Une femme à tout prix de Caroline Linden

Une femme à tout prix

Titre : Une femme à tout prix (Scandales #3)
Auteur : Caroline Linden
Éditeur : J’ai lu – Aventures et Passion
Date de parution : 02 septembre 2015

Résumé

Roturière, Penelope Weston a peu d’estime pour les aristocrates hautains chez qui elle est reçue grâce à sa fortune. En particulier, elle méprise lord Benedict Atherton qui, de son propre aveu, cherche à faire un mariage de raison avec une débutante docile. Lorsque Penelope lui reproche son cynisme, il lui rit au nez et la traite d’idéaliste. Elle lui parle passion, il répond conventions. Mais, quand Penelope est éclaboussée par un terrible scandale et qu’elle n’a d’autre solution que d’épouser Benedict, elle s’y résout, la mort dans l’âme, et découvre que la vie conjugale auprès de cet homme détesté lui réserve bien des surprises… et des plaisirs insoupçonnés !

Avis de Melwasul

note 10

Lors de ma chronique, au mois de mai, d’Un ténébreux voisin, deuxième tome de cette série de Caroline Linden, j’avais fini en parlant de ce troisième tome, comme quoi j’étais impatiente de le lire après y avoir découvert la « relation » entre nos deux héros (si par relation on peut entendre crêpage de chignons incessants et haine féroce). Pénélope et Benedict étaient prometteurs et ils ne m’ont pas déçue ! Ils se sont révélés volcaniques, drôles et touchants.

Pénélope n’a jamais pardonné à Bénédict un certain nombre de choses. Comme par exemple, d’avoir fait la cours à sa sœur alors qu’elle était amoureuse d’un autre, d’avoir soutenu son père lorsqu’il a ruiné la vie du père du fameux « autre » qui se trouvé être son meilleur ami, d’avoir trahi ce fameux meilleur ami pour protéger sa petite sœur, de faire la cour à une douce demoiselle alors qu’il ne souhaite pas se marier par amour et pour … euh … parce qu’elle le déteste et puis c’est tout. Ou peut-être parce qu’elle l’aime un peu trop bien malgré elle.

Bénédict quant à lui, il faut juste qu’il se marie pour pouvoir enfin se débarrasser de son ordure de père. Et il commence à en avoir marre que cette petite impertinente de Pénélope se mêle de ses affaires et le fasse passer pour un abruti ! Sauf que quand elle se retrouve en difficultés, il ne peut s’empêcher d’aller lui sauver la mise. Mais il n’avait absolument pas prévu toutes les répercussions que cela entraîner. Des répercussions qui, finalement, ne le perturbent pas plus que ça, le font sourire et lui vont plutôt bien.

Alors que de son côté, pour Pénélope, cela ne pouvait être pire. La voilà obligée de se marier, avec un homme qu’elle ne peut pas voir en peinture et qui en plus ne croit pas en l’amour. La totale. Alors qu’elle doit gérer les soucis d’une très bonne amie dont elle ne sait pas grand-chose, qu’elle doit le cacher à son mari et qu’elle doit aussi apprendre à connaître à ne pas détester son mari, voilà qu’il faut qu’elle gère sa belle-famille et surtout son affreux beau-père (ah non mais celui-là j’ai dû mal à trouver les mots pour le décrire)(imaginez tous les noms d’oiseaux possibles…). Le père de Bénédict, une enflure de la plus moche espèce, à l’origine de l’homme qu’est devenu Bénédict et qu’il est encore en train de devenir au contact de Pénélope.

Et bien sûr, les écrits scandaleux de l’inconnue Lady Constance continuent de prendre part à notre série. Sauf que CARTON ROUGE à la traduction ! 50 façons de se perdre dans les tomes 1 & 2 est devenu 50 façons de pêcher dans ce troisième tome. Ça serait chouette quand même que les traductions soient conservées d’un tome à l’autre (surtout que je préfère largement la première traduction …). Sinon, la fameuse Lady Constance est de plus en plus impliquée dans le destin de nos héroïnes et c’est ici une très bonne surprise !

Un troisième tome moins sombre et un ton au-dessus du second mais qui n’égale pas la perfection du premier. J’ai encore passé un excellent moment avec la plume rythmée de Caroline Linden. De la passion, un soupçon d’aventure, des héros attachants aux caractères explosifs et qui forment un couple pertinent. D’anciens héros que l’on retrouve avec plaisir et des personnages secondaires qui sont loin de laisser indifférents. J’adore et j’adore encore, parfait représentant de cette collection.

Après avoir fini le roman je me suis posée des questions de l’éventualité d’un quatrième tome qui me paraissait indispensable par rapport à un des personnages secondaires au centre de l’histoire. Je me suis empressée d’aller sur Goodreads et en effet, un quatrième tome est prévu pour Mars 2016 en VO. Avant d’hurler de désespoir, sachez que le tome 3 n’est sorti en anglais qu’au mois de mai, on a donc attendu seulement 3 mois avant d’avoir la traduction, j’espère qu’il en sera de même pour le 4 !

Détestablement Vôtre,
Melwasul

logo-jai-lu
Retrouvez ce livre sur J’ai lu pour elle

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

5 réflexions au sujet de « Une femme à tout prix de Caroline Linden »

  1. Marie S.

    Maya Rodale a emprunté le magazine « 50 façons de se perdre » à Caroline Linden pour sa série historique, publiée récemment au Canada en français par les éditions ADA, Mais le titre original « 50 ways to sin » y a été traduit par « 50 façons de pêcher ». Si on n’est pas attentif, on passe donc complètement à côté de ce clin d’oeil…
    Ce n’est donc pas une mauvaise chose que J’ai Lu ait modifié la traduction même si « 50 façons de se perdre » sonne mieux en français. Après, c’est toujours le problème des traductions 😉

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      merci beaucoup pour l’info, il y a donc une raison (après en fait la seule que je trouve dommage c’est que ça ait changé entre le 2 et le 3)(mais c’est aussi parce que je suis tatillonne 😉 )

      Répondre
  2. Ping : Une femme à tout prix de Caroline Linden...

  3. Blandine

    A seulement lire le résumé, je suis tentée!!! dommage que je dois attendre que mon liblaire ( Liblairie Ikirezi de Kigali, Rwanda) me l’apporte! Mais j’suis sûre que je l’aurai!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *