Une Saison à Longbourn de Jo Baker

une saison à longbourn
Titre : Une Saison à Longbourn
Auteur :  Jo Baker
Éditeur : Stock
Date de parution : 02 avril  2014

Résumé

Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en âge de se marier.
À l’étage inférieur veillent les domestiques. Personnages fantomatiques dans le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés, ils deviennent ici des êtres de chair et de sang qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Mais ce que les domestiques font dans la cuisine, sans être observés, pendant qu’Elizabeth et Darcy tombent amoureux à l’étage, relève d’eux seuls… Une histoire d’amour peut en cacher une autre, et qui sait quel secret enfoui risque de ressurgir.

Avis de Melwasul

note 5Il y a plusieurs catégories de bouquins. Ceux qu’on n’arrive même pas à finir. Ceux qu’on lit et qu’on oublie vite. Ceux qu’on aime bien. Ceux qui sont de vrais coups de cœur. Puis finalement, il y a ceux qui sont au-delà du coup de cœur. Ces livres là, ce sont certains de mes Jane Austen (Orgueil et préjugés ou Persuasion), mes Harry Potter ou encore certains Chicago Stars. Des livres doudous que l’on ressort en cas de blues. Et, je dois vous dire qu’Une saison à Longbourn vient de rentrer par la très grande porte dans cette dernière catégorie. Ce livre, je l’ai dégusté le temps de trois soirées (oui je dis bien trois, moi qui lis habituellement un bouquin en une seule soirée). Trois parce que je n’avais pas envie de le finir. J’étais tellement happée par les mots qui défilaient devant mes yeux, tellement impatiente de connaître la fin, tellement bien, un moment d’apaisement en une période extrêmement stressante pour moi, que j’ai réussi à m’arrêter et à ne reprendre que le lendemain pour pouvoir le savourer pleinement.

Nous suivons l’histoire des domestiques de Longbourn. Il y a Mr et Mrs Hill, la cuisinière/intendante, Sarah, petite bonne recueillie après la mort de ses parents par les Hill et la petite Polly, elle aussi recueillie. A eux quatre, ils forment une sorte de famille. Ils se soutiennent les uns les autres. Nous suivons donc leurs aventures, leurs durs travaux au cœur de la maison. Et plus particulièrement Sarah. Sarah, jeune femme, pleine d’espoir et de rêves mais qui travaille dur. Sarah qui trouve qui aimerait que son épuisante routine soit un peu bouleversée. Ce qui va se produire à l’arrivée d’un nouveau domestique : le mystérieux James Smith. Et finalement, elle était bien heureuse avant qu’il n’arrive. Car elle le sait, elle le sent, il n’est pas ce qu’il prétend être, il ment, il cache une part de lui et pour sa tranquillité d’esprit, elle aurait préféré qu’il ne vienne jamais à Longbourn.

Et pourtant, nous allons voir James tomber sous le charme de Sarah tout doucement sans que celle-ci ne se rende compte de rien. Puis Sarah s’apercevoir de la perle qu’elle a sous les yeux. Nous allons voir ce couple se chercher puis se trouver. Nous allons adorer les voir se découvrir, nous offrant de magnifiques scènes de complicités. Jusqu’à ce que la vie les rattrape et ne change tout. Nous allons alors découvrir toutes les pièces manquantes du puzzle (même si pour beaucoup, les indices laissés nous permettaient d’en découvrir une bonne partie, ce qui n’est absolument pas gênant au contraire). Puis nous allons croiser les doigts pour que tout revienne dans l’ordre.

Beaucoup décrivent ce roman comme si Downton Abbey s’invitait dans l’univers de Jane Austen et inversement. Oui c’est vrai, l’auteure place son récit en plein Orgueil et Préjugés, oui c’est vrai on s’intéresse aux domestiques dans ce bouquin. Mais ce que je voudrais rajouter c’est que ce livre vit avant tout par lui-même. Le fait que l’on mentionne la famille Bennet, que le livre suive parfaitement la chronologie des évènements d’Orgueil et Préjugés est un plus, un magnifique clin d’œil, mais sans même tout cela, ce livre aurait été un coup de cœur. On retrouve avec plaisir Lizzie, Jane, Darcy & Cie de l’autre côté du voile mais avec des personnages lambda j’aurais tout autant adoré ce bouquin, pour son histoire, son écriture, pour les émotions que j’ai ressenti, du grand sourire en passant par les larmes (que ce soit d’émotion joyeuse ou pour cause de cœur brisé).

Jo Baker a complètement réécrit Orgueil et préjugés, je ne suis même pas sure que l’on puisse parler de réécriture car elle créait à partir de l’univers de Jane Austen un univers complètement différent et nous montre l’envers du décors de l’original, elle nous conte l’histoire de ces personnes à peine mentionner dans le bouquin et nous montre la vision qu’ils ont des héros (une vision qui colle parfaitement même si elle peut parfois nous surprendre, nous qui pensions connaître la famille Bennet par cœur).

Elle nous offre une description minutieuse de la dure vie des domestiques à cette époque-là, mais n’hésite pas non plus à nous plonger au cœur des guerres Napoléoniennes, de leur dureté, de la souffrance qu’elles entraînent, sujet seulement mentionné en fond chez Jane Austen mais qui a toute son importance ici. Nous avons des personnages terriblement attachants, tous réalistes et qui nous feront trembler jusqu’aux dernières pages. Et des dernières pages magnifiques, qui m’auront fait verser ma petite larmichette, je le reconnais. Mais j’étais tellement bien que je ne voulais pas que cela prenne fin.

Pour finir, je dirais juste que la mode est à la reprise de l’univers de Jane Austen mais c’est le premier livre du genre qui me fait un tel effet. Parfait. Je me répète mais il est tout simplement parfait. Un seul conseil, précipitez-vous dessus puis juste, dégustez …
En tout cas un énorme merci aux éditions Stock, et plus particulièrement Vanessa, pour m’avoir permis de découvrir ce petit joyau !

Sereinement Vôtre,

Melwasul

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

12 réflexions au sujet de « Une Saison à Longbourn de Jo Baker »

  1. lila

    wow tu donnes envie 😉 dis donc en ce moment tu as des lectures super bien notées , ça fait plaisir , on se régale par avance 🙂

    Répondre
    1. Melwasul

      j’avoue qu’en ce moment j’ai de la chance. On va dire que je choisis bien mes lectures et que dès que j’ai un doute je laisse dans ma PAL pour quand j’aurais du temps !

      En tout cas n’hésite pas si tu as l’occasion de le lire 😉

      Répondre
  2. Jane Austen and her world

    Super chronique! Je suis contente que ça ait été un coup de coeur pour toi. Moi je n’irai pas jusque là mais j’ai vraiment aimé découvrir le quotidien de ces domestiques et c’est une histoire tellement bien construite!

    Répondre
    1. Melwasul

      Ah oui si j’osais je dirais presque que j’ai plus aimé que P&P (mais ça n’en est pas loin du tout !). Dès que je le vois j’ai envie de me replonger dedans ^^

      Répondre
  3. gwenlan

    Voilà un roman qui me donne bien envie 🙂
    Mais bon ça ne serait pas très raisonnable surtout que je suis dans ma période je dois faire diminuer ma PAL, je dois la faire diminuer 🙂 Enfin souvent ça ne dure jamais bien longtemps. Je suis de nature assez faible quand on parle de bouquin & d’achats ^^
    En tout cas jolie chronique 😀

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *