Une passion Russe de Rosemary Rogers

Une passion Russe
Titre : Une passion Russe (Au coeur de la Russie impériale #3)
Auteur : Rosemary Rogers
Éditeur : Harlequin – Mosaïc Poche
Date de parution : 20 août 2014

Résumé

Saint-Pétersbourg, 1855. Après la disparition de son père, Emma Linley-Kirov a renoncé à ses rêves de jeune fille pour se consacrer à l’éducation de sa jeune sœur Anya. Mais son existence tranquille vole en éclats lorsqu’Anya disparaît avec deux inconnus, laissant derrière elle un billet énigmatique. Seul indice, sa destination : Saint-Pétersbourg… Redoutant le pire, Emma abandonne tout pour partir à la recherche de sa sœur. Sa quête désespérée la conduit jusque dans les bas-fonds de la ville, où elle fait la rencontre de Dimitri Tipova, le tsar des mendiants, un libertin au charme scandaleux. Bien que tout les sépare, Emma comprend vite que Dimitri poursuit le même but qu’elle : retrouver les hommes responsables de la disparition d’Anya. Alors peu importe les raisons obscures qui motivent Dimitri, peu importe la dangereuse attirance qu’elle ressent pour lui, Emma est prête à tout pour sauver sa sœur. Y compris à signer un pacte avec le diable…

Avis de Melwasul

note 4C’est avec grand plaisir que je me suis plongée dans le dernier tome de cette série de Rosemary Rogers. Après les frères Summerville dans un Un palais sous la neige  et L’Intrigante nous suivons ici le Tsar des Mendiants de Saint-Pétersbourg. Tsar que nous rencontrions lors du tome 2 et qui m’avait vraiment mis l’eau à la bouche, j’avais hâte de faire plus ample connaissance et dans le genre canaille au grand cœur, il était largement à la hauteur. Mais avant de plus s’étendre sur le sujet, revenons-en à l’histoire.

Emma est proche de la folie : sa petite sœur dont elle a la charge depuis la mort de son père a été enlevée par deux hommes qui ont promis de faire d’elle une star. Son seul indice pour tenter de la retrouver : ils ont très certainement pris la direction de Saint-Pétersbourg et elle va donc devoir demander de l’aide à un cousin de sa famille, proche du Tsar (le vrai) et qui la met en contact avec l’autre Tsar (celui des Mendiants) car il en est certain, il est le mieux placer pour l’aider (mais je ne vous dirai pas pourquoi !). Une enquête (à la cohabitation compliquée …) qui va les ramener à Londres puis … TADAM… (Essayez de deviner, vous ne trouveriez pas)…. TADAM bis… Au Caire ! [SurprIse]

Voilà, ça en est assez pour le résumé, revenons-en à ce qui vous intéresse mesdames, Dimitri Tipova alias le Tsar des Mendiants, libertin au charme scandaleux et au cœur gros comme une montagne. Sexitude ravageuse, humour à croquer, caractère bien trempé, tout était fait pour me faire succomber, et ça a marché ! Ah faible femme que je suis (je dois le dire à peu près toute les trois chroniques, me voilà qui radote, la vieillesse…). Bref il est parfait même si son désir de vengeance nous donne envie de le claquer pour qu’il ouvre les yeux de temps en temps. Mais j’adore son comportement avec Emma. Il la force à montrer le meilleur d’elle-même et je peux vous dire qu’elle en a bien besoin parce qu’est-ce qu’elle m’a exaspérée par moment !

Nous avons là le retour de l’héroïne tête à claques, celle qui vous hérisse le poil et vous donne envie de balancer votre livre contre un mur pour qu’elle se réveille un peu et arrête de jouer les martyres. Par moment, elle est vraiment sympathique, drôle, elle a de la répartie et tient tête à notre Tsar préféré. Mais à d’autres… arghhh ! Et je vous parle même pas du comportement qu’elle a une fois au Caire à courir deux lièvres à la fois, j’avais vraiment envie de la mettre en pièce la gourgandine ! Bon par contre après avoir rencontré la fameuse sœur, je me dis que finalement, c’est le meilleur exemplaire de la famille …

Quant à l’histoire en elle-même, elle est sympathique vous fait passer un bon moment mais est carrément capillotractée dont on ne sait où. Ce revirement avec visite du Caire est un petit plus sympa mais bon franchement, j’avais l’impression par moment que l’auteure se perdait elle-même dans son intrigue et ses rebondissements. Surtout qu’une fois le dénouement arrivé, on ne peut que se dire tout ça pour ça ? La bonne blague !

Vous l’aurez compris, c’est le moins bon des trois à mon avis. Enfin, je critique, je critique, mais ça ne m’a pas empêchée de passer encore un excellent moment et de le dévorer d’une traite. L’humour est toujours aussi présent, l’écriture de Rosemary Rogers agréable et l’ambiance dans la même veine que les précédents. On va dire qu’il vaut le détour pour la Russie et son Tsar des Mendiants, les retrouvailles avec les héros du tome précédent et pour l’auteure mais que pour le reste on a déjà vu bien mieux. A lire si vous avez beaucoup aimé les deux premiers tomes mais attendez-vous à ce qu’il soit un petit peu en-dessous. 😉

Egyptiennement Vôtre,
Melwasul

P.S : Mon chat, me voyant malade, a voulu m’aider à la rédaction de cette chronique donc je vous laisse sa participation d’une grande utilité (par contre je ne sais pas à quel moment il a lu le bouquin… :D) : « wqxsfg’hjklmùp*sqµ 74856+2gtryjuù^p$*XFGUH45 ».

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *