Tout sauf le grand amour de Kristan Higgins

couv tout sauf le grand amour

Titre : Tout sauf le grand amour
Auteur : Kristan Higgins
Éditeur : Harlequin – Mosaïc Poche
Date de parution : 01 juin 2014

Résumé

Ce que cherche Lucy Lang à l’aube de ses trente ans ? Un homme sympa et honnête. Un homme qui s’occuperait du jardin, des barbecues, et qui jouerait au foot avec les enfants. Et surtout, surtout, un homme qui ne déclencherait en elle aucun émoi amoureux, aucune grande passion. Car Lucy refuse l’idée de souffrir de nouveau, comme elle a souffert cinq ans plus tôt en perdant son mari. Alors, même si le passé se rappelle encore à elle, aujourd’hui, elle le sent : elle a atteint les limites d’une vie exclusivement consacrée à son chat, Fat Mikey, le plus intelligent et le plus capricieux des félins, et à son travail qu’elle adore, dans la petite pâtisserie familiale de Rhode Island. Oui, il est temps, après cinq ans, de tourner la page, et de se lancer dans une nouvelle vie. Première étape : prévenir Ethan Mirabelli, son amant sexy mais inépousable, qu’il est temps de revenir à une relation strictement amicale. Deuxième étape : se lancer dans la quête de son futur mari, celui qui sera tout pour elle. Tout, sauf le grand amour.

Avis de Melwasul

note 2Ou comment résumer ce bouquin en un mot : Déception. Voilà tout est dit maintenant je peux retourner sous ma couette.
Quatre jours que je suis malade à cracher mes poumons, incapable de lire. Hier soir, après cure de cortisone et d’antibiotique je me suis dit « tiens et si je bouquinais un peu ? ». Après une intense réflexion sur le choix du livre (La Belle et la Bête ou Tout sauf le grand amour ), j’ai choisi le Higgins (je veux pouvoir déguster pleinement La belle et la bête).

Kristin Higgins est une auteur qui ne m’avait jusqu’alors jamais déçue, toujours de l’amour (le vrai, qui clignote en rose fuchsia), des fous rires (les vrais, qui nous feraient presque pleurer). Bref tout ce que j’aime dans une romance. Et pourtant… Tristesse… Ce livre est ma première véritable déception de l’année (vous allez me dire que j’avais déjà été déçue par Par la Grâce de Sa Majesté, et je vous répondrais alors que c’était une « bébé » déception due au manque de romance dans le bouquin qui sinon aurait été parfait alors que Higgins c’est vraiment une déception sous tous les points !).

Attention risque de gros spoilers dans la suite. D’abord l’histoire. Lucy a perdu son mari il y a cinq après seulement huit mois de mariage. A maintenant trente ans et après la naissance de sa nièce, elle décide qu’il est grand temps qu’elle prenne sa vie en main, se trouve un bon mari, père de ses futurs enfants mais dont elle ne tombera pas amoureuse. Oui car une malédiction touche les femmes de la famille, malédiction qui en ferait des veuves noires à un âge très jeune. Et Lucy ne veut plus souffrir. Jusque-là, je me dis pourquoi pas.

Pour se lancer à la recherche de son futur « non grand amour », Lucy va d’abord devoir se séparer de son « sex friend » l’adorable Ethan (qui se révèle être le seul point positif du bouquin). Ethan qui n’est autre que le jeune frère de Jimmy le mari de Lucy (alors là premier grincement de dent, le coup du petit frère je trouve ça moyen, mais quand en plus on apprend ensuite qu’Ethan est amoureux de Lucy depuis le début, que Jimmy était au courant quand il a fait la connaissance de Lucy et que cela ne la absolument pas arrêté deuxième grincement de dents, puis qu’on découvre que Jimmy était fiancé avec une autre femme à ce moment-là troisième énorme grincement de dents !). Et ça commence à faire beaucoup de grincement de dents !

Autre gros point noir : Lucy ! Je lui aurais filé des claques tout au long du livre (et je vous parle même pas de sa sœur complètement paranoïaque qui a besoin de voir un bon psy). Lucy qui m’a tapé sur les nerfs, j’avais qu’une envie : lui crier d’arrêter de nous emm*rder, de vite se rendre compte qu’elle est amoureuse d’Ethan et qu’elle nous fiche la paix avec ses états d’âmes. Avec Lucy, Kristan Higgins a voulu nous montrer toutes les étapes du deuil (sauf que 5 ans après, de suite ça rend moins bien…). Et puis, si je vous explique qu’un de mes romans phares est PS : I Love You vous comprendrez que la barre est très haute pour tout ce qui est romans dont le thème est le deuil après la perte d’un mari. Pour le coup, Higgins n’arrive même au niveau du petit orteil de Cecelia Ahern. En gros, un échec de plus dans ce bouquin.

Le livre est en plus rempli de longueurs (à plusieurs reprises, l’envie m’a démangée de sauter des lignes tellement je m’ennuyais), pas de gros fou rire (à peine quelques petits sourires par ci par là), et pas d’amour avec un grand A, juste une jolie (et encore…) petite romance.
Et je vous épargne l’histoire de l’ex-fiancée cruelle, de la vieille tante revenue d’entre les morts qui finit par mourir, de la belle-famille, de la sœur parano, des veuves noires épuisantes,… et je pense que j’en oublie.

Bon je viens de relire ma critique et je m’aperçois qu’elle est vraiment assassine et j’aime pas trop ça mais c’est vraiment ce je ressens après lecture (même ma tablette de milka m’apporte zéro réconfort après cette déception …). Peut-être que ce livre va plaire à certaines (et je l’espère car c’est vraiment une auteur que j’aime habituellement) et qu’un jour je le relirais et me dirais que j’avais vraiment été nulle d’écrire cette critique (par contre je sais pas si j’aurais la motivation pour le relire un jour).

Tristement Vôtre,

Melwasul

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

10 réflexions au sujet de « Tout sauf le grand amour de Kristan Higgins »

  1. MockingJay

    La vache 🙂
    Quand t’aime po, t’aime po!!
    Je dis rien je suis pareil 😉
    Bon apparement le seul point fort du livre c’est la couverture 😀

    Répondre
    1. Melwasul

      C’est surtout que j’ai été hyper déçue !! (c’est vraie que le suel point positif reste la couv, la déception n’en est que plus cruelle !!)

      Répondre
  2. LivresandCie

    Oh, mince alors, quel dommage que tu n’aies pas aimé ! J’ai fini ce livre avant-hier et ça a été un magnifique coup de coeur pour moi, le meilleur depuis longtemps alors que ce n’est habituellement pas mon genre de lecture. Peut-être que c’est du au fait que je n’ai pas encore lu d’autres livres de cet auteur ? Lesquels me conseillerais-tu ?

    Si ça t’intéresse de voir ma chronique pour voir pourquoi j’ai tant aimé, en voici le lien : http://livresandcie.blogspot.fr/2013/03/tout-sauf-le-grand-amour.html

    C’est assez drôle car les points que tu as détesté, moi, je les ai dégustés. 🙂

    A bientôt,
    Chloé

    Répondre
    1. Melwasul

      Merci pour ta visite et ton avis, j’irais lire ta critique avec plaisir.
      pourtant je suis très bon public en romance et c’est très très rare que je n’aime pas un livre et pourtant là jai absolument pas accroché, c’est vraiment ma grosse deception de l’année alors que c’est une auteur que j’adore.
      Sinon du même auteur je te conseillerais de lire: l’amour et tout ce qui va avec aux éditions haelequin mosaic et l’excellent toi & moi aux éditions jai lu promesses
      Et une lecture sur le même thème le sublime ps i love you de cecelia Ahern qui est encore mieux que le film dont il est l’adaptation
      Bonnes futures lectures et reviens me dire ce que tu en as pensé 😉

      Répondre
  3. Bib HLM

    Ahaha ! « premier grincement de dent, le coup du petit frère je trouve ça moyen, mais quand en plus on apprend ensuite qu’Ethan est amoureux de Lucy depuis le début, que Jimmy était au courant quand il a fait la connaissance de Lucy et que cela ne la absolument pas arrêté deuxième grincement de dents, puis qu’on découvre que Jimmy était fiancé avec une autre femme à ce moment-là troisième énorme grincement de dents ! » Maintenant que tu le dis, mis bout à bout, c’est vrai, je grince des dents…..! Mais.. Mais… j’ai adoré.

    De mon côté, je me suis vraiment attachée à Lucy. Ce qui m’a plu c’est sa bataille intérieure et son incapacité à prendre des décisions. Et finalement, quand elle en prend une décision, sont incapacité à s’y tenir et les partager avec les autres. Son côté indécis m’a touchée. Et j’ai trouvé sa thérapie culinaire charmante (clin d’oeil à la série du CupCake Club :))

    J’ai adoré son attachement à Jimmy qu’elle essaye de sanctifier et j’ai eu de la peine quand on la voit déchanter à chaque découvertes qu’elle fait à son sujet. Finalement, 5 ans après elle n’a pas vraiment fait son deuil. Elle a continué sa vie avec un fantôme plutôt qu’un mari. C’est une ombre permanente dans sa vie, et c’est impossible de s’en détacher dans son environnement étouffant. Plus d’une fois, je me suis dit « Nan mais, déménage et tout ira mieux ».

    Je suis tombée sous le charme des veuves noires hongroises (Oh tu les as trouvées épuisante :/) et d’Ethan bien sûr !

    OOOh c’est vrai que j’ai fait un rapprochement avec PS : I Love You, et puis finalement me suis dit qu’Holly était tellement plus courageuse, le roman tellement plus intense que le seul point qui les rapproche c’est le thème. Mais on sent que l’auteur s’en inspire 🙂

    Répondre
    1. Melwasul

      c’est ma principale grosse déception, en s’attaquant à un tel thème avec PS I love you il fallait quelque chose d’exceptionnelle et finalement ça a sonné creux. Après c’était il y a un an, j’étais malade, peut-être que je le détesterais moins maintenant, faudrait que je le relise (genre ma PAL est pas assez grande il faut que ej mettre des relectures ^^)

      Répondre
  4. Luna

    Agréablement surprise par la profondeur des sentiments exprimés dans ce roman que ce soit par la force du lien entre Lucy et Jimmy mais aussi par l’amitié inconditionnelle de la jeune femme et d’Ethan. Je dois dire que celle-ci m’a bien plus émue que l’histoire d’amour qui se construit dans ce roman !

    Répondre
    1. Melwasul

      Merci pour ce commentaire, contente qu’il t’ait plus, moi c’est un peu mon drame de ne pas du tout avoir accroché avec ! 🙁

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *