Une charmante espionne de Celeste Bradley

une charmante espionne
Titre : Une charmante espionne (Le Club des Menteurs #4)
Auteur : Celeste Bradley
Éditeur : J’ai Lu pour Elle – Aventures & Passions
Date de parution : 01 octobre 2014

Résumé

 » Rose est devenue apprentie espionne au club des Menteurs. Elle, la roturière sans éducation, s’exerce maintenant au combat et se plonge dans les études. Ambitieuse, elle se donne à fond pour devenir la meilleure. Tout serait parfait sans ce gredin de Collis Tremayne, aristocrate plein de charme mais aussi son plus grand adversaire. Ils ne cessent de se chamailler et de se lancer des défis. Un dérapage, et la sanction tombe : ils accompliront leur première mission ensemble et travailleront main dans la main pour le royaume, faisant fi de leur différence sociale, de leur rivalité et de la passion qui brûle entre eux…

Avis de Melwasul

note 4.5
Aujourd’hui, l’heure est grave. Je vous parle du dernier tome (en français)(mais j’y reviendrai plus tard) d’une de mes séries préférées de romance historique. Comme c’est le quatrième tome, que je vous ai déjà parlé des précédents, et qu’il réunit tous les éléments qui font que les trois premiers sont géniaux, cela va être difficile d’en parler sans radoter…

Dans ce quatrième tome nous suivons les aventures de deux apprentis Menteurs : Collis Tremayne (le neveu et héritier de Lord Etheridge, Dalton Montmorency, actuel directeur des Menteurs) et de Rose Lacey, ancienne domestique qui avait aidé Clara Simpson (depuis devenue la femme de Dalton) avant de trouver refuge chez Lady Raynes (Agatha, la sœur de James et femme de l’ancien directeur des Menteurs Lord Simon Raynes). Hum, c’est bon ? J’ai bien resitué tout le monde sans vous perdre ?

Je disais donc, Collis et Rose apprentis Menteurs, sans doute les meilleurs éléments prêts à prendre la relève, à tel point que leurs chefs n’auraient jamais espéré en avoir d’aussi bon. Enfin à une seule condition : qu’ils ne s’étripent pas mutuellement avant l’obtention de leur diplôme …. Et je peux vous assurer que cela n’est pas gagné, ils n’aiment rien de plus que de se chercher l’un l’autre, d’être toujours en compétition et voir lequel a le plus de talent. Jusqu’au jour où ils sont allés trop loin dans leurs chamailleries causant une pagaille totale chez les Menteurs.

– Le feu, l’inondation, la famine, bougonna-t-il. Jamais je n’aurais cru possible de subir tout cela en une seule nuit.

Ils vont bien se faire remonter les bretelles et quoi de mieux comme punition que de leur confier leur première mission… en équipe ! Et leurs mentors ne se font pas trop d’illusion sur leur capacité à travailler ensemble et à réussir leur mission : « ils n’ont aucune chance ». Et en effet, ils n’imaginaient même pas à quel point leur mission allait tourner au désastre dans un premier temps (ils vont quand même trouver le moyen d’entraîner dans leur aventure le Prince George …). Et c’était bien sûr sans compter l’attirance explosive qui existe entre eux (et leurs caractères de cochon).

Ahhh Collis, mon petit Collis, sans doute mon personnage masculin préféré de toute la série : bourré d’humour, d’insolence, de fierté, légèrement canaille sur les bords un grand gamin malgré ses 29 ans. Il a tout du héros que j’aime durant mes lectures. Et puis j’aime tellement voir sa relation avec son Eglantine (sa Rose sauvage) évoluer, voir comment tous les deux ne voient pas ce qu’ils ont sur le nez et préfèrent continuer à se chercher des poux. J’aime que ce soit lui qui … ah bé non en fait je vais m’arrêter là sinon je vais vous raconter leur histoire et ça serait moche de ma part !

Idem pour Rose, je n’en dirai pas trop, juste qu’elle est parfaite. Ancienne domestique, elle est rusée, fière, forte tête, intelligente, têtue, inventive, audacieuse, elle n’a peur de rien mais cache pourtant un triste passé (on en parle peu, mais juste ce qu’il faut pour montrer ce qu’elle a vécu sans que cela tombe dans le pathos). Derrière la douceur de ses pétales, l’agressivité de ses épines elle cache une tige solide au cœur fragile (c’est bon vous m’avez perdue, je lis trop de romances, j’en deviens ridicule)(mais fière de l’être !). Une parfaite Rose sauvage pour mon Collis.

On retrouve aussi avec grand plaisir les héros des tomes précédents même si j’aurais aimé croiser James et Philippa (ils ne sont ici que mentionner). Et puis l’écriture de Celeste Bradley est toujours aussi géniale, drôle, vive, prenante. On glousse, on couine, on trépigne, on vit l’aventure et les retournements de situations avec grand plaisir. On est même triste de les quitter à la fin. Et c’est là que je vais me mettre à râler après les Editions J’ai Lu !

Pourquoi ne pas avoir profité de cette réédition pour traduire et publier le cinquième et dernier tome de la série sur Ethan Damont, le meilleur ami de Collis que l’on croise ici et qui est proche d’intégrer les Menteurs. C’est le genre de héros qui a tout pour plaire, la série est vraiment géniale et vraiment je suis triste et en colère que ce dernier tome ne soit pas publié. Tout comme j’espère vraiment qu’un jour J’ai Lu traduira sa série sur les Quatre Royaux dont on entend parler dans Le Club des Menteurs, les quatre personnages les plus influents du Royaumes et qui sont liés au Club (Dalton en faisait d’ailleurs partis…). Enfin bref, je vais croiser les doigts en espérant un miracle…

Royalement Vôtre,
Melwasul

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

2 réflexions au sujet de « Une charmante espionne de Celeste Bradley »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *