Trois petits tours de Hélène Machelon

trois petits tours

Titre : Trois petits tours
Auteur : Hélène Machelon
Éditeur : Librinova
Date de parution : 05 février 2020

Résumé

Sportif sans illusions et fan de David Bowie, Noah est un ado comme tant d’autres, qui adore ses deux meilleurs « Saviez-vous que les petites filles naissent pour faire tourner leur jupon de princesse jusqu’à s’étourdir, pour massacrer les bâtons de rouge à lèvres en se tordant les chevilles sur les escarpins de leur mère, pour sauter sur les lits et s’admirer dans le grand miroir de l’entrée en récitant des poèmes ? La mienne aussi. Enfin, c’est ce que je croyais ». Au cours des heures suivant l’arrêt des soins qui maintiennent Rose en vie, ses parents croisent les héros de l’ombre qui les entourent. Leurs vies se racontent dans des portraits (la mère, la pédiatre ou le clown) qui embarquent le lecteur dans un monde d’émotions que généralement on tait. Il se glisse dans les conversations et partage les pensées de chacun pour mieux comprendre l’intensité inouïe du moment.Une histoire d’amour avec un regard original sur l’inacceptable : la perte d’un enfant.Un livre percutant et juste au style délicat, porteur d’espoir et de lumière.

Avis de Stéphanie

note 5L’autrice de ce roman m’a écrit, aujourd’hui, un message aussi aimable qu’élégant dans lequel elle me proposait de le lire. Curieuse et enthousiaste à l’idée de découvrir de nouveaux auteurs, c’est tout naturellement que j’ai accepté en précisant, toutefois, que je n’allais pas avoir le temps de lire très rapidement.

J’ai ouvert le PDF et n’ai pas eu le temps de le mettre dans ma liseuse.
J’ai été happée par cette histoire et j’ai lutté contre le torrent de larmes qui restaient bloquées, in extremis, me forçant à pleurer en dedans.
Je viens de terminer ce roman et je suis absolument bouleversée parce que ce récit est le cauchemar de tout parent. La pudeur, la justesse, la force, la dignité et l’amour de ces parents sont palpables.

Plus qu’un vécu personnel, c’est la mort de tous les enfants qui est mise en lumière. Un roman polyphonique qui permet de voir au-delà du deuil des parents.

Je crois que cette critique est brouillon et je m’en excuse auprès de l’autrice qui m’en a confié la lecture.
Je perds mes mots et je bataille encore contre le flot intarissable qui risque de me submerger d’un instant à l’autre.

Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *