Re/member de Welzard

Re/member

Titre : Re/member
Auteur : Welzard
Éditeur : Lumen
Date de parution : 15 septembre 2016

Résumé

Au lycée d’Ôma, une terrible légende circule parmi les élèves : la Rouge-Sang, une fillette de onze ans couverte du sang de ses victimes, hanterait les couloirs après la fin des cours. Celui qui aurait le malheur de croiser la revenante devrait, pour lui échapper, quitter l’établissement sans se retourner…
Lorsqu’une lycéenne demande à Asuka de retrouver son corps, la jeune fille pense d’abord à une plaisanterie. Jusqu’à ce que minuit sonne et qu’elle se retrouve transportée, en compagnie de cinq de ses camarades, dans les corridors déserts de l’école. Pourchassés par la créature, les six amis se font littéralement massacrer… avant de se réveiller le matin suivant comme si rien ne s’était produit ! Prisonniers d’une boucle temporelle cauchemardesque, Asuka et ses compagnons comprennent vite que pour briser la malédiction, ils vont devoir retrouver les morceaux du cadavre d’une victime de la Rouge-Sang, cachés dans tout le lycée…
Une chasse au trésor macabre est lancée : bienvenue dans le cauchemar sans fin de la Rouge-Sang… Faites-vous peur avec le nouveau thriller phénomène venu du Japon !

Avis de Melwasul

note 3

Malheureusement, voici ma première petite déception aux éditions Lumen, maison d’édition que j’adore, même si je dois reconnaître que c’est en grande partie de ma faute. Si j’ai décidé de lire Re/member c’est avant tout par curiosité, n’ayant jamais lu de romans japonais ou encore de roman dont le sujet principal est les légendes urbaines. Et je dois avouer que je n’ai pas trop accroché à l’histoire et au style, j’en attendais peut-être quelque chose qui ne correspondait pas à ce genre. Le roman se laisse lire mais je n’ai pas du tout été prise par l’angoisse comme je l’espérais. Je vais essayer de vous en expliquer les raisons sans vous spoiler.

Alors qu’Asuka et ses amis vivent une journée ordinaire dans leur lycée, le 9 novembre, Haruka, une camarade de classe vient leur demander de retrouver son corps. Sur le moment, cela les tracasse un peu avant de passer à autre chose. Jusqu’à ses SMS bizarres reçus dans la soirée mais surtout, jusqu’à minuit tout pile, lorsqu’ils se retrouvent téléportés dans leur lycée, lancés dans une véritable « chasse au corps », frappés par le maléfice de la Rouge-Sang.

Pour lever la malédiction, il leur faut reconstituer le corps d’Haruka donc les membres sont disséminés dans le lycée. Ce qui serait presque facile s’il n’y avait la présence de la Rouge-Sang qui va tout faire pour les empêcher d’accomplir leur mission. C’est simple, la Rouge-Sang peut apparaître n’importe où dans les bâtiments, devant n’importe quel élève et fera tout pour s’en débarrasser avant qu’il ne trouve un des 8 morceaux du corps (comprendre elle tuera sans pitié)(petit conseil en passant: si vous ne voulez pas finir démembrez avec des morceaux de votre corps éparpillés dans des bâtiments après avoir croisé la Rouge-Sang, surtout ne vous retournez pas avant d’avoir passé les grilles du bâtiment !).

Et tant que les morceaux ne sont pas rassemblés et que nos protagonistes meurent, la journée du 9 novembre recommence (presque) à l’identique, les souvenirs (et cicatrices) de la nuit précédente bien en tête et l’espoir fou qu’Haruka ne vienne pas leur demander de retrouver son corps (évidemment, où qu’ils soient elle les retrouvera !). Et c’est ainsi que chaque soir, ils se retrouvent dans le lycée à devoir déjouer les plans de la Rouge-Sang pour retrouver les morceaux d’Haruka. Mais c’est mal connaître Asuka et ses amis de penser qu’ils vont faire la chasse au corps sans se poser des questions, sans mener l’enquête et sans établir des techniques de chasse (qui seront plus ou moins efficaces).

Et c’est finalement cette partie que j’ai préféré. J’ai apprécié de découvrir les origines de la Rouge-Sang, j’ai apprécié le comportement de nos protagonistes, voir leurs différents visages se révéler (et nous surprendre, pas toujours en bien d’ailleurs). Là où j’ai été beaucoup plus déçue, c’est par le côté répétitif de l’histoire, il fallait s’y attendre vu le synopsis mais j’espérais vraiment autre chose. J’espérais être vraiment prise par l’angoisse, trembler, être horrifiée. S’il y a certains passages un peu « violent » si on peut dire ça comme ça, rien de bien angoissant en dehors de la chanson de la Rouge-Sang (qui mieux utilisée aurait vraiment pu me mettre sur les nerfs !). C’est dommage, le potentiel était vraiment là (la preuve de cette chanson) mais j’ai l’impression qu’il a manqué vraiment plusieurs trucs pour que la sauce prenne chez moi. Des répétions mieux travaillées, un côté angoissant plus mis en avant, des scènes peut-être plus détaillées pour nous plonger vraiment dans l’horreur de la chose.

Comme je l’ai dit en introduction, le livre se laisse quand même très bien lire, c’est bien écrit, nous avons envie de savoir la suite, le fin mot de l’histoire même si nous ne sommes pas complètement accrochés au wagon. Peut-être que j’attendais quelque chose qui ne correspond à ce genre de récit. Je ne sais pas (et ne le saurais peut-être jamais car je ne pense pas renouveler l’expérience). Je laisse ça aux experts du genre qui seront plus à-même que moi à donner un avis. Une seule chose avant de conclure. La fin qui m’a mis un vrai coup de poing: je ne m’y attendais pas mais j’ai été totalement bouleversée, je suis restée scotchée et émue, elle a même fait passer la note de 2,5 à 3 !

Rougement Vôtre,
Melwasul

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

4 réflexions au sujet de « Re/member de Welzard »

  1. Les instants volés à la vie

    C’est vrai qu’il faut être habitué au genre, pour moi ce livre est un coup de cœur car j’ai retrouvé tous les ingrédients du roman de survie que j’adore.
    (Fabien)

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Oui je pense vraiment que c’est en partie de ma faute si je n’ai pas complètement accroché, parce que j’en attendais autre chose sans vraiment savoir dans quoi je me lançais.

      Répondre
  2. Bib HLM

    « Le roman se laisse lire mais je n’ai pas du tout été prise par l’angoisse comme je l’espérais. »
    Tu espérais être prise dan l’angoisse ????

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *