Un séducteur de Rêve de Victoria Alexander

Un séducteur de rêve
Titre : Un séducteur de Rêve (Secrets de Famille #2)
Auteur : Victoria Alexander
Éditeur : J’ai Lu – Aventures et Passions
Date de parution : 07 octobre 2015

Résumé

Lord Stillwell n’en croit pas ses yeux lorsqu’il accueille l’architecte qui doit rénover sa demeure ancestrale ravagée par un incendie. C’est une femme ! Doit-il vraiment confier cet énorme chantier à lady Miranda Garret ? Elle a des idées saugrenues, elle veut même faire installer l’électricité au manoir ! Est-elle une visionnaire ? Une folle ? Ce qui est sûr, c’est qu’il a affaire à une dissimulatrice. Lui, le séducteur patenté qui connaît la gent féminine par cœur se perd bientôt en conjectures. Que lui cache Miranda ? Et qui est ce mystérieux M. Tempest, son invisible associé ? Il y a décidément beaucoup de secrets autour de cette jolie veuve…

Avis de Melwasul

note 4.5

J’allais commencer ma chronique en vous disant que ce second tome était beaucoup moins déjanté que le premier, Un prince de Rêve, mais après réflexion, cela m’est impossible. Lui aussi a ce petit (grand) grain de folie qui fait qu’on se marre pratiquement tout au long de la lecture. En fait, je crois que c’est surtout que j’ai été moins surprise que pour le premier. Là, je m’attendais au style de l’auteur et à son côté foufou.

Lord Stillwell, Winfield, le cousin de Grayson héros du premier tome, est au bord du gouffre, la très chère demeure de sa famille depuis des générations a brûlé et doit subir d’énormes travaux. Le tout dans un délai très court car sa mère souhaite y organiser la réception annuelle qui se doit d’être celle de l’année. De tels travaux dans un temps tellement court qu’aucun architecte ne veut se lancer dans l’aventure. Son seul espoir : le cabinet Garret & Tempest. Cabinet ouvert par le feu mari de notre héroïne Miranda qui en a secrètement pris la discrétion à la mort de mari.

Quand Winfield voit arriver cette jeune femme très sûre d’elle et qui propose de faire entrer la maison dans la modernité (la diablesse électricité) sous les propositions d’un mystérieux architecte, il sent tout de suite que quelque chose cloche. Mais, il n’a pas vraiment le choix et décide de lui faire (en parti) confiance (tout en faisant enquêter un détective privé sur elle…). Ouep, la confiance règne.

C’est que Winfield est un pur homme totalement vieux jeu de l’époque, opposé à toute sorte de progrès et qui ne voit la femme bonne qu’à prendre le thé, coudre et tutti quanti. De quoi avoir envie de le claquer. Sauf que finalement il est plutôt très attachant, on va observer son évolution et sa découverte de son monde qui est en train de changer, de l’ouverture d’esprit qu’il va développer. C’est le héros parfait pour mettre en valeur la force de caractère de Miranda.

Miranda, passionnée d’architecture et qui a eu l’audace, malgré son rang, d’en faire son métier (même si c’est de manière en partie anonyme). Miranda qui est ouverte au progrès et s’en fait même l’investigatrice. Ce n’est pas qu’une coquille pour la galerie, non c’est une femme qui a un sacré caractère et qui ne veut pas être considérée comme moindre parce qu’elle n’est pas un homme. Et face à cet homme énervant au possible mais encore plus charmant, elle va devoir révéler toute cette force intérieure et véritablement se battre (en douceur) pour se faire entendre. Et tous les coups seront permis !

Deux personnages totalement opposés et qui nous offrent donc des dialogues succulents, où les piques s’enchaînent. Des joutes verbales explosives pour notre plus grand bonheur. Un humour et un grain de folie toujours présents et que j’ai énormément apprécié de retrouver ici. Comme j’ai aimé retrouver Grayson et Camille, toujours aussi beaux ensembles et toujours aussi drôles ! J’ai beaucoup apprécié les discussions autour des évolutions du monde qui les entoure, de voir les deux facettes, ceux qui sont pour, ceux qui sont contre, ceux qui ont peur aussi du changement, découvrir leurs arguments.

Mais comme pour le premier, il y a quelques longueurs qu’on ne peut oublier, quelques passages où l’on se perd un petit peu et c’est vraiment dommage. Cela nous empêche de complètement savourer cette série. C’est un bon moment de lecture, agréable mais qui je pense n’ira pas plus loin. Autant, je relirai peut-être le premier en période de Noël pour l’ambiance, autant je ne suis pas sûre de relire celui-ci un jour.

Architecturalement Vôtre,
Melwasul

logo-jai-lu
Retrouvez ce livre sur J’ai lu pour elle

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *