Ne me touche pas de Tahereh Mafi

couv ne me touche pas

Titre : Ne me touche pas (Insaisissable #1)
Auteur : Tahereh Mafi
Éditeur : Michel Lafon
Date de parution : 04 octobre 2012

Résumé

«Ne me touche pas», je lui murmure. Je mens mais ne lui dis pas. J’aimerais qu’il me touche mais ne lui dirai jamais. Des choses arrivent quand on me touche. Des choses étranges. De mauvaises choses. Des choses mortelles. Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse à cause d’un accident. Un crime. 264 jours sans parler, ni toucher personne. Jusqu’au moment où un gardien vient partager sa cellule. Derrière sa nouvelle apparence, elle le reconnaît : c’est Adam, celui qu’elle aime en secret depuis l’enfance. Pourquoi est-il enfermé avec elle ? Pourquoi lui pose-t-il tant de questions ? Et pourquoi semble-t-il ignorer qui elle est ? Le monde de Juliette est régi par un organisme tout-puissant, le Rétablissement. Il contrôle l’accès à la nourriture, à l’eau et n’hésite pas à tuer pour asservir le peuple. Avide de pouvoir absolu, le fils du leader, Warner, contrôle sa propre armée et son propre territoire. Mais ce qu’il désire par-dessus tout, c’est Juliette. Avant d’en faire sa captive, il l’a observée en cachette pendant des années. La malédiction de Juliette est pour lui une force, une arme inestimable. Mais cette dernière n’a pas l’intention de se laisser faire. Après une vie de paria, elle trouve pour la première fois la force de se battre et de rêver à un avenir avec celui qu’elle croyait avoir perdu pour toujours…

Avis de Mockingjay

note 4J’ai lu ce premier tome il y a plus d’un an en VO et je me suis dis que j’allais me replonger dedans avant d’attaquer le deuxième qui m’attend sagement sur ma table de chevet.

L’histoire

Le monde dans lequel l’héroïne vit est en ruine. A force de se croire invincibles les Hommes n’ont réussi qu’à une chose : tuer leur planète.
Les plantes, les animaux, les saisons, la nature, les humains, tous tentent de survivre sans grande chance de réussite.

Accusée d’être un monstre, Juliette est enfermée dans un hôpital psychiatrique. En effet, elle possède un don. Son simple touché apporte la mort, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle le comprend de la pire manière qui soit. En voulant aider un enfant, l’irréparable ce produit.
Alors qu’elle compte le nombre de jour depuis son dernier contact avec l’extérieur, on lui annonce qu’elle va avoir un codétenu.

Elle pense que c’est une punition supplémentaire mais va vite se rendre compte que son nouveau compagnon de cellule n’est pas un simple inconnu, mais Adam. La seule personne qu’à une époque, elle considérait comme un ami, malheureusement lui ne semble pas se souvenir d’elle.
Leur cohabitation se passe plus ou moins bien jusqu’au jour où des soldats vont venir les sortir de leur cellule à grand renfort d’arme et de violence.
Et Juliette va vite comprendre que Warner, général de guerre sans scrupule veut faire d’elle une arme contre les rebelles.

Les personnages

Juliette est une fille brisée, à la limite de la folie. Les seules choses qui lui permettent de garder la tête hors de l’eau sont les rêves qu’elle fait et son petit carnet dans lequel elle note toutes ses pensées, qui souvent se résument pas «Je ne suis pas folle !». Elle se sent abandonnée et pense qu’elle ne mérite pas de vivre. Pourtant quand elle va se rendre compte que certaines personnes veulent se servir de son don pour faire le mal, elle va se révéler être forte, têtue, ironique et surtout sure d’elle. Jamais elle n’acceptera de blesser quiconque pour satisfaire le besoin de pouvoir de ses ennemis.

Adam, ah Adam ! Il a toutes les qualités qui font qu’on craque pour le personnage. Fort, fidèle, beau, rassurant, doux et surtout fou d’amour pour notre héroïne. Que demander de plus !

Warner, que dire de lui ? C’est un grand malade ! Psychotique, arrogant et complètement barjo. Il est horrible, tue sans scrupule et surtout y prend plaisir. Bref, un grand méchant digne de ce nom.
Le pire c’est qu’il est persuadé de faire les bonnes choses, quel crétin !

L’ambiance/ L’écriture

Avant toute chose, je pense qu’il faut préciser une chose : le livre se lit autant avec les yeux qu’avec … les yeux.

Et la c’est le drame, je me rends compte que la phrase que je viens d’écrire n’a ni queue ni tête.  Je m’explique, quand on ouvre le livre, on remarque de suite que la mise en page du texte joue un rôle important pendant la lecture. Des phrases raturées, des mots répétés , une ponctuation décalée, des lignes vides, des mots isolés…

Au premier abord ça peu paraitre déstabilisant voir repoussant, mais en moins de temps qu’il faut à Melwasul pour manger sa dose quotidienne de chocolat on se rend compte que ça donne de la puissance au récit.

Le style de l’auteur est redoutable. Elle parvient à adapter se façon d’écrire et réussi à la caler sur les sentiments de l’héroïne, ça rend la lecture savoureuse. Elle passe d’une écriture calme et imagée quand Juliette est avec Adam par exemple, à une écriture nette précise et rythmée pour les scènes d’action.

L’univers qu’elle met en place, la façon de penser de l’héroïne, l’empathie d’Adam, le cruauté de Warner, les raisons qui font que le monde se soit écroulé, l’espoir qu’on ressent, l’amour intense et épique qui uni nos deux héros, et l’envie qu’on a de vouloir botter des fesses en lisant les dernières lignes, tout ces ingrédients qui font une bonne dystopie sont réunis et utilisés à la perfection.

Vite la suite qui est ici, posée sur ma table de chevet qui me regarde et me hurle de le commencer.
J’arrive !

Extraits

«Ils ont tout pris. Ma vie. Mon avenir. Ma santé mentale. Ma liberté.
Ils ont rempli notre monde d’armes braquées sur nos fronts. Ils ont tués ceux qui avaient la force de riposter et enfermés les monstres qui n’étaient pas à la hauteur de leurs espérances utopiques.»

«- Mais … tu veux dire que… tu viendrais avec moi… ? Tu ferais ça pour moi ?
Il esquisse un petit sourire amusé. Ses lèvres se contractent nerveusement comme si il réprimait une envie de rire. Ses yeux s’adoucissent en observant les miens.
-Il existe peu de choses que je ne ferais pas pour toi.»

Mockingjay

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

7 thoughts on “Ne me touche pas de Tahereh Mafi

  1. MockingJay

    Oui 😀

    Par contre le T2 m’a bcp moin emballé 🙁
    A part pr Warner :D, d’habitude je craque pas pour l’ennemi mais la j’ai succombé!

    Reply
  2. Madinimoon

    Oui pareil j’ai étais moins surprise et emballée par le deuxième. Commetoi Warner m’a touché, surtout que je trouve qu’Adam est en train de se transformer en pleurnicharde !!!!!

    Reply
  3. tothemoonandback

    Je viens de finir ce premier tome et je pense que je ne suis pas normale, parce que j’ai adoooré Warner^^. Bon, OK, il est absolument cruel et glaçant, mais il a un côté vraiment mignon dans sa folie non? J’ai adoré essayer de deviner ce qu’il ressent en suivant les descriptions des lueurs dans ses yeux… Adam aussi est génial, il me tarde de voir ce que tout cela va donner – heureusement, j’ai récupéré les 3 tomes d’un coup, je savais bien que je serais trop impatiente de lire la suite 😀 Le seul reproche que je peux faire à ce livre, dont j’ai adoré l’écriture poétique – ce qui n’est pas si courant dans ce genre de livres – c’est le relent « X-men » qui s’affirme un peu plus à la fin. Mais ça, c’est perso, je n’aime pas Marvel – Oui je sais, Bouhh!! 😉

    Reply
    1. MockingJay

      honnêtement le Warner du T1 est vraiment trop cruel pour moi, attention, je précise bien : celui du t&!! 😀 😀 😀

      Pour le Coté X-men (que je déteste même si J’ADORE MARVEL!!! Iron Man sera a moi un jour!! sans parler de l’excellente série tv diffusée depuis cette année), ca ne m’a pas dérangé plus que ca. J’adore quand les héros ont des super pouvoirs 🙂

      Reply
      1. tothemoonandback

        Je pense que mon opinion sur Warner était biaisée dès le début aussi. J’avais en ma possession les tomes et le 1.5, et même si je les ai lus dans l’ordre, j’avais lu le résumé du 1.5 sur le coup pour savoir quand le lire. Alors je crois que tout simplement notre esprit s’adapte à ce qu’on pressent de ce qui va arriver aussi. Et puis je le trouvais déjà drôle^^

        Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *