Réseaux de Vincent Villeminot

couv réseaux

Titre : Réseaux
Auteur : Vincent Villeminot
Éditeur : Nathan
Date de parution : 12 septembret 2013

Résumé

Sur les réseaux chacun pensait connaître chacun. Chacun surveillait, espionnait, aimait chacun. Mais désormais, trois guerres sont déclenchées, sur le web et dans le monde réel. Et Sixie est l’enjeu, le butin, le gibier de tous les combattants

La plume joyeuse et pleine d’humour de Vincent Villeminot fait vivre plein d’aventures aux copains de la rue des Mésanges. Il est l’un des auteurs talentueux de Pourquoi ? L’encyclo des grandes questions.

Avis de Vivien Leigh

lep-note-plume-6Je découvre le travail de Vincent Villeminot avec cet ouvrage, «Réseaux», qui est le premier tome d’une série. Comment vous parler de ce roman ? Voilà une véritable difficulté. C’est la première fois que j’éprouve un sentiment étrange à la lecture d’une histoire destinée à un jeune public, moi qui ne suis plus si jeune que cela.

On pourrait situer l’histoire de «Réseaux» dans un futur proche, dans un monde terriblement similaire au notre mais dans lequel on assiste impuissant à la dérive des réseaux sociaux et de leur impact assez néfaste sur la société. En effet, Facebook est détrôné depuis longtemps au profit d’un nouveau réseau «DKB : Dreamkatcherbook» sur lequel les ados et jeunes adultes sont connectés une bonne partie du temps. C’est là qu’ils se racontent et dévoilent leurs mois intérieurs, sur la partie diurne et publique du forum, ainsi que leurs angoisses sous-jacentes dans la partie nocturne du site «My Dark Places» sous la forme de récits de leurs cauchemars les plus terrifiants.

C’est ainsi que nous faisons la connaissance de Sixtine Van de Vogh dite SixieDreamy sur DKB, jeune fille d’une quinzaine d’années qui vit avec sa sœur et partage ses cauchemars récurrents sur MDP.

César Dias est Nada #1 sur DKB, agitateur notoire, «gourou cybernétique», suivi par un grand nombre de membres. Il organise des parties de jeux vidéo à échelle humaine dans les rues des grandes capitales. Il appelle cela «play it for real». Son but premier étant de créer le désordre, de se jouer des forces de l’ordre. A ceci près que les membres sont armés de pistolets à billes alors que les autorités sortent un arsenal tout ce qu’il y a de réel.

Les choses se corsent lorsque que quelqu’un commence à mettre en scène les cauchemars de Sixie. A partir de là, le lecteur est absorbé dans un tourbillon sombre, néfaste, dérangeant.
En effet comment ne pas être troublé à l’idée que tout ceci pourrait arriver dans un avenir plus que proche. L’addiction au web, la facilité de se raconter devant un écran en guise de protection illusoire, le manque de discernement des plus jeunes sont autant de facteurs qui nous font craindre pour la tranquillité de notre quotidien et la protection de notre identité.

Ce roman m’a dérangé car son rythme est saccadé. Les chapitres s’égrènent à une vitesse fulgurante telles les informations circulants sur la toile. C’est comme si je visualisais des pages infinies de codes, un peu comme dans Matrix, prêtes à m’engloutir parce que finalement je n’ai aucun pouvoir face au danger que représente internet.

Ainsi, cette histoire est prenante mais il est difficile de rentrer dedans. Les personnages ont quelque chose de froid et d’impersonnel, j’entends par là qu’il est difficile de s’attacher réellement à eux dans la mesure où ils m’ont semblés un peu « virtuels ». L’auteur les fait évoluer dans un monde qui n’a rien d’enfantin, c’est troublant.

Pour finir, ma dernière hésitation va à la classification de ce roman car il est difficile de le situer dans un genre mais aussi dans une tranche d’âge. Est-il vraiment destiné à un jeune public ?
Voilà où j’en suis à la fin du livre ! J’ai eu du mal à le lire mais j’ai toujours voulu connaitre la fin. Ce n’est pas véritablement mon univers puisque je ne suis plus une ado mais j’en perçois trop bien les dérives possibles. C’est un roman qui m’aura marquée, qui m’aura dérangée, qui ne m’aura pas laissée indifférente.

Vivien Leigh

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

4 thoughts on “Réseaux de Vincent Villeminot

  1. Rebelle

    Moi elle ne me rends pas curieuse mais plutôt perplexe, la dérive des réseaux sociaux, les ados qui se dévoilent trop . . . j’avoue que cela me fait peur, mais nous n’y pouvons pas grand chose sinon bien encadrer nos ados en leur expliquant les choses et en les responsabilisant.
    Merci Vivien pour cette chronique, puis t’inquiète pas de ton age, tu seras toujours jeune pour moi ♥♥

    Reply
  2. Cindy

    Hum, je pense passer mon tour. J’ai besoin de m’attacher aux persos d’une histoire, sinon j’ai beaucoup de mal avec celle-ci, aussi brillante puisse-t-elle être par ailleurs. Merci de ce billet!

    Reply
  3. Anne

    habituée à lire des livres ado celui-ci me rend perplexe assez difficile pour pénétrer cet univers = 150 pages les réseaux sociaux pas vraiment mon monde : mais tenue en haleine il fallait que j’aille au bout inquiétant car la dérive au monde irréel ne tient qu’à un fil et un gourou à 2 personnalités entraine des jeunes à la violence ce livre m’a troublèe et j’aurais du mal à le conseiller qu’elle tranche d’age pour cette lecture?

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *