre, il en a pourtant été profondément marqué, la culpabilité du survivant le rongeant. Assez ombre de prime abord, pas des plus aimables non plus, il se demande bien comment il va pouvoir trouver une femme qui souhaite l’épouser (surtout qu’il ne se sent pas la capacité de supporter une jeune débutante). C’est alors que le Destin va lui mettre entre les pattes Gwendoline.

Gwendoline, jeune trentenaire, veuve, qui malgré tout ce qu’elle dit, a bien du mal à se remettre de la mort de son mari. Gwendoline qui n’est pas une totale inconnue : c’est la sœur de Kit héros d’Une nuit pour s’aimer et la cousine de Lauren héroïne du préquel Le bel été de Lauren (d’ailleurs nous recroisons quelques héros de la saga des Bedwyn !). Gwendoline qui change des jeunes débutantes vierges effarouchées (qui souvent, finalement, ne le sont pas vraiment) et nous offre une héroïne femme forte et courageuse qui a sa vie en main.

Ils forment un très beau couple tous les deux. Un couple qui apprend à se connaître tout doucement, pas de coup de foudre immédiat mais un sentiment qui se développe tout doucement au contact l’un de l’autre. J’ai vraiment adoré cette première partie.

La deuxième partie, le retour à la réalité, est, elle, un peu plus longue. On finit bien entre les deux, il y a quelques longueurs, quelques passages inutiles durant lesquels je me suis un brin ennuyée, ce qui est vraiment dommage mais je n’ai pas été si surprise que ça, cela m’arrive de temps en temps avec Mary Balogh et je sais à quoi l’attendre maintenant : des histoires mignonnes, toutes douces, sensibles mais durant lesquelles il peut m’arrivez de trouver le temps long.

Maintenant, je vais m’empresser de lire le tome 2 qui m’attend sagement dans ma Pile à Lire : Un mariage surprise, avec Vincent Hunt, l’un des survivants qui m’a le plus tapé dans l’œil …

Chevill’ment Vôtre,
Melwasul

Stratagème amoureux de Mary Balogh

Livre Stratagème amoureux

Titre : Stratagème amoureux
Auteur : Mary Balogh
Éditeur : J’ai lu – Aventures et Passions
Date de parution : 02 décembre 2015

Résumé
Le richissime M. Mason n’a jamais réussi à intégrer le cercle de ses aristocratiques voisins, qui le surnomment « le marchand de charbon ». Or il vient d’apprendre que lady Annabelle, la fille du très snob comte de Havercroft, a tenté de s’enfuir avec son cocher et a été rattrapée in extremis. Sa réputation est donc perdue, et Mason se frotte les mains. Il tient sa revanche ! En effet il a un fils, Reginald, un jeune gandin insouciant qui se ruine au jeu. C’est décidé : Reginald va demander la main de lady Annabelle. Ainsi le comte casera sa pestiférée de fille et Mason aura ses entrées dans le beau monde. Chacun sera gagnant. Bien sûr, personne ne demande leur avis aux deux intéressés. Mais les apparences sont parfois trompeuses, et rira bien qui rira le dernier…

Avis de Melwasul
note 10

Mary Balogh, auteur plutôt inégale. Je suis rarement entièrement convaincue par ses romances historiques : je passe en général un bon moment mais il y a toujours un passage que je trouve un petit peu trop long. Ce qui est dommage parce que sa plume a un petit côté aérien, poétique que j’aime beaucoup. Et je crois bien qu’avec Stratagème amoureux j’ai trouvé le format parfait pour me faire apprécier à sa juste valeur cet auteur.

Car il s’agit d’une romance historique qui tient plus de la nouvelle que du roman. Elle est très courte, dans les 220 pages et finalement, c’est parfait. Je n’y ai pas retrouvé les longueurs que peuvent avoir ses romans mais la plume aérienne, toute en douceur et poétique de Mary Balogh est bien présente et même, plus mise en avant ! Oui, moi, la fille qui n’aime pas spécialement les romans trop court, je me suis régalée avec ce livre entre nouvelle et roman.

Nous rencontrons ici Annabelle et Reginald, jeunes voisins dont les familles respectives se détestent au plus haut point, contraints de se marier après leurs erreurs respectives. Alors que leurs parents ne peuvent pas se voir en peinture, ils vont trouver le moyen de se mettre d’accord, d’organiser le mariage sans vraiment demander leurs avis aux principaux intéressés. Des manigances destinées à sauver les apparences et restaurer l’honneur des deux familles, manigances que Reginald et Annabelle vont subir bien malgré eux.

J’ai adoré la manière dont l’auteur nous les fait découvrir. Un premier aspect pas forcément flatteur puis une alternance entre présent et passé qui nous permet de mieux connaître nos héros. De voir comment ils se sont construits, de vraiment s’y attacher et qui surtout nous fait poser toutes sortes de questions.

Je dois avouer que dès le début je me suis posée des questions et me suis doutée d’une certaine chose mais plus je tournais les pages plus je me disais d’un côté que j’avais tort puis la page suivant que j’avais raison. Elles ont défilé à toute vitesse, me laissant un doux sourire aux lèvres. Surtout sur la fin !

Une écriture fluide, poétique, des sourires et même quelques rires pour une romance historique toute douce mais qui vous fera à coup sûr passer un excellent moment !

Doucement Vôtre,
Melwasul

Un mariage en blanc de Mary Balogh

Livre Un mariage en blanc

Titre : Un mariage en blanc (La saga des Bedwyn #1)
Auteur : Mary Balogh
Éditeur : J’ai lu -Aventures et Passions
Date de parution : 05 juillet 2013

Résumé
Aidan Bedwin est colonel dans l’armée. Sur le champ de bataille, il promet à un de ses soldats de prendre soin de sa sœur : Eve Morris. Cette dernière n’accepte sa protection que pour pouvoir garder son domaine. Un mariage qui va totalement bouleverser la vie d’Aidan.

Avis de Melwasul
note 4Après avoir lu les deux préquelles de cette nouvelle série de Maiy Balogh (Une nuit pour s’aimer et Le bel été de Lauren ), nous pouvons enfin lire le premier tome de cette série. Je dis bien enfin, car après avoir rencontré la famille Bedwyn le temps de quelques pages, j’étais impatiente de découvrir leurs aventures qui promettaient de grands éclats de rire.

Tout commence lorsque le colonel Aidan Bedwyn fait la promesse à un de ses lieutenants entrain de mourir sur le champ de bataille, de prendre soin de sa sœur. De TOUT faire pour la protéger. Cette sœur, c’est Eve Morris fille d’un mineur devenu riche lorsqu’il a épousé la fille de son patron (le fait qu’elle soit simple fille de mineur va être très important dans la suite du bouquin. En effet, à l’époque, que la simple fille d’un mineur épouse un membre de l’aristocratie pouvait entraîner un véritable scandale)(mais heureusement, la famille Bedwyn est une des plus puissantes du royaume)(ça aide pour faire digérer les scandales :D).

A sa mort, celui-ci a laissé son immense propriété à sa fille Eve. Lorsqu’Aidan rencontre Eve pour la première fois sur sa propriété, il est grandement soulagé. En effet, celle-ci est à l’abri du besoin grâce à cette propriété sur laquelle elle accueille tous les canards boiteux de la région. Seulement, il y a un grand MAIS qu’Aidan fini par découvrir. En effet, Eve a hérité de la propriété pour un an.

Un an jour pour jour après la mort de son père, si Eve ne s’est pas mariée dans l’année, la propriété reviendra à son frère ou, si celui-ci est mort (ce qui est le cas bien sûr), elle reviendra à leur cousin Cecil (un monstre de méchanceté et de mesquinerie dans toute sa splendeur). Eve qui ne s’est jamais mariée et qui n’a plus que quatre jours à passer dans sa chère propriété avant que Cecil ne mette tout le monde dehors.

A ce moment-là, l’honorable Aidan va se rendre compte que les promesses peuvent être très dangereuses pour un homme qui chérit sa liberté. Pour sauver Eve et ses proches tel un chevalier sur son blanc destrier, il va organiser un mariage express à Londres. Un mariage de pure convenance. Après avoir mis Cecil à la porte de la plus merveilleuse des manières (je crois que le Cecil, il a failli faire pipi-culotte de peur, de rage et de désespoir :D), chacun vivra de son côté : Eve sur sa propriété et Aidan repartira sur les champs de bataille. Sauf qu’Aidan est un Bedwyn, et un Bedwyn, ça a des responsabilités, surtout quand on a un enquiquineur de grand frère qui se mêle de tout. La séparation n’est donc pas pour tout de suite et le mariage blanc va rapidement changer de couleur… (Mais ça, on en a jamais douté ;)). Eve va alors faire la rencontre de la surprenante famille Bedwyn où pas un ne rattrape l’autre, que ce soit les frères, les sœurs ou même la terrible tantine.

J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Eve. Elle est forte et têtue mais ça, elle le cache. Sous ses airs de simple fille de mineur bien éduquée, prête à se mettre en quatre pour faire honneur à sa nouvelle famille, elle va leur jouer quelques petits tours magistralement orchestrés pour leur montrer qu’elle est loin d’être un pantin entre leur main. Si elle est là, c’est qu’elle le veut bien, elle le fait pour l’honneur d’Aidan, mais elle peut prendre ses clics et ses clacs à tout instant. J’ai adoré sa finesse. La manière qu’elle a eu de les mettre en boite grâce à une simple robe (enfin simple, tout est relatif, c’est quand même la robe avec laquelle elle est présentée auprès de la reine …). Et celle-là, pas un Bedwyn ne l’avait vu venir, et elle réussit en plus l’exploit de mettre en boite le duc de Bewcastle (le frère ainé d’Aidan).

Par contre, Aidan ne m’a fait ni chaud ni froid et c’est là ma grande déception du bouquin. Il est bien mais trop parfait à mon goût. Je vous dirais un peu la même chose que pour Kendall dans L’amour s’en mêle de Stephanie Bond. Il est trop gendre idéal pour moi. Un peu trop plat, il manque légèrement de relief même s’il tient tête au duc par moment. Mais je sais que ce que je trouve être un point faible chez Aidan, de nombreuses lectrices au contraire adoreront ce trait. Mais surtout, en plus d’être parfaitement parfait, il manque d’humour. Un humour que je pense retrouver dans quelques temps chez Alleyne, l’un de ses frères, qui depuis le deuxième préquelle me fait un grand nombre de clin d’œil !

Mary Balogh nous fait découvrir tout en douceur cette famille. On en apprend un peu plus sur le caractère de chacun de ses membres, et je dois dire que j’ai hâte de retrouver chacun d’entre eux (petite préférence pour la petite dernière Morgan et pour Alleyne). L’écriture est fluide même si j’ai trouvé l’histoire un peu longue par moment mais c’est pardonnable car c’est un premier tome, et que l’auteure met en place petit à petit toute cette famille. J’ai beaucoup aimé les personnages secondaires, l’affreux Cecil est parfait dans son rôle et les canards boiteux d’Eve (que ce soit les adultes ou les orphelins) sont un véritable point positif du bouquin. En plus d’être au centre de l’histoire, ils amènent un peu de douceur, de joie de vivre (et le premier véritable sourire d’Aidan)(ce qui est vraiment à marquer d’une première blanche, parce que le Aidan, il a l’air aussi souriant qu’une porte de prison !).

Au final, c’est un bon premier tome, pas exceptionnel comme Un diable en hiver ou La belle et la bête par exemple (mais bon après c’est moche ce que je fais car ce sont mes deux chouchous donc la comparaison est loin d’être facile). Mais c’est surtout un premier tome qui me donne envie de poursuivre l’aventure avec cette famille, et j’attendrais avec impatience les prochains tomes !

Ecarlatement Vôtre,

Melwasul

Le bel été de Lauren de Mary Balogh

Livre Le bel été de Lauren

Titre : Le bel été de Lauren
Auteur : Mary Balogh
Éditeur : J’ai lu – Aventures et Passions
Date de parution : 15 février 2013

Résumé
Abandonnée aux pieds de l’autel un an plus tôt, Lauren Edgeworth n’aspire plus qu’à s’établir à Bath et à rester célibataire. Encore faut-il éviter tout mariage… La solution ? Passer pour fiancée et compromise, en s’acoquinant avec le plus perfide débauché. En somme, accepter le temps d’un été la proposition de lord Ravensburg…

Avis de Melwasul
note 4« Le bel été de Lauren » est la deuxième préquelle de la saga des Bedwyn de Mary Balogh après « Une nuit pour s’aimer ». Dans le tome précédent nous laissions Lauren littéralement abandonnée au pied de l’autel par l’homme qu’elle aimait depuis toujours et à qui elle était destinée.

Nous la retrouvons un an plus tard en visite à Londres, bien décidée à faire comprendre à sa famille qu’elle souhaite rester célibataire et qu’elle n’est pas la petite chose fragile que tout le monde surprotège. Elle fait alors connaissance du plus débauché des débauchés, revenu depuis un an des champs de batailles, le vicomte Ravensberg, connu sous le nom de Kit.

Une rencontre loin d’être due au hasard. Celui-ci ayant en effet parié avec ses amis, qu’il serait marié, avant un mois, à la belle et intransigeante Lauren. Finalement, après quelques temps, il lui avoue son secret et après un saupoudrage de poussière de fée Lauren accepte de se faire passer pour la fiancée de Kit lors de la partie de campagne pour l’anniversaire de sa grand-mère.

Kit qui, accessoirement, est déjà fiancé à l’ex-fiancée de son feu frère aîné (oui, je sais ça commence à devenir compliqué… la magie de la romance :S). Une fiancée qui se trouve être une Bedwyn (et c’est là par contre que c’est génial, on découvre enfin les héros de cette saga, et pas d’un œil très clément mais le peu qu’on les voit, on ne peut s’empêcher de les trouver géniaux !).
Je dois vous le dire de suite, si j’ai mis un 4/5 à cette romance c’est en grande partie pour son héros : Kit et ses yeux rieurs. J’ai complètement craqué pour lui (je le reconnais j’ai un faible pour les canailles ;), il m’a un peu rappelé mon St Vincent mais il ne l’a point égalé).

Kit, en dehors de ses yeux rieurs et de sa bonne humeur commutative, a un sens de l’humour complètement irrésistible (presque autant que son sourire). Pourtant il cache, derrière cette joie de vivre, cette bonne humeur et ce visage rieur, de profondes blessures. Des blessures liées à sa famille et plus particulièrement à ses frères. Mais rassurez-vous, rien que les magiciennes de l’amour ne vont réussir à soigner.

Mes deux seuls points négatifs sont : Lauren et le manque d’aventure. Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas du tout accroché à son personnage. Être dans sa tête ne m’a absolument pas plus, elle a l’esprit vraiment trop tordu pour moi. Et puis, ça manquait un petit peu d’aventure dans ce roman, pas de grands méchants, pas de sauvetages, pas de moments dramatiques où un des héros échappe à la mort à la dernière minute. D’où les deux demi-points enlevés.

Mais à part ça, Mary Balogh manie toujours aussi bien sa plume. J’ai quand même dévoré le bouquin en juste deux heures, sans le lâcher. Et puis, elle présente parfaitement sa série, ne nous donnant qu’une envie : découvrir très vite la famille Bedwyn qui se révèle dès ce bouquin très haute en couleurs !

Romantiquement Vôtre,

Melwasul

Frissons d’enfer de Axelle Auclair

Livre Frissons d’enfer

Titre : Frissons d’enfer (duologie)
Auteur : Axelle Auclair
Éditeur : Axelle Auclair
Date de parution : 15 janvier 2020

Résumé
Fraîchement diplômée d’une grande école d’art, Fleur rêve de découvrir le monde.
Mais à peine a-t-elle atterri à New York, que tout s’emballe et tout déraille, en bien comme en mal.
De l’amour à l’enfer, il n’y a qu’un pas, et Fleur va le découvrir à ses dépens au contact de Dante, en affrontant des situations qu’elle n’aurait jamais dû vivre.

Sans se départir de son humour, l’auteur de « SECRET DÉFENSE d’Aimer » nous embarque dans une nouvelle romance aux contours plus sombres.

Avis de Moonshine
note 5

Je suis vraiment heureuse de vous présenter la nouvelle parution d’Axelle Auclair, l’auteur de la trilogie : « Secret défense d’aimer » qui est publiée chez Hugo Roman. Je remercie l’auteur de m’avoir accordée sa confiance pour la lecture de cette duologie. Sans aucun doute, c’est la meilleure histoire d’Axelle Auclair que j’ai pu lire.

Fleur vient de décrocher son diplôme d’art. Avant de rentrer dans la vie active, elle décide de prendre des vacances et s’exile en Amérique chez des cousins germains. Lors d’une soirée prestigieuse chez un riche négociateur en art, Fleur essaye de s’éclipser de la soirée où elle ne se sent pas à sa place. Sur un balcon, elle rencontre Aaron, le riche propriétaire ainsi que son garde du corps : Dante. Malmenée par ce dernier et abandonnée par ses cousins, elle est recueillie par Aaron qui lui proposera de travailler pour lui en évaluant sa collection d’oeuvres d’art.

Fleur débute une nouvelle vie de princesse dans la grande demeure d’Aaron. Elle exerce un métier de rêve qui lui permet de travailler sur des chefs d’oeuvre. Et elle se lie d’amitié avec le personnel d’ Aaron qui deviendront en quelques jours des amis. Seule ombre au tableau : Dante. Cet homme pour qui elle se damnerait et qui est portant arrogant, froid, insupportable, indésirable… et j’en passe. Et pourtant, il sera le premier à venir à son aide quand elle en aura le plus besoin.

Je ne sais pas par où commencer pour vous décrire ce coup de coeur. Je ne m’y attendais absolument pas. J’avais dévoré : Secret défense d’aimer (les trois tomes en quelques jours), avec cette duologie, je l’ai finie en deux jours. Un jour pour chaque tome. Même si le début commence tout en douceur, l’intrigue devient vraiment addictive. Et à la fin du premier tome, j’étais sous pression. Impossible de ne pas lire la suite. L’auteur termine son récit sur une note où règne le suspense. Je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler. Mais c’est difficile de me taire.

Parlons des personnages qui m’ont fascinés. Fleur est une jeune femme souriante et fraîche. Elle a une sacré répartie. Et j’ai adoré m’identifier à elle surtout lors de ses joutes verbales avec le mâle alpha qu’est Dante. Ce dernier est imbuvable et c’est bien ce trait de caractère qui va fasciner les lecteurs. Il cache un lourd passé et jusqu’au bout l’auteur saura nous le cacher. Et c’est un trait de caractère du héros que j’ai apprécier. Sans oublier qu’il veuille tout gérer à sa sauce et qu’il doit être maître de lui. Des petites choses qui m’ont faites penser au personnage de Condor dans sa précédente trilogie.

La plume d’Axelle est toujours aussi addictive. Elle joue avec brio la carte de l’humour avec ses personnages. Elle sait mettre une bonne dose d’émotions dans ses romances. Emotions qui parfois vous feront rire mais aussi pleurer. J’ai pleurer comme une madeleine dans le second tome et je n’avais pas prévu la boite de mouchoirs.

Vous l’aurez compris, cette duologie est un coup de coeur que je vais m’empresser de partager avec mon entourage. J’espère qu’elle sera comme sa précédente trilogie publiée par une maison d’éditions afin que cette histoire puisse toucher le plus de lecteurs possible. En attendant, vous pouvez la retrouver en format papier et broché. Je vous laisse entre les mains de Dante.

Moonshine

SECRET DÉFENSE d’aimer #3 de Axelle Auclair

Livre SECRET DÉFENSE d’aimer n°3

(Titre : SECRET DÉFENSE d’aimer (Tome #3)
Auteur : Axelle Auclair
Éditeur : Axelle Auclair
Date de parution : 09 janvier2019

Résumé
Un homme à l’identité secrète opère au sein d’une cellule du Ministère de la Défense. Asocial par choix pour se préserver, seul son travail donne un sens à sa vie. Toujours cagoulé, identifiable au logo sur son uniforme, son nom de code est : Condor.
L’arrivée d’une nouvelle recrue dans l’équipe administrative vient perturber son équilibre. Aussi joviale qu’efficace, Sabine déstabilise l’agent revêche. Quand Condor ressent des sentiments inconnus jusque-là, il est trop tard pour les nier.
Une nouvelle mission s’impose à lui : la conquérir.
Mais l’opération s’annonce périlleuse.

Tome final des aventures de Sabine et Condor.

Avis de Moonshine
note 5

Des trois tomes de cette série, c’est le plus douloureux à lire. Pourquoi ? Pour le twist du second tome qui m’a laissé dans un profond désarroi et dans l’incertitude la plus totale. Même si j’espérais que l’auteur ne soit pas de ceux qui ont un coeur de pierre et qui prennent un malin plaisir à torturer leurs personnages comme leur lectorat. Mais Ouffff…. Soufflons un grand coup. Axelle Auclair est génialissime car elle m’a bien menée en bateau. Et j’ai coulé à pic.

Si vous ne souhaitez pas vous faire spoiler l’histoire de cette série, je vous invite à passer votre chemin si vous n’êtes pas à jour de votre lecture. Je ne souhaite pas être responsable de vous avoir spoilé l’histoire de ces personnages génialissimes. Nous retrouvons donc Sabine avec un moral dans les chaussettes. Elle a bien compris que Cobra était porté disparu suite à une mission à l’étranger. Plus aucun espoir ne subsiste. Mais notre héroïne veut comprendre. Et elle se lance dans des recherches satellites. Et c’est peut être cet entêtement qui pourra tout faire basculer.

Ce dernier tome est génial. Je n’ai pas d’autre mot pour décrire la plume dynamique et amusante de cet auteur. Avec humour et brio, elle donne à ses lecteurs de quoi se mettre sous la dent. Mais elle aborde des sujets aussi douloureux comme le retour à la vie civile ou le fait de retrouver une identité. La bande de compères va vivre aussi un bouleversement dans leur vie quotidienne. Notre Condor est toujours aussi gaffeur et protecteur envers sa femme. Mais, il devra aussi prendre la mesure de ses erreurs qui pèseront lourdement sur notre héroïne qui va devoir apprendre à pardonner.

Le lecteur ne sera pas épargné dans ses émotions jusqu’au magistral final de cette histoire. Ce que j’ai adoré aussi c’est la place que prend les personnages secondaires dans ce dernier tome. Et il est génial de pouvoir constater que cette histoire se clôt à merveille avec l’épilogue du tonnerre que nous offre l’auteur. C’est une série que je relirai avec grand plaisir. Je n’ai jamais autant ri avec une comédie romantique militaire. J’espère que l’auteur nous en proposera d’autre dans ce milieu.

Moonshine

SECRET DÉFENSE d’aimer #2 de Axelle Auclair

Livre SECRET DÉFENSE d’aimer n°2

défense d’aimer T2
Titre : SECRET DÉFENSE d’aimer (Tome #2)
Auteur : Axelle Auclair
Éditeur : Axelle Auclair
Date de parution : 29 novembre 2018

Résumé
Un homme à l’identité secrète opère au sein d’une cellule du Ministère de la Défense. Asocial par choix pour se préserver, seul son travail donne un sens à sa vie. Toujours cagoulé, identifiable au logo sur son uniforme, son nom de code est : Condor.
L’arrivée d’une nouvelle recrue dans l’équipe administrative vient perturber son équilibre. Aussi joviale qu’efficace, Sabine déstabilise l’agent revêche. Quand Condor ressent des sentiments inconnus jusque-là, il est trop tard pour les nier.
Une nouvelle mission s’impose à lui : la conquérir.
Mais l’opération s’annonce périlleuse.
Tome 2 des aventures de Sabine et Condor.

Avis de Moonshine

Après le premier tome de SDA qui est tout simplement génialissime, il était inconcevable que je ne me jette pas sur le second tome. Et voilà c’est chose faite. Bon je ne vous cache pas que depuis le temps, j’ai bien entendu dévoré le dernier tome. Nan parce qu’un Condor cela se savoure et se dévore à la fois. Pauvre Sabine, elle en a du courage car cette fois-ci le volatile ne va rien lui épargner. Il m’est difficile d’écrire cette chronique sans vous SPOILER alors par pitié ne la lisez pas tant que vous n’aurez pas dévoré le premier tome.

Nous retrouvons notre troupe après la signature des papiers de mariage entre Condor et Sabine. Nos héros vont pouvoir enfin convoler en juste noce. Yeaaaahhh… Et comme notre Condor est un homme avec un grand et gros cœur, il ne résiste pas à offrir à notre Sabinette choupinette un beau cadeau. Il lui livre son amie Sylvie sur un beau plateau argenté. En effet, la demoiselle sait à présent que Sabine et Condor sont unis jusqu’à ce que la mort les sépareou que Sabine mettre fin à la vie de son Condor pendant son sommeil. De ce fait, notre héroïne va pouvoir éviter de faire des boulettes en parlant de Condor et se confier à son amie.

Comme je l’avais prévu, l’histoire et la romance se développent de plus en plus dans ce tome-ci. Condor est toujours égal à lui même : rustre, imbu de sa personne (c’est ce que je préfère 🙂 ) et fort (Grrrrr….j’ai chaud). Son personnage prend réellement de l’ampleur dans ce tome. Et son amour pour Sabine est vraiment développé. J’entends par là, qu’il prend conscience de ses sentiments. Et il est près à tout pour sa femme, même à donner sa vie. Ce qui est le plus marrant dans son caractère c’est qu’il est jaloux comme un pou. et surtout qu’il est gaffeur. Bon pas autant que Sabine mais certaines situations sont vraiment cocasses.

Sabine est égale à elle-même. Elle doit supporter ses trois voyous qu’elle adore. Mais la chose devient un peu plus aisée depuis que Sylvie est au courant pour son mariage. Elle va tout de même se heurter à des difficultés mais saura les surmonter. J’aime son caractère de battante. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds même par son boss 😉 .

L’histoire est toujours aussi rigolote. Impossible de ne pas rire aux éclats. Il y a des situations que le lecteur ne verra pas venir et qui vont provoquer des bons moments de franche rigolade. Le plus difficile pour moi est de ne pas vous citer un passage qui va fait tant rire que j’ai eu une grosse quinte de toux. Chéri était à deux doigts d’appeler les secours.

Mais l’auteur est aussi une petite chipie. En effet, ce second tome nous réserve une surprise de taille. Il se termine sur un cliffhanger. Je vous donne un conseil avisé : prévoyez l’achat du dernier tome de cette série avant de vous lancer dans ce tome-ci afin d’éviter un état de frustration extrême (

SECRET DÉFENSE d’aimer de Axelle Auclair

Livre SECRET DÉFENSE d’aimer

Titre : SECRET DÉFENSE d’aimer (Tome #1)
Auteur : Axelle Auclair
Éditeur : Axelle Auclair
Date de parution : 16 novembre 2018

Résumé
Un homme à l’identité secrète opère au sein d’une cellule du Ministère de la Défense. Asocial par choix pour se préserver, seul son travail donne un sens à sa vie. Toujours cagoulé, identifiable au logo sur son uniforme, son nom de code est : Condor.
L’arrivée d’une nouvelle recrue dans l’équipe administrative vient perturber son équilibre. Aussi joviale qu’efficace, Sabine déstabilise l’agent revêche. Quand Condor ressent des sentiments inconnus jusque-là, il est trop tard pour les nier.
Une nouvelle mission s’impose à lui : la conquérir. Mais l’opération s’annonce périlleuse.

Avis de Moonshine
note 5

Avant de vous proposer la chronique, je ne vous cacherai pas que ce roman a tout une histoire. J’ai découvert son auteur grâce à Gwenlan de La Malle aux Livres. Je cherchais une romance militaire et elle m’a conseillé de lire la duologie : Unité d’élite de Loraline Bradern. Livres que j’ai dévorés bien entendu. Et là, je suis restée insatiable. Il me fallait une autre military romance. Je signale mon désarroi sur les réseaux sociaux et ni une ni deux, Gwenlan me conseille à nouveau cette trilogie d’ Axelle Auclair. Alors que fais-je d’après vous ? Ben j’achète le premier tome. Et me voilà plongée dans ma lecture. Alors si je rédige en premier lieu cette chronique et non pas celles de Loraline Bradern que dont j’ai terminé bien avant ses romans, c’est tout simplement car je n’ai lu que le premier tome d’Axelle Auclair et que je dois patienter pour acheter le second tome en format numérique. De ce fait, Loraline, je te promets que tes chroniques sont prévus pour lundi et mardi. Cela ne fera pas de coupure ! 🙂

Par où commencer avec cette chronique ? Oui je sais ! Il faut absolument que je vous dise que ce premier tome est une entrée en matière et que je me suis régalée. C’est un coup de cœur pour ce début de série et je ne peux pas vous le cacher car je vais en parler pendant un bon mois et peut-être même plus si je dois attendre longtemps la sortie du second tome en format numérique. Je n’ai jamais autant ri avec un livre. Mais celui-ci est extra grâce à son héroïne à fort caractère qui ne se laisse pas faire et son héros complètement barjot. Sans compter les situations les plus cocasses au monde qui semblent tellement irréelles mais qui n’arrivent qu’à notre héroïne.

Sabine est Maréchale des Logis. Suite à sa demande de mutation dans le sud (car la neige et le froid cela va un temps…), elle se retrouve malgré elle mutée sur Paris au Ministère de la Défense. Retour au bercail auprès de ses parents à la Capital. Tout pour la ravir. De plus, elle intègre une branche du ministère un tantinet secrète le CCL. Elle y sera archiviste pour des hommes de l’ombre en mission. Son job, c’est de leur fournir des cartes géographiques et d’archiver leurs dossiers de mission. Un job assez sympa sauf quand il faut travailler avec ces hommes : Condor, Cobra et Lynx. Ce ne sont pas des hommes mais des machines de guerre. Toujours prêts à agir en toute irconstance. Mais voilà, notre jolie Sabine va devoir se confronter au chef de cette cellule, le terrible Condor. Un nom qui fait trembler d’effroi tout le ministère. Personne n’a jamais vu son visage mais tous connaissent sa réputation.

Cette comédie romantique (n’ayons pas peur des mots) est extra. Je n’ai pas cessé de rire. Grâce à Sabine et les situations rocambolesques dans lesquelles elle arrive à se fourrer. Mais aussi grâce au personnage du Condor qui est le maillon fort de cette histoire. Un homme surentraîné à débusquer des terroristes. Un homme qui n’a aucun sens de l’humour. Un homme qui prend tout ce qu’on lui dit au premier degré. Un homme sans le moindre scrupules. Un homme qui n’a jamais connu l’amour. Un homme qui doit rester dans l’anonymat la plus complète. Bref un héros unique que vous ne retrouverez dans aucune autre romance. Et quand ce Dieu vivant, ce fantasme irréel s’est mis en tête de séduire notre héroïne, il va se passer de drôle de choses. Car il n’est pas chose aisée de faire succomber notre héroïne.

Sabine est une personne à laquelle je me suis énormément attachée. C’est une jeune femme dynamique, rigolote qui a de la répartie mais qui doit aussi la mettre en veilleuse si elle ne veut pas s’attirer les foudres du Condor. Elle trouve rapidement sa place au sein de la cellule CCL. Et elle aime son travail. Surtout celui qu’elle prend à cœur : veiller sur ces hommes de l’ombre. Apprendre à les connaître sans jamais voir leur visage et devenir leurs amis. Il ne faut pas croire mais tout le monde fond devant notre héroïne. Je suis fan de Sabine et c’est mon Héroïne. Ce que j’apprécie le plus c’est son humour à tout épreuve et ses réflexions personnelles.

Alors pour ceux et celles qui s’attendent à une romance passionnelle dans ce premier tome, ben va falloir attendre un peu… Car l’histoire d’amour entre nos héros se met tout doucement en place. Et je ne doute nullement que le développement sera plus important dans les tomes à venir. Qu’il me tarde bien entendu de lire. Je vous rassure, il se passe tout de même des petites choses entre nos héros mais chut !!! Je ne dirai rien de plus à part : FILEZ m’acheter ce livre sur le champs ! (Nan mais…) Aucun doute, vous ne serez pas déçu du voyage. Immense coup de cœur pour ce début de série. Vite, vite la suite…

Moonshine