Parle-moi, Darkside de Nancy Herkness

Parle-moi, Darkside

Titre : Parle-moi, Darkside (Whisper Horse #2)
Auteur : Nancy Herkness
Éditeur : J’ai lu – Best Friend
Date de parution : 02 décembre 2015

Résumé

La fragile artiste Julia Castillo est en route pour Sanctuary. Elle veut y rencontrer Claire Arbuckle qui, quelques années auparavant, lui a acheté sa plus belle toile équestre. Aujourd’hui Julia doute de son talent et voudrait l’avis de Claire sur l’évolution de son travail. Mais la voilà sur le bas-côté de la route à 12 km de sa destination. Paul Taggart qui passait par là lui porte secours, la conduit à la galerie de Claire et… tombe amoureux ! Époustouflée par le talent de Julia, Claire lui propose d’organiser une exposition. Et l’emmène au haras de Healing Springs où Julia y découvre Darkside, un étalon noir indomptable, qui lui apparaît comme l’incarnation du cheval sombre qui hante sa peinture… Darkside qui, d’emblée, est devenu son cheval confident va-t-il lui donner le courage d’apprivoiser ses peurs et de s’abandonner à l’amour de Paul ?

Avis de Melwasul

note 10

Aïe, aïe, aïe, déception en cours avec ce second tome que je me faisais un plaisir de lire après l’agréable surprise du premier, Ecoute-moi, Willow. Je n’ai pas retrouvé l’humour et le romantisme de ce denier. Ici, je me suis ennuyée par moment mais surtout j’étais plus heureuse de voir les héros du tome précédent et Darkside que nos personnages principaux … Et pourtant, j’avais envie de la lire l’histoire de Julia Castillo, peintre de renommée mondiale à l’origine du fameux tableau du tome 1.

Julia dont plus personne n’a entendu parler depuis 2 ans à tel point que tout le milieu pense qu’elle a arrêté de peindre. Mais ce n’est pas du tout le cas, bien au contraire, elle a juste changé de style et son oncle persuadé que cette évolution ne va pas tout être appréciée des critiques l’a légèrement censurée en lui faisant croire que son travail était mauvais et que personne n’en voulait. Sauf que Julia, elle l’aime son travail et décide donc de fuguer de chez son oncle (à plus de 26 ans…), d’acheter une vieille voiture sur un coup de tête, de traverser tout le pays et d’aller montrer son travail à Claire une de ses toutes premières admiratrices. Sauf que pas de chance, elle a acheté la seule voiture qui va tomber en panne à 3km de l’arrivée. Heureusement pour elle, un Bon Samaritain, nommé Paul (connu aussi comme étant le meilleur ami amoureux de Claire) va s’arrêter, la dépanner et l’amener jusqu’à Claire qui va totalement adorer ce changement de direction et vouloir à tout prix organiser une exposition spéciale.

Samerlipopette que ces personnages m’ont exaspérée ! D’un côté, nous avons Julia, qui ne croit pas en elle, ne cesse de se poser des questions et de se déprécier. Son questionnement continuel et son manque de maturité à presque trente ans m’ont presque donné l’impression par moment d’être en contact avec une gamine de quatorze ans et pas avec une jeune femme adulte. Qu’elle ait été pouponnée par sa famille, chouchoutée par son oncle toutes ses années, je veux bien mais bon y a des limites, je lisais une romance pas un livre « Julia découvre la vie et pleins d’activités nouvelles trop chouettes ». Encore si son oncle avait été un homme terrible, violent, qu’elle ait été brimée, retenue captive et je ne sais quoi, mais là même pas (quoique son comportement explique qu’elle est attendu si longtemps avant de se prendre en main). Rajoutez à ça sa maladie excuse de tout (et de beaucoup de rien) qui revient sans cesse sur le tapis (allez je vous spoile mais elle faisait des crises d’épilepsie) que ce soit par elle (au misère je fais ça mais si j’avais une crise, je me souviens encore mais j’ai pas le droit à cause de mes crises mais j’ai envie mais si jamais j’ai une crise mais je veux pas que ça revienne mais j’ai peur d’en avoir une à nouveau mais je pouvais pas à cause de mes crises mais je vais tenter … et blablablablablablabla). Je vais m’arrêter là, je pense que vous avez compris tout le bien (ou pas) que je pense d’elle !

En face, nous avons Paul. Paul qui ne vaut pas beaucoup plus cher. Paul qui était soit disant totalement amoureux de Claire et qui en l’espace d’un claquement de doigt devient fou amoureux de Julia. Enfin c’est ce qu’il dit mais après il en est plus sûr et la quitte et m’a un peu perdue. Je n’ai pas trop compris ses revirements sur la fin (on va dire que je n’avais qu’une hâte, finir le livre !). Paul l’avocat à qui on propose un super projet dont il est à l’origine mais qui le refuse dans en premier temps à cause de son frère (ancien ?) alcoolique à qui il a fait une promesse pour qu’il puisse encore voir son fils (en fait, c’est à la mère qu’il a fait une promesse). Bref, eux deux m’ont aussi donné envie de leur mettre des claques. Le frère soit disant alcoolique mais qui finalement n’en donne pas tant l’impression que ça et Paul qui tout comme Julia (ils font bien la paire) passe son temps à se questionner : mon frère fait-il exprès ? Va-t-il changer ? Puis-je lui faire confiance ? Et si c’était pour de faux ? Et s’il me faisait du cinéma ? Et si en fait c’était un appel à l’aide ? Et si, et si, et si … Arghhhh tait-toi et fait quelque chose !

Et je ne parlerai pas des personnages secondaires: l’oncle monstrueux qui ne l’est pas vraiment et qui sert à rien, le critique dont j’ai déjà tout oublié sauf qu’il est méchant mais achète finalement un tableau de Julia, le frangin soulant (AH AH AH) et le neveu pratiquement absent. Seules deux choses font que je n’ai pas mis une plus mauvaise note : le plaisir de retrouver les deux héros du tome précédent qui sont toujours aussi drôles et vraiment essentiels. Ils ont quand même un autre charisme, une autre présence, une autre personnalisé que les deux pingouins nommés ci-dessus. L’autre côté sympathique c’est le côté cheval confident de la série qui est toujours présent à travers Darkside (aussi surnommé Dark Vador), cheval ténébreux et indomptable (hum hum)(c’est pas l’Étalon Noir non plus) qui apporte une toute petite touche plutôt sympathique et un (tout petit) brin d’humour et d’émotion. Mais pour les points positifs je crois bien que ça ne va pas plus loin. Je trouve presque mon 2/5 un peu trop gentil pour ce livre dont je n’avais qu’une envie : le finir !

Questionnair’ment Vôtre,
Melwasul

logo-jai-lu
Retrouvez ce livre sur J’ai lu pour elle

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

Une réflexion au sujet de « Parle-moi, Darkside de Nancy Herkness »

  1. Ping : Parle-moi, Darkside de Nancy Herkness | | J'ai ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *