Un amour de dauphin de Peggy Webb

Un amour de dauphin

Titre : Un amour de dauphin
Auteur : Peggy Webb
Éditeur : J’ai lu – Best Friend
Date de parution : 03 décembre 2014

Résumé

Petit garçon malade, Jeffy regarde le grand dauphin s’ébattre joyeusement. Au côté de l’enfant, angoissée, se tient Susan, sa mère. A quelques pas, un homme ne les quitte pas des yeux.
Paul est un écorché vif. Chirurgien déchu depuis qu’il n’a pu ranimer son fils de quatre ans, il noie sa douleur dans l’alcool. Son couple a volé en éclats. Il n’est qu’une épave. Tout juste bon à soigner les dauphins du centre de recherches océanographiques.
Les dauphins…Ces fascinants mammifères marins que l’on dit capables d’accomplir des prodiges. Cela, Susan en est persuadée. Ils vont aider Jeffy à retrouver le geste et la parole.
Et en effet, un prodige s’accomplit. Fergie, le magnifique dauphin gris, se prend d’affection pour le petit garçon et lui insuffle la force de lutter. L’homme, la mère et l’enfant vont alors se battre et reprendre peu à peu goût à la vie.
Qui de l’amour ou du dauphin a opéré ce miracle ?

Avis de Melwasul

note 10

Voilà un livre que je vais vite, très vite oublier. Il y avait du potentiel mais quel calvaire que de le finir ! Une histoire qui aurait pu être sympathique mais vraiment trop vieillotte, vraiment trop longue et vraiment trop de drames, de malheurs, de dépressifs, … A tel point que je l’ai fini en sautant quelques phrases ! Attention, spoilers à venir.

Susan est désespérée, son jeune fils Jeffy souffre d’une grave maladie du cœur et suite à une attaque celui-ci a perdu la parole et est paralysé. Son dernier espoir, l’amener auprès des dauphins, elle en est sûre, ces animaux majestueux sont le prochain miracle de son fils. Mais pour ça, il faut que le directeur du centre marin Bill accepte qu’elle vienne hors des heures de visites pour que les lieux soient le plus calme possible.

Sauf que ces heures, ce sont les heures des repas, heures ou le l’ex-chirurgien Paul travaille saoul comme un cochon du matin au soir. Une véritable épave depuis qu’il n’ pas pu sauver son fils de quatre ans renversé par une voiture. Bref pour oublier il boit comme un trou et se contente de nourrir les dauphins pour gagner sa vie – acheter son alcool – boulot qu’il ne doit qu’à la pitié de son meilleur ami Bill.

Bon je précise qu’ils sont tous les deux malheureux en amour. Le couple de Paul a été détruit suite au drame (lui boit, elle se nourrit au prozac ou au valium)(je sais plus lequel)(peut-être les deux d’ailleurs). Quand à Susan, son mari s’est suicidé 3 ans plutôt suite à la maladie de son fils (et parce qu’il avait trompé Susan avec la sœur de celle-ci)(mais ça on ne l’apprend que vers la fin du roman)(quand Paul décide de remettre le couvert avec sa femme suite à une « tentative de suicide » de celle-ci)(sauf qu’il venait de dire à Susan qu’il l’aimait après que celle-ci l’ait sorti de la dépression et l’ait encouragé à reprendre le travail et que son fils ce soit attaché à lui)(ouep quand je vous disais qu’il y avait surenchère de malheurs …).

Bon et je ne vous ai pas parlé de la famille de Bill où ce n’est pas tant la joie que ça, de l’ambiance de la famille de Susan, et des complots à l’hôpital visant à détruite Paul. Et je dois bien oublier quelques trucs tragiques en route…

Bon à côté de ça, l’histoire de Jeffy et Fergie (le dauphin pas la voleuse de Josh Duhamel et accessoirement chanteuse) est assez touchante. Tout comme le lien qui se créait entre Jeffy et Paul, comment ils se sauvent l’un l’autre. Et rien que ça avec la romance ça aurait été vraiment très bien. Mais quel besoin de rajouter la femme de Paul, le suicide du mari de Susan, le fait qu’il l’ait trompée avec sa sœur, ou encore les affaires de Bill et le complot à l’hôpital ? Parce que là vraiment, j’avais envie de piquer le valium de Jean (pas la fiancée de Cyclope mais la femme de Paul).

Et je ne parle même pas du style vieillot. J’ai vu qu’il datait de 1993 et autant certains romans vieillissent bien autant celui-ci juste au secours. C’est lent, c’est plat, parfait quand on n’arrive pas à s’endormir le soir, j’en voyais vraiment pas arriver la fin. Comme je le disais je vais vraiment vite l’oublier. Pourquoi avoir quand même mis 2/5 et pas 1 ? Parce que sur le fond l’idée était chouette et que j’ai aimé certains moments mais ils sont vraiment trop peu nombreux…

Bref, un peu, beaucoup, énormément déçue que J’ai Lu aient décidé de publier cette vieillerie alors qu’il y a tout un tas de livre géniaux qui n’attendent que d’être traduit. Moi je préfère encore aller retrouver Flipper, c’était plus mieux quand même !

Vieillott’ment Vôtre,
Melwasul

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *