Quatre filles et un château de Connie Brockway, Eloisa James & Julia Quinn

quatre filles et un chateauTitre : Quatre filles et un château
Auteur : Connie Brockway, Eloisa James & Julia Quinn
Éditeur : J’ai lu – Aventures et Passions
Date de parution : 07 décembre 2016

Résumé

Par une nuit de tempête – sans doute un peu trop arrosée au whisky -, Taran, laird du clan Ferguson, a décrété que ses neveux Robin et Byron devaient se marier dans les plus brefs délais. Les héritières n’étant pas légion dans la campagne écossaise, il décide de faire un saut au domaine voisin et d’enlever quatre jolies filles. Par inadvertance, il a également kidnappé le duc de Bretton, fort mécontent de cette mésaventure. Et toute cette compagnie se retrouve coincée par la neige au château de Finovair, forteresse délabrée en proie aux courants d’air.

Avis de Melwasul

note 4

Il y a deux ans de cela, je vous parlais du délicieusement loufoque roman écrit à mains par Connie Brockway, Eloisa James et Julia Quinn, Trois mariages et cinq prétendants. J’étais toute joie d’avoir enfin pu le lire, étant totalement fan de Julia Quinn et Eloisa James, et j’espérais pouvoir rapidement enchaîner avec leur second roman, Quatre filles et un château. Malheureusement, il aura fallu attendre deux longues années pour avoir ce plaisir mais je n’ai absolument pas été déçue par cette lecture toute aussi loufoque et déjantée que la première.

Comme pour le premier, il ne s’agit pas de trois nouvelles mais plutôt d’une histoire dans laquelle se déroulent trois histoires. Trois histoires qui forment un tout, avec un même point de départ puis une séparation en trois parties, chacune se concentrant sur un des couples sans oublier du tout les autres personnages avant l’épilogue. Impossible de savoir avec exactitude qui a écrit quoi (même si j’ai une petite idée connaissant très bien Eloisa James et Julia Quinn)(mais s’il faut j’ai tort …). S’il n’y avait les trois noms, et peut-être ce style si propre à chacune, il nous serait impossible de penser que ce roman n’a pas été écrit par une seule personne.

Taran Ferguson, laird écossais, pour pouvoir marier ses deux neveux (un comte anglais et un français), décide de faire un raid avec son clan (et beaucoup d’alcool) pour kidnapper deux héritières. Souci, le whisky n’aidant pas, à son retour au château, il découvre dans la voiture, non pas deux demoiselles en détresses mais quatre femmes et un homme : deux héritières écossaises, une héritière anglaise, une femme désargentée et un duc anglais. Oups … Manque de chance (ou coup de chance suivant le côté où l’on se trouve), une tempête de neige éclate, impossible de ramener tout ce petit monde à la réception où ils ont été délicatement enlevés.

Nous rencontrons d’abord l’impertinente Catriona, jeune fille bien élevée mais malheureusement par une famille pauvre, ce qui l’élimine immédiatement des manigances de Taran. Puis le duc de Bretton qui dormait paisiblement dans sa voiture avant que celle-ci ne soit « empruntée » par Taran et ses hommes et qu’il se retrouve au milieu de quatre jeunes filles kidnappées. Une histoire qui finalement ne le concerne pas vraiment lui non plus qui est bien décidé à prendre son mal en patience avec de pouvoir quitter ce château de fou. Finalement, toute cette aventure va plutôt les amuser tous les deux… J’ai retrouvé ici l’esprit et l’humour de Julia Quinn (la honte si je me trompe d’auteure…), j’ai vraiment adoré ce couple, tellement que j’aurais aimé en avoir encore plus !

La deuxième histoire se concentre sur Fiona, une héritière à la réputation ternie (pour ne pas dire détruite) à cause d’un ex-fiancé profondément stupide ! Non mais vraiment, même si ce n’est pas gentil, je glousse encore en pensant à ce qui lui est arrivé. A cause de ça, et à cause de son caractère très effacé à côté de sa sœur Marilla (in-sup-por-ta-ble). Mais c’était sans compter Byron (comme le poète), un des neveux de Taran qui va être fasciné par Fiona. Mais voilà, Byron est plutôt quelqu’un de grognon, facilement irritable et d’ailleurs, personne n’arrive mieux à l’irriter que Fiona. Byron pour qui la réputation est une des choses les plus importantes … Dès que j’ai appris à connaître Fiona, j’ai de suite su que c’était une héroïne made in Eloisa James. Le reste de l’histoire m’a confortée dans cette idée. Byron est tellement vieux jeu qu’il m’a fait sourire plus d’une fois face au caractère bien trempé de Fiona. Un couple que j’ai adoré, un style maîtrisé qui fait qu’en peu de pages Eloisa James nous fait passer par mille émotions, nous donnant envie de prolonger l’aventure avec Byron et Fiona.

Puis vient Cecily, l’héritière anglaise, douce et effacée, toute calme mais avec une détermination hors norme. Elle a décidé de qui serait son prince et est bien décidé à ne pas le laisser s’envoler. Sa victime : Robin, l’autre neveu de Taram, coureur de jupons, débauchés français, tellement qu’il estime qu’il ne mérite pas l’amour de cette douce demoiselle. Heureusement, celle-ci ne va pas baisser les bras et avec l’aide de ses nouvelles amies et des nouveaux couples formés, va tout faire pour ouvrir les yeux de Robin et lui montrer qu’il mérite le bonheur. Une troisième partie agréable, drôle avec ce rôle de chasseur et chassé échangé, mais qui m’a moins entraînée que les deux premières. Il m’a manqué un petit quelque chose, un grain de folie, un je-ne-sais-quoi, quelques petites lenteurs peut-être aussi. Même si la lecture n’est pas désagréable, loin de là, il n’y a pas ce zeste qu’ont les deux premières. Mais ça, c’est parce que je deviens très difficile !

Comme pour le premier, c’est frais, c’est drôle, entraînant, on ne s’ennuie pas une seule seconde et on dévore le roman à toute vitesse. Les personnages sont vraiment attachants et j’ai adoré le fil rouge qui unit tout le monde : cette idée de kidnapping totalement loufoque, de ces deux cousins si différents, des deux erreurs de casting et de ces quatre filles que tout oppose est absolument géniale. C’est même beaucoup plus lié que le premier à mon avis. C’est déjanté, loufoque (je me répète), plein de folie, de rires. J’ai gloussé, j’ai couiné, bref je me suis régalée. Mais il y a un petit quelque chose, peut-être dans les personnages que j’ai trouvés moins attachants, qui fait que j’ai préféré leur première romance à six mains.

Triplement Vôtre,
Melwasul

logo-jai-lu Retrouvez ce livre sur J’ai lu pour elle

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

6 réflexions au sujet de « Quatre filles et un château de Connie Brockway, Eloisa James & Julia Quinn »

  1. Bib HLM

    « Non mais vraiment, même si ce n’est pas gentil, je glousse encore en pensant à ce qui lui est arrivé. » Et voilàààà j’ai envie de savoir !!!!
    D’ailleurs, je suis certaine que c’est le deuxième couple que je vais préférer 🙂
    Et oui, +1 à ma WL… et je viens d’arriver sur ton blog :/

    Répondre
  2. Tachan

    Contente de voir que je ne suis pas la seule à avoir imaginé qui avait écrit quelle histoire dans cet ordre ^^ Personnellement, j’ai une petite préférence pour la 2e (celle d’Eloisa James ?) 😉

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Clairement pour moi la deuxième ça sent le Eloisa James. Pour ma préférée j’hésite pour la première et la seconde, mais l’histoire de Fiona a vraiment un truc en plus quand j’y pense !

      Répondre
  3. Marion

    Perso j’ai vraiment une grosse préférence pour la deuxième histoire. Dans le précédent roman j’avais aussi eu une préférence mais pas a ce point. J’ai aimée les autres histoires (un peu moins la troisième) mais l’histoire numéro deux j’ai été un peux frustré de ne pas avoir plus de page tellement c’était bien fait.
    Par contre petit bémol pour l’épilogue et « la dernière révélation » j’ai trouvé ça inopportun ça arrive comme ça sans aucun prémisse et j’ai pas aimée. Mais c’est un détail.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *