V-Virus de Scott Westerfeld

couv v virus

Titre : V Virus (Peeps #1)
Auteur : Scott Westerfeld
Éditeur : Milan – Collection Macadam
Date de parution : 23 octobre 2013

Résumé

Cal est un étudiant en biologie fraîchement débarqué à New York. Un soir, il couche avec Morgan, une inconnue rencontrée dans un bar. À la suite de cette aventure, il développe d’étonnants symptômes qui rappellent le vampirisme. Ces nouveaux pouvoirs l’amènent à intégrer une organisation politique secrète, chargée de protéger la population de cette « infection »…

Avis de Mockingjay

note 4Dire que ce livre s’est fait désirer est un euphémisme.
Il y a presque un an, j’ai découvert le résumé et j’ai eu de suite l’ envie de le lire. Malheureusement le livre étant relativement «ancien», quand j’ai voulu le commander et que j’ai découvert qu’il valait prêt de 70€, j’ai ravalé mon envie de le découvrir.
Seulement voilà, quelques mois plus tard Moon m’a annoncé que Macadam avait l’intention de le rééditer, j’ai sauté sur l’occasion et je les en remercie.

L’histoire/Les personnages

Oubliez tout ce que vous savez des vampires. J’utilise ce terme alors que dans le livre il n’en est quasiment jamais question. Ici le «vampirisme» est une maladie. Certains humains, comme Cal notre héros, sont des porteurs sains, ce qui leur procure force, vue incroyable… sans avoir besoin de se jeter sur quiconque pour se nourrir. Mais, oui il y a un mais. Même s’ils ne dévorent pas leurs congénères et ne ressentent pas le besoin de mordre, les porteurs sains n’en restent pas moins contagieux. Les baisers et les parties de jambes en l’air sont à éviter, si vous voyez ce que je veux dire.

Les deux ex-petites amies de Cal pourraient en témoigner si elles ne s’étaient pas, par sa faute, transformées en Peeps. Ces personnes qui ne réagissent pas très bien au virus et se transforment en véritables zombies/vampires dévorant et contaminant tout ce qui se trouve sur leurs passages.
Cal décidée d’entrer dans la garde de nuit, une organisation qui tente d’arrêter ces fameux Peeps avant qu’ils ne transforment tous les humains en monstres assoiffés dénués de raison. C’est comme ça qu’il va rencontrer Lacey, une humaine (saine !) bien décidé à découvrir ce qu’il se passe réellement.

Mon avis

Vous remarquez sans doute que je n’ai pas était très bavarde au sujet de l’histoire ou des personnages. Voilà pourquoi.
Les personnages ne m’ont pas marqués. Non c’est faux, je devrais plutôt dire qu’aucun d’entre eux n’a réussi à me donner envie «d’être à sa place».
Et pourtant je n’ai pas réussi à lâcher le livre (c’est rare quand les personnages me laissent indifférente). L’idée de l’auteur est grandiose et il l’a rédigé à la perfection.
Je n’utilise pas le mot perfection au hasard, bien au contraire. On voit qu’il a tout pensé de A à Z, rien n’est laissé au hasard. Il réussit à allier fantastique, action et romance de manière stupéfiante.

L’écriture de Scott Westerfeld est vraiment particulière. Je ne saurais pas l’expliquer, mais «il faut s’accrocher» pour entrer dans le livre. Et d’autant plus quand dès le départ on est plongé dans le feu de l’action sans trop savoir ce qui se passe. La narration le rythme, le genre, tout a un goût de nouveauté, d’innovation. Je pense que le fait que l’auteur soit un homme joue, beaucoup. C’est viril, oppressant froid et carré.

En plus, il a pris le pari d’inclure des chapitres (un sur deux quand même !) scientifiques, entièrement dédiés a nous expliquer le fonctionnement et le développement du virus. Certes, ça ralenti et casse un peu le rythme de l’histoire, mais ces chapitres sont tellement bien rédigés qu’on se met à y croire. Au fil des pages on n’est plus en train de livre un énième livre fantastique, mais un témoignage accompagné de «document officiel»

C’est le genre de livre que soit on aime, soit on déteste.
Pour moi c’est la première option qui l’emporte et j’ai hâte de découvrir la fin de cette histoire !
Avec un titre comme A-Apocalypse, je devine que le second et dernier tome va être tout aussi savoureux

Extraits

« -OK. Merci. Et, heu… à ce soir, j’imagine.
Je souris.
– À ce soir.
Elle ne bougea pas tout de suite, puis frissonna.
-Waouh, le même malaise qu’après une histoire d’un soir, sans même s’être envoyés en l’air. À plus tard, mec.
La porte claqua derrière elle tandis que je restais planté sur place, à me demander ce qu’elle avait voulu dire par là.»

«Les toxoplasmes sont microscopiques. Le système immunitaire humain parvient généralement à leur botter le cul, de sorte que même si vous en avez, vous ne vous en apercevrez probablement jamais. En fait, les toxoplasmes ne tiennent pas à se trouver dans votre tête. Piégés à l’intérieur de votre crâne, assaillis par vos défenses immunitaires, ils ne peuvent même pas pondre leurs œufs, ce qui représente un gros game over sur le plan de l’évolution.
Les toxoplasmes préféreraient vivre dans le système digestif de votre chat, où ils pourraient manger des croquettes et pondre tranquillement. Comme ça, quand minou déboucherait l’orchestre, leurs œufs se retrouveraient par terre, prêts à sauter sur d’autres créatures de passage. Comme des rats, par exemple.
Un petit mot à propos des rats : ce sont ni plus ni moins que des convois de parasites, qu’ils transportent d’un lieu à un autre.
Dans mon boulot, on appelle ça un vecteur. Les rats voyagent partout dans le monde et ils se reproduisent comme des fous. Embarquer à bord du Rat Express est l’une des meilleures méthodes de propagation des maladies.
Quand les toxoplasmes se retrouvent dans un rat, ils se mettent à modifier le cerveau de leur hôte. Si un rat ordinaire croise quelque chose qui sent le chat, il panique et détale; les rats contaminés par les toxoplasmes, en revanche, aiment l’odeur des chats. La pisse de matou attise leur curiosité. Ils peuvent passer des heures à en rechercher la source.
Laquelle est invariablement un chat. Qui les bouffe.»

MockingJay

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *