Positive de Paige Rawl

PositiveTitre : Positive
Auteur : Paige Rawl
Éditeur : Hachette Romans
Date de parution : 26 octobre 2016

Résumé

Paige Rawl est une adolescente rayonnante. Pom-pom girl, footballeuse, excellente élève, tout semble lui réussir. Jusqu’au jour où elle révèle son secret à sa meilleure amie : elle est séropositive, sa mère lui a transmis le HIV. Dans les heures qui suivent, le harcèlement commence. Ses camarades laissent des mots cruels dans son casier. Ils chuchotent sur son passage. Paige ne s’est jamais sentie aussi seule. Pour la première fois, elle ne sourit plus. Cela aurait pu être la fin de son histoire. Mais cela en était le début.

Avis de Melwasul

note 4.5

Voilà un roman, ou plutôt un témoignage devrais-je dire, absolument épatant. Une vraie leçon de vie qui se doit d’être lue. Travaillant au contact d’adolescents étant enseignante, ce livre a particulièrement résonné en moi. Ce n’est pas le premier roman que je lis sur le harcèlement (Blacklistée de Cole Gibsen notamment) mais celui n’aborde pas seulement ce sujet, non il va beaucoup plus loin grâce à son auteure, Paige Rawl, jeune femme courageuse, qui nous raconte SON histoire.

Paige Rawl est née séropositive. Elle a contracté le VIH par sa mère qui l’avait contracté par le père de Paige. Son père les a quittés quand elle était petite et elle ne l’a jamais vraiment connu avant qu’il ne meurt du SIDA. Pendant la plus grande partie de son enfance, Paige n’a jamais su qu’elle était séropositive. Elle savait juste qu’elle et sa mère devaient prendre un médicament tous les jours. Jusqu’à ce qu’elle l’apprenne et que finalement, cela ne la change pas tant que ça. Paige a toujours voulu être Paige et non pas être définie par le VIH. Elle a continué à vivre, à croquer la vie à pleine dents, à aller à l’école, au collège, à faire du sport, à se faire des amies, à faire tout ce qu’elle voulait faire. Jusqu’à ce qu’elle confie son secret à sa meilleure amie. Amie qui va la trahir en le disant à leurs camarades. A partir de là, sa vie va devenir un enfer.

Elle va subir un véritablement harcèlement de la part d’un certain nombre d’élèves et notamment de son ancien groupe d’amis. Insultes, mots dans les toilettes, jeux de mots (PAIDS jeu de mot entre Paige et AIDS nom du SIDA en anglais), harcèlement téléphonique, sur les réseaux sociaux, de son petit ami, tout va y passer. Leur cible principale : le SIDA. Et alors qu’elle va demander de l’aide aux adultes qui l’entourent au collège, ils vont prendre ce harcèlement à la légère : ce sont des broutilles, ce sont d’excellents élèves, … Jusqu’à ce que soit pratiquement Paige qui se sente coupable et que l’on accuse presque. Une solution face à l’inaction des professionnels : quitter ce collège où elle souffre tant.

A partir de là, un véritable parcours pour se reconstruire va débuter. En plus de gérer le VIH, elle va souffrir de crise de stress (et pas de petites, une vraie maladie qu’elle va devoir soigner), elle va devoir réapprendre à profiter de la vie. Heureusement, elle va être soutenue par sa mère, par de véritables amis et va enfin trouver des professionnels à son écoute, qui vont la protéger, qui vont l’aider, qui vont tout simplement faire véritablement leur travail. Je me répète mais vraiment le parcours de Paige Rawl est admirable, terrifiant, révoltant, triste, mais elle a une telle force de caractère, elle est époustouflante.

Ce livre mérite vraiment d’être lu. Pas seulement par les adolescents mais aussi par les parents, par les adultes qui veillent sur eux, qui sont à leur contact. Il montre l’enfer du harcèlement. Un harcèlement discret, furtif, répétitif, de mots et de gestes physiquement non violents mais psychologiquement destructeurs. C’est sournois, c’est méchant, c’est mensonge, c’est stupidité et ça n’a finalement aucune raison, aucune justification. Le pourquoi est un grand mystère, la plupart des harceleurs étant incapables de répondre à la question de manière spontanée. Un jeu, un amusement, de la méchanceté gratuit pour le plaisir, le besoin d’avoir quelqu’un sou sa coupe ou de passer d’harcelé à harceleur. Ici en fait, il y a un raison : le VIH. Une raison tellement, je n’arrive même pas à trouver de mot, le reflet d’une véritable ignorance sur un sujet qui fait peur, c’est plus facile de pointer du doigt, de ridiculiser, d’être méchant que de se confronter à la vérité, que d’apprendre, que de s’informer. Attention, ce n’est ici qu’hypothèses de ma part, j’essaie juste de comprendre peut-être ce qui est en fait incompréhensible.

Paige Rawl nous raconte ici sa vie, son adolescence, ce qui fait ce qu’elle est devenue d’une manière sobre, sans chichi, sans larmoiement, sans apitoiement. Ce sont les faits, ses réflexions, ses réactions, les raisons (ou non d’ailleurs) de ses agissements. Le plus fort dans ce témoignage sur le harcèlement, le stress et le VIH, c’est que c’est justement un témoignage, une histoire vraie et non pas sortie de l’imagination de quelqu’un. Même si les romans du style de Blacklistée sont très forts, poignants, que je sais que cela arrive tous les jours malheureusement, il y a quand même une certaine distance involontaire. Une distance qu’il est impossible d’avoir ici, nous souffrons littéralement avec Paige, à travers ses paroles et ses photos, nous regrettons de n’avoir pu l’aider, nous demandant si nous aurions été plus efficaces. Je l’espère vraiment, j’essaie d’être toujours à l’écoute de mes élèves, de les comprendre, de discuter et ma hantise serait de passer à côté d’une telle souffrance, de ne pas voir, d’être aveugle.

Un livre qui donne à réfléchir, qui m’a fait me remettre en question en tant qu’adulte au contact quotidien avec des adolescents, j’espère ne jamais passer à côté de harcèlement mais il est tellement difficile parfois de tout voir, de tout comprendre, il faut sans cesse avoir l’œil ouvert et surtout écouter, toujours avec patience, même lorsque nous avons peu de temps, que nous sommes fatigués et que les petites histoires d’élèves habituelles nous tapent sur le système, il faut savoir déceler celle qui va plus loin. Bref, un livre qui nous rappelle l’essentiel grâce à une femme d’exception qui a fait de son histoire une lutte pour aider les autres, pour que l’histoire ne se répète plus. Un combat à soutenir haut et fort.

Positivement Vôtre,
Melwasul

Si vous êtes harcelés, que vous êtes témoins de harcèlement, que vous n’osez pas faire le premier pas vers un adulte, vers un parent, vous avez besoin d’en parler, vous avez besoin d’aide, pour cela, vous pouvez contacter:
Non au harcèlement au 3020 (appel anonyme et gratuit)
Net écoute (harcèlement sur internet) au 0800 200 000 (appel anonyme et gratuit)
N’oubliez pas: vous avez l’impression d’être seuls au monde mais il y aura toujours quelqu’un pour vous aider, pour vous écouter.

Lecture académy

 

Retrouver ce roman sur Lecture Academy

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

3 réflexions au sujet de « Positive de Paige Rawl »

  1. Bib HLM

     » Pas seulement par les adolescents mais aussi par les parents, par les adultes qui veillent sur eux, qui sont à leur contact. Il montre l’enfer du harcèlement. Un harcèlement discret, furtif, répétitif, de mots et de gestes physiquement non violents mais psychologiquement destructeurs.  »
    Je suis pas vraiment une lectrice de témoignage, mais tu as réussit à me convaincre !
    Je partage ta hantise de passer à côté d’une affaire de harcèlement : à la médiathèque, on développe une complicité avec les enfants, alors ils ont plus de facilités a nous raconter leurs tracas. Ce qui me tétanise ce sont les doutes de maltraitance. Bon sang, il m’arrive d’en perdre le sommeil !

    Comme toujours ta conclusion et le rappel des numéros à appeler, c’est très sensé, bravo <3

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Comme je te comprends, et puis parfois cette impression que tu ne peux rien faire, j’ai un cas en ce moment, pas de maltraitance mais des parents qui se déchirent alors qu’ils sont divorcés depuis 7 ou 8 ans et qui détruisent leur gamin au passage (en accusant les profs de le détruire). C’est compliqué à gérer, on voit vraiment passer de tout, le pire du pire et ça remue.
      Oui je me dis toujours qu’une personne peut atterrir sur l’article avec des mots clés, donc ça me parait juste logique comme conclusion, si ça peut aider rien qu’une seule personne, c’est ça de gagné !
      Sinon le témoignage est vraiment beau.

      Répondre
      1. Bib HLM

        Les cas de divorce.. bonnnnn sang, je ne compte plus les demandes de témoignage pour un l’un ou l’autre ! Relou !!Force et courage pour le petit, j’espère qu’il va s’en sortir sans trop de dégâts :/

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *