Prelud’ Avril 2014

deux prélud avril
Titre : Anna et le French Kiss
Auteur :Stephanie Perkins
Éditeur : Harlequin – Prélud’
Date de parution : 01 avril 2014

Avis de Melwasul

Aujourd’hui, c’est jour de solde ! Et oui, je vais vous parler de deux bouquins pour le prix d’un. Deux petits Prelud’ de la collection Harlequin, vous savez, ces petits gouters que j’aime bien croquer en fin de journée/début de soirée. Deux bouquins de la même collection mais loin d’être au même niveau. Le premier que j’ai eu toutes les peines du monde à finir et le deuxième que j’ai trouvé fort agréable. Comme c’est mieux de garder le meilleur pour la fin, commençons par celui que j’ai fini en sautant quelques lignes (vive la lecture en diagonale !).

La plus belle des leçons de Tracy Kelleher note 2

Après une agression traumatisante qui la laisse gravement blessé et un long rétablissement, Katarina décide de tout quitter et de retourner vivre auprès de sa grand-mère dans une petite bourgade. Pour s’occuper, elle accepte un poste d’enseignante à l’école pour adulte de la ville.

De son côté, Ben découvre qu’il est le père d’un adolescent dont la mère vient de mourir et se retrouve donc avec Matt, l’adolescent dans toute sa splendeur, qui va lui en faire voir de toutes les couleurs.

Par un heureux hasard, Ben et Katerina vont se rencontrer grâce à Matt lors d’un cours du soir. Et je vais vous passer les détails mais Matt va se lier d’amitié avec la mamie de Katerina, Ben et Katerina vont tomber fou amoureux l’un de l’autre, Matt et Ben vont se disputer à de nombreuses reprises, ils vont découvrir que Matt n’est en réalité pas le fils de Ben, à ce moment-là Matt disparait, tout le monde pense qu’il a fugué mais en fait il est juste partie chercher une surprise pour mamie (une histoire de violon) et tout le monde se retrouve, Matt sera toujours le fils de Ben, tout le monde s’aime, il fait beau, les oiseaux chantent, HAPPY END, j’ai terminé, vous pouvez respire.

Oui comment vous résumer en trois lignes tout le bouquin, mais je me suis ennuyée mais ennuyée, j’ai presque failli commencer ma nuit en plein « petit gouter ». En fait, j’ai eu l’impression qu’on avait un mélange de quelques histoires tellement bateau que cela nous fatigue et ne fonctionne plus que dans très très peu de cas. Les personnages sont plats, et pourtant l’auteur essaye en rajoutant un peu d’émotion avec l’histoire du violon mais vraiment je n’ai pas adhéré du tout. Dommage.

Le feu sous la glace d’Anna Sugdennote 4

Contrairement au premier dont je vous parlais, j’ai beaucoup apprécié Le feu sous la glace. C’est le type même des Prelud’ que j’apprécie.

Maggie et sa fille quitte le Royaume-Unis et un ex-mari violent pour s’installer chez sa sœur aux Etats-Unis. Une sœur qui a besoin de ses services pour aider un de ses clients à trouver une maison. Seulement problème, ce client, Jake Balotelli – euh Badoletti (aussi connu sous le nom de Badboys) – un célèbre joueur de hockey sur glace. Et c’est là que ça se corse car les sportifs célèbres ça la connait. Son ex-mari est un footballeur professionnel extrêmement connu en Angleterre. Mais le pire c’est qu’elle est sous le charme dès le premier regard. Et c’est réciproque.
Malheureusement pour Jake, après tout ce qu’elle a vécu, Maggie a en horreur les sportifs et encore plus la violence. Or avez-vous déjà un match d’hockey sur glace ? Personnellement j’adore en regarder mais c’est quand même hyper violent, les mecs ils y vont à fond, et ça Maggie ne peut vraiment pas le supporter.

Et pourtant, au contact de Jake, Maggie va petit à petit se reconstruire, et se rendre compte qu’un homme peut être brusque (une brute) sportivement tout en sachant parfaitement se contrôler en dehors de la patinoire. Elle va réapprendre à faire confiance mais encore plus à se faire confiance. Elle va redevenir elle-même, ce qu’elle a toujours été au fond d’elle.
Jake est bien sûr le sportif badboy dans toute sa splendeur : célébrité, argent, filles, soirées, … Mais ça c’était avant. Avant qu’un terrible accident ne change tout, lui fasse réaliser qu’il gâche sa vie, ou du mois n’en profite pas à fond, comme il le voudrait vraiment.

Une belle relation se tisse entre nos deux héros de manière fort naturelle. Elle nous entraine au fil des pages et on arrive à la fin du livre sans s’en rendre compte. On s’attache à eux, à leurs familles, on sourit, et puis franchement j’adore les bouquins avec des sportifs, ils sont toujours à mourir de rire, clichés, mais ça marche à tous les coups, et encore plus quand on voit que l’auteur maitrise son sujet et nous plonge dans l’ambiance du milieu ! Bref, ce prélud’ là à entièrement remplie sa mission !

Doublement Vôtre,

Melwasul

Share via email
+1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *