The air he breathes de Brittainy C Cherry

the air

Titre : The air he breathes (Elements #1)
Auteur : Brittainy C Cherry
Éditeur : Hugo Roman – New Romance
Date de parution : 07 juillet 2016

Résumé

Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n’ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s’extraire du monde. Mais Elizabeth ne l’entend pas de cette façon. Elle sait qu’ils sont tous les deux en miettes et qu’ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes.
C’est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route.
Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues.

Avis de Moonshine

note 4.5Nouvelle série qui début chez Hugo Roman dans la collection New Romance. Je sens que je vais me mettre à dos tout mon lectorat en vous disant que je n’ai pas du tout aimé ce livre. Je sais que des avis plus que positif tournent sur le net et qu’il remporte un franc succès sur les différents plateformes littéraires. Mais je ne comprends pas cet engouement. Je pense que je suis passée bien à côté de ma lecture.Vous l’aurez compris, je ne vais pas m’épancher sur cette chronique. J’irai droit à l’essentiel.

Le résumé du livre me tentait énormément. Je me suis dit : « voilà un livre mièvre qui va m’émouvoir ». Alors pour le côté émotions, il y en a mais beaucoup trop. Je me suis noyée dans de la guimauve enrobée de miel. Bref trop de sucre à mon goût. Bien entendu, l’histoire est triste. Tristan et Elizabeth ont tous les deux perdu un être cher. Tristan ne souhaite que sombrer tandis qu’Elizabeth essaye de remonter la pente pour le bien de sa fille. Et leur rencontre va être assez tendue. Tristan est un personnage infecte et égocentrique. Elizabeth et beaucoup trop fleur bleue à mon goût.

Le début du livre débute sur le décès de leur moitié et tout le long du livre, il n’est presque question de ça. Ce qui m’a le plus gênée, c’est le comportement de Tristan qui est infecte avec sa voisine et qui change d’avis sur sa personne quand elle lui avoue qu’ elle aussi a perdu son mari. Je trouve que le changement de climat entre les deux protagonistes est bien trop rapide. Leur relation est ambiguë et les personnages vivent beaucoup trop dans le passé. Tous ces flash-back sont de trop dans l’histoire. Ils alourdissent vraiment le rythme. La goutte qui a fait déborder mon vase, c’est la complicité sexuelle entre les personnages. En gros, ils couchent ensemble pour soi disant se guérir. Une sorte de Sex Friend si je puis me permettre. Pffff, vraiment lamentable et d’un ennui.

Et la cerise sur le gâteau, ce sont les personnages secondaires. Entre autre, la meilleure amie d’Elizabeth (dont je n’arrive pas à me rappeler son prénom, pour vous dire qu’elle m’a agacé celle-ci) est une nymphomane de première. A proprement parler, c’est un Don Juan mais version féminine. Elle tient un carnet de toutes ses conquêtes et donne des surnom au pénis des hommes avec qui elle couche ??? Et bien entendu,ce personnage n’a aucun filtre. Autant vous dire que ça en devient lassant et peu crédible. Parlons maintenant du meilleur ami de feu le mari d’Elizabeth. L’amoureux transi. Le personnage qui a toujours eu le béguin pour notre héroïne. Celui qui l’aime depuis le début et jusqu’à la fin de sa vie. Bref, un personnage qui en fait beaucoup trop et qui m’a gâché ma lecture.

Pour conclure, je dirai que c’est un roman que je n’ai pas du tout apprécié. Je reste vraiment frustrée par cette lecture. Pourtant le résumé et les idées de base promettaient une jolie histoire. Je suis passée à côté de cette dernière mais sans rancune.

Moonshine

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

2 réflexions au sujet de « The air he breathes de Brittainy C Cherry »

  1. Melwasul

    *5/5*
    Pfiou quelle claque ! Je viens de passer mon après-midi à le dévorer, incapable de le lâcher, à cuire au bord de la piscine. Mais quelle claque ! J’en ressors toute chamboulée, le coeur brisé et recollé. Ce n’est pas un total coup de coeur à cause d’une ou deux petites choses mais ce livre est dans son ensemble inoubliable. Des personnages natures, vrais. Une écriture agréable, qui au milieu de la tristesse apporte joie et humour et nous entraîne jusqu’au bout sans nous laisser le temps de respirer. Cette manière, ces manières de traiter le deuil, si vraies, si percutantes, si naturelles, sans êtres surjouées ne peuvent que nous prendre aux tripes. De voir après l’inimaginable, ce désespoir sans fond, ces plumes blanches porteuses d’espoir, légères, apporter un peu de douceur, d’amour pour panser les blessures du coeur. Époustouflant, j’ai fini le coeur serré, les yeux humides, le sourire aux lèvres.

    Répondre
  2. Notes from Coline

    Quand j’aime un livre, j’aime aussi allez découvrir pourquoi d’autres ne l’ont pas aimé. Ta critique est tout à fait juste sur la présence des disparus, la rapidité du relationnel entre les deux personnages principaux et enfin sur les personnages secondaires, c’est pourtant tout cela qui moi m’a fait aimer le livre. Je te rejoins cependant totalement concernant le personnage de Tanner! C’est très intéressant de voir qu’en partant des mêmes constats on peut arriver à une telle différence de ressentis pour un même livre. En tout cas j’ai aimé te lire.
    Bonne continuation et à très vite.
    Coline Nelson.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *