Showstopper de Hayley Barker

Show stopper

Titre : Showstopper
Auteur : Hayley Barker
Éditeur : Bayard
Date de parution : 20 novembre 2019

Résumé

Londres, 2045.
La société est divisée en deux clans.
Les Bâtards, réduits à l’état d’esclaves, n’ont aucune valeur.
Les Purs forment l’élite qui a accès à tous les privilèges.
Le Cirque de l’horreur est leur divertissement préféré. Ils attendent avec délectation l’accident mortel qui leur procurera le grand frisson.
Ben, fils de ministre, assiste à sa première représentation et tombe sous le charme d’Hoshiko, la funambule star du spectacle. Mais derrière l’éblouissement et le faste de l’arène, il découvre l’horreur. Trouvera-t-il le courage de résister pour mettre fin au carnage ?

Avis de Stéphanie

note 5Il n’y a pas de doutes possibles, Show Stopper est un véritable page turner. Chaque chapitre est relativement bref ce qui rythme parfaitement la lecture de ce roman. Nous suivons, tour à tour, Ben et Hochiko, deux jeunes que tout sépare. Pendant que le premier n’a jamais manqué de rien sur le plan matériel , l’autre se produit tous les soirs au Cirque où, juchée sur un trapèze ou sur un fil, elle risque sa vie tous les soirs.

Nous sommes en 2045 en Angleterre. Le monde a mal tourné puisque la société est divisée en deux : d’un côté, les Purs et, de l’autre, les Bâtards. On comprend aisément que les Purs sont les oppresseurs tandis que les Bâtards sont les opprimés.
Et quoi de plus divertissant pour un Pur que d’aller au Cirque croquer des pop-corns et lécher ses doigts pour y récupérer le sucre d’une barbapapa tandis que de simples Bâtards jouent leurs vies dans des numéros périlleux sous les yeux d’un public exigeant et avide de sang?
La mère de Ben voue une haine féroce à l’égard des Bâtards et elle « s’évertue » à endiguer ce fléau, comme elle aime le clamer. Politiquement engagée dans ce but, elle brigue le pouvoir absolu afin de durcir le traitement de ceux qu’elle ne considère pas comme des hommes…
Ben est différent des membres de sa famille et s’aperçoit tardivement des injustices que subissent les Bâtards. C’est lorsqu’il découvre le cirque et notamment quand il découvre Hochiko que s’opère la prise de conscience.
Hochiko déteste les Purs. Retirée à sa famille lorsqu’elle n’avait que 5 ans, elle est devenue esclave de ce Cirque dirigé par Silvio, un Monsieur Loyal cruel aux tendances mégalomanes et psychopathes.

J’ai apprécié la lecture de ce roman dont l’écriture est très limpide. L’histoire a des allures de Hunger Games mais s’adresse à un public plus jeune.
C’est intéressant de voir le parallèle évident avec l’Histoire de l’Europe. On reconnaît la persécution des juifs par les nazis et, bien plus actuel, la question de l’immigration en Europe…
Bien que l’autrice ait investi ses personnages de sentiments et bien qu’elle leur ait donné une certaine épaisseur, j’ai la sensation d’avoir survolé Ben et Hochiko sans jamais pouvoir les atteindre tout à fait.

Peut-être que premier tome a pour fonction de présenter cette société corrompue et de lier Hochiko et Ben avant qu’ils entament une rébellion qui donnera davantage de profondeur à l’histoire.
Leurs sentiments se sont développés très vite, peut-être trop, puisque ce premier tome se déroule sur trois jours. Cette rapidité m’a donné l’impression de brûler des étapes.
En revanche, je suis convaincue que les adolescents adeptes de dystopies trouveront leur bonheur dans cette lecture.

Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *