Retour à Glasgow de Karen Ranney

Retour à Glasgow

Titre : Retour à Glasgow (MacIain #1)
Auteur : Karen Ranney
Éditeur : Harlequin – Victoria
Date de parution : 01 mai 2016

Résumé

Lorsque Glynis revient à Glasgow après la mort de son mari, elle n’a plus rien de la jeune fille vive et spontanée qu’elle était autrefois. A Washington, elle a appris à tenir sa langue et à maîtriser ses émotions, en digne épouse de diplomate. Elle n’aurait jamais cru qu’à son retour au pays, et surtout au contact de son premier amour, devenu un homme d’affaires florissant, son tempérament d’Ecossaise se réveillerait et mettrait en péril la délicate mission qu’on lui a confiée…

Avis de Melwasul

note 10

Nouvelle salve de publications dans la collection Victoria de chez Harlequin. Première remarque les objets livres sont toujours aussi beaux, le travail de finition toujours aussi charmant. Trois mois après sa naissance, Victoria nous propose trois nouvelles parutions la suite de la série de Stephanie Laurens, la suite d’une série de Julia London et le roman dont je vous parle aujourd’hui, une auteure jusque-là inédite en France.

Un roman qui nous propose un double dépaysement. D’abord nous quittons Londres (où se situent habituellement ce genre de roman) pour l’Ecosse et Glasgow. L’Ecosse ce n’est pas si rare me direz-vous en romance historique. Mais en 1862, je crois que je n’en avais jamais lu et je pense qu’ils sont en minorités. Un dépaysement plus que bienvenu. Je me suis régalée à découvrir le Glasgow de la fin du 19e siècle, à me balader dans ses rues, à voir les similitudes et les différences avec le Londres de la même époque (même si évidemment, je sais bien que tout cela est toujours romancé).

Un roman qui prend place en pleine Guerre de Sécession. Oui, oui, je ne me trompe pas, il est bien questions ici des Etats-Unis d’Amérique. Une Guerre de Sécession au cœur de notre roman même si celui-ci se déroule en Ecosse. L’héroïne, Glynis revient à Glasgow, après avoir vécu en Amérique pendant 7 ans, mariée à un diplomate à Washington. Après sa mort, elle se réfugie dans sa famille qui ne la reconnaît plus vraiment. La jeune femme pétillante, spontanée de l’époque n’est plus. Glynis a appris à se taire, à garder pour elle ce qu’elle pense, ce qu’elle ressent. Mais elle semble aussi hantée par son passé, par ce qu’il s’est passé à Washington, un passé qui d’ailleurs la poursuit jusqu’en Ecosse.

Il faut savoir qu’officiellement, la Grande-Bretagne était neutre dans la guerre qui opposa la Confédération et l’Union. Officiellement mais dans les coulisses, il en fut tout autre et la Confédération reçu de l’aide grâce notamment aux chantiers navals britanniques, par la construction de navire forceurs de blocus. C’est de cela dont il est question ici, et surtout de ce qui allait avec (comme avec toute guerre) : d’espionnage. Espionnage entre l’Union et la Grande-Bretagne, entre l’Union et la Confédération. Un côté du roman que j’ai beaucoup apprécié. Cela changeait agréablement des intrigues habituelles mais j’aurais aimé que ce soit un petit peu plus abouti, que l’auteure pousse peut-être un peu plus loin.

L’autre reproche que je fais au roman c’est que j’ai eu beaucoup de mal à cerner notre héroïne. J’ai compris ce qu’elle a vécu, pourquoi elle est devenue ce qu’elle est devenue mais j’aurais aimé qu’une fois rentrée en Ecosse, elle redevienne plus vive, qu’elle reprenne ce brin de folie qu’elle avait. Pas d’un seul coup, mais tout doucement. Ici par moment, nous la retrouvons mais pas assez à mon goût. Et j’aurais encore plus aimé qu’elle fasse plus confiance à Lennox, plus vite. Il est tellement drôle, tellement adorable, tellement tout, que nous n’avons qu’une envie qu’elle lui explique tout pour qu’ensemble ils puissent faire front.

Mais j’ai quand même passé un très bon moment de lecture. C’est un roman qui se lit tout seul, très rapidement, l’intrigue comme je le disais plus haut est vraiment intéressante que ce soit du côté de la Guerre de Sécession, de l’économie de l’Ecosse à cette époque-là où des aventures de notre héroïne qui sont liées aux éléments précédents. L’écriture est toute douce même si peut-être un petit peu lente par moment, c’est reposant. L’auteure prend le temps de travailler ses personnages qu’ils soient principaux ou secondaires, de les façonner, à tel point que nous avons vraiment envie d’en savoir plus sur certains. Je me doute bien que nous allons en retrouver par la suite en tant que héros, mais il y en a un, j’ai vraiment des doutes et c’est dommage, parce que j’ai vraiment envie d’en savoir plus, de savoir ce qu’il va devenir. Croisons les doigts.

Pour conclure, une lecture agréable, pas la meilleure de la collection pour le moment mais assez chouette pour que je lise le prochain roman de l’auteure qui sera publié en France en septembre.

Ecossaisement Vôtre,
Melwasul

logo harlequin

Retrouvez ce livre sur Harlequin

 

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

2 réflexions au sujet de « Retour à Glasgow de Karen Ranney »

  1. Bib HLM

    Bon, j’avoue tout, quand tu n’est pas totalement enchanté le livre à peu de chance d’arriver dans ma PAL, mais je le met quand même dans ma WishList, cette histoire de changement de cadre pour l’Ecosse, et puis je suis intriguée par la part que la guerre de sécession peut prendre dans l’histoire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *