Seuls contre tous de Lucy Connors

Seuls contre tous
Titre : Seuls contre tous
Auteur : Lucy Connors
Éditeur : La Martinière Jeunesse
Date de parution : 05 février 2015

Résumé

Entre Mickey et Victoria, de retour à Whitfield County après des années d’absence, c’est le coup de foudre. Mais Mickey est un Rhodale, et Victoria une Whitfield. Et les deux familles se détestent.
Décidés à s’aimer malgré tout, Victoria et Mickey pourraient bien réveiller de vieilles rancunes, que l’on croyait oubliées depuis des décennies, et raviver la haine entre les deux clans.
Leur amour sera-t-il assez fort pour y résister ?

Avis de Melwasul

note 5

Voilà un livre dont il va m’être difficile de parler parce qu’après l’avoir fermé, je ne sais pas trop quoi en penser.

Si j’ai craqué c’est pour trois raisons :

  • d’abord pour sa couverture qui m’a de suite tapée dans l’œil et qui me faisait penser à l’excellent Pacte des cœurs brisés.
  • ensuite pour son résumé qui laissait présager un Young Adult comme je les adore.
  • enfin parce que j’aime pratiquement toutes les romances publiées par La Martinière Jeunesse.

Trois points qui me promettaient une belle lecture. Sauf que j’ai failli ne jamais la finir. Je me suis arrêtée au bout d’une centaine de pages et j’ai pratiquement mis deux semaines avant de m’y remettre. Puis je m’y suis remise parce que je n’aime pas abandonner en cours de route. Et au bout de cent nouvelles pages, je me suis dit que je n’allais jamais réussir à le finir mais j’ai lutté et passé la moitié du roman tout s’est accéléré et j’ai été incapable de le lâcher jusqu’à la fin. Et quelle fin !

D’abord il faut absolument que je vous parle d’un truc qui m’a un peu fait tiquer voire halluciner et même qui m’a carrément énervée ! Nos deux héros (qui sont encore au lycée) se vouvoient jusqu’à la page 84 ! Quatre-vingt-quatre pages durant lesquelles des gamins de 16-17 ans se vouvoient ! Non mais are you kidding me ? (Il faut que j’arrête les séries.) Ce qui rend le texte super lourd, super long et beaucoup trop précieux pour le genre. Ça m’a fait rire au début et quand j’ai vu que ça se prolongeait ça m’a exaspéré. Ridicule.

Ensuite, après avoir lu le résumé, impossible de ne pas penser à Roméo et Juliette. Et impossible de ne pas y penser tout au long de notre lecture. Et de un, Roméo et Juliette n’est pas vraiment mon histoire préférée (moi il me faut du happy end…) mais en plus, surtout au début, c’est fait de manière tellement mélodramatique que ça en devient ridicule. Totalement sur-joué, pire que les acteurs d’un soap opera (ou roman-savon comme diraient nous cousins québécois)(ça me fait toujours rire).

Si en plus vous y ajoutez des personnages totalement plats, trop dans les excès, avec des familles qui jouent à la famille la plus anormale, la plus déchirée, la plus terrible, on finit avec un concours de la famille la plus pathétique. Saupoudrez le tout d’un zeste de trafic de drogues, d’alcoolisme, de guerre des gangs,… Et vous comprenez pourquoi j’ai failli arrêter ma lecture un certain nombre de fois.

Pour le moment, ce que je raconte c’est plutôt mauvais mais à partir de la moitié du roman, quand les choses commencent à s’accélérer (même si cela reste parfois un tantinet ridicule) je n’ai pas pu relâcher mon livre et j’ai vraiment commencé à m’attacher à Mickey (Mouse)(ok, je sors, mais elle était trop tentante) et Victoria. Le roman commence à vraiment bouger et on a hâte de voir comment cela va se terminer pour tous nos protagonistes.

Je vais parler pendant trente secondes des personnages. Victoria, il n’y pas grand-chose à dire à part qu’elle est un petit peu trop parfaite, qu’elle porte le poids du monde sur ses épaules et même si j’ai eu de la peine pour elle je l’ai trouvée un peu nombriliste par moment et son comportement face à Mickey vraiment moyen à d’autres. Mickey, c’est un peu le bad boy classique même s’il est loin d’arriver à la hauteur d’autres bad boys bien connus (les frères Fuentes par exemple de Simone Elkeles). Par contre, il y a un personnage qui est vraiment sorti du lot pour moi, c’est Ethan, le demi-frère de Mickey. Ethan qui est bien plus complexe je pense que ce que l’on veut bien nous faire croire et qui n’est pas si mauvais dans le fond que ce l’on pense. Certains passages m’ont vraiment fait croire qu’il y avait matière à croire en lui et j’espère vraiment ne pas me tromper avec pourquoi pas un roman qui lui serait destiné dans le futur ?

En fait je crois que son principal défaut, c’est que j’en ai lu beaucoup d’autres de ce genre et que du coup je deviens vraiment difficile. J’attends un peu la perfection avec en plus des choses nouvelles. Et je crois bien que ces nouvelles je les aurai dans un prochain roman s’il arrive un jour (pour le moment, je n’ai vu aucune info dessus). Mais après avoir lu l’épilogue, c’est vraiment obligé qu’il y ait une suite mais en plus, si cette suite suit bien l’épilogue, je crois que je vais avoir ce souffre de fraicheur que je n’ai pas eu ici. Je vais donc surveiller Lucy Connors dans les mois à venir !

Voilà, j’ai longuement hésité entre un 2.5/5 et un 3/5 et puis j’ai fini par valider le 3/5 car j’ai vraiment envie de lire la suite ce qui signifie donc qu’il n’est pas si catastrophique que ça.

Roméo’sement Vôtre,
Melwasul

P.S: Pour mon challenge YA Book Trip arrêt dans le Kentucky, état que je n’avais pas encore visité (YES !).

Young Adult Book Trip

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

8 réflexions au sujet de « Seuls contre tous de Lucy Connors »

  1. Kieu-Xuan

    C’est bizarre au départ ce livre me tentait beaucoup puis d’un coup j’ai eu un « mauvais pressentiment » et il n’e ma plus du tout donnré envie, et finalement je crois que mon instinct a eu raison 😉

    Répondre
  2. Bib HLM

    « Quatre-vingt-quatre pages durant lesquelles des gamins de 16-17 ans se vouvoient ! Non mais are you kidding me ? » hahahahhahahaha tu m’a tuée !!
    Tiens, je ne savais pas qu’ils appelaient ça des romans-savon, j’adore !
    Je passe mon tour :/

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Non mais franchement t’y crois?!!!

      Et sinon oui j’ai découvert ça il n’y a pas très longtemps, ça vient du fait qu’au tout début les sponsors de ces émissions étaient des marques de … savons/lessives ^^

      Répondre
  3. Megworld

    je viens de poster ma chronique et j’ai lu la tienne (sur amazon). On se rejoint complètement ! (sauf que moi, j’aime Roméo et Juliette looool… bref!).

    Je n’ai pas parlé d’Ethan car je n’ai vraiment pas réussi à le cerner 😮 ce personnage est vraiment incompréhensible! 😛

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      ça me rassure que je ne suis pas al seule à avoir pensé ça.

      Pour Ethan je suis vraiment très curieuse, c’est le genre de personnage que j’adore mais aussi qui peut me provoquer mes plus grandes déceptions si je me trompe et que cela ne tourne pas comme je l’avais pensé ^^

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *