Undercover : Avoir vingt ans à la CIA de Amaryllis Fox

Undercover
Titre : Undercover : Avoir vingt ans à la CIA
Auteur : Amaryllis Fox
Éditeur : JC Lattès
Date de parution : 15 janvier 2020

Résumé

Amaryllis Fox faisait ses études à Oxford en théologie et droit international quand son modèle, Daniel Pearl, a été kidnappé puis décapité. Choquée par cette brutalité, Amaryllis s’inscrit au master de conflits et terrorisme à la School of Foreign Service de Georgetown, où elle va créer un algorithme permettant de prédire, avec une fiabilité étonnante, la probabilité pour qu’une cellule terroriste s’installe en un lieu précis de la planète, qu’il s’agisse d’un quartier d’une grande ville comme d’un petit village.

Avis de Stéphanie

note 5

J’ai été bouleversée par cette autobiographie, par le témoignage de cette femme qui a intégré les rangs de la CIA très jeune.

Ce qui m’a le plus touchée, c’est qu’on est loin de l’archétype de l’agent de CIA plein de testostérone, qui ignore tout de la peur, un super-héros armé et évanescent comme la brume du matin.

L’autrice nous embarque dans son histoire : de ses jeux nimbés de l’imagination sans bornes de Ben, son frère, et la sienne aux bancs de l’école policée dans laquelle elle suit un parcours brillant mais dénué d’intérêt. De ses études orientées vers le terrorrisme à son intégration à la CIA.
Et ce chemin de vie jalonné d’événements terribles va la conduire, assez rapidement finalement, sur le terrain, au contact des terrorristes à travers le monde.

Amaryllis Fox nous laisse entrevoir les « dommages collatéraux » de ce combat contre le terrorisme : les morts, bien entendu, la peur, la violence (post-)traumatique, la perte de l’identité de celle ou celui qui se glisse sans cesse dans la peau d’un(e) autre, la peur de ne jamais retrouver son véritable « moi » après tant d’années de couverture.

On découvre que son arme à elle n’est pas constituée de matériaux qui, une fois assemblés, dispensent la mort. Son arme est sa connaissance de l’humain, sa capacité à obtenir de nouvelles recrues parmi les trafiquants, les éléments qui œuvrent pour les terroristes alors qu’ils sont mus par la peur. Peur de voir leurs vies et celles de leurs êtres chers fauchées par les terroristes et les Américains. Son arme n’est vouée qu’à déjouer les attentats et à dispenser la paix.
Je suis touchée par l’expérience de cette femme qui ne veut pas qu’un seul innocent périsse quelque soit son camp.

N’hésitez pas à vous lancer dans ce livre qui sonde l’humain dans ce qu’il a de pire et dans ce qu’il a de meilleur.

Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *