L’intrigante de Rosemary Rogers

intrigante de Rosemary Rogers

Titre : Intrigante (Au cœur de la Russie impériale #2)
Auteur : Rosemary Rogers
Éditeur : Harlequin – Mosaïc
Date de parution : 02 juin 2014

Résumé

Angleterre et St-Petersbourg, Régence.
Pour sauver sa mère d’un terrible chantage, Leonida, fille illégitime du tsar Alexander Pavlovitch, accepte une mission secrète : subtiliser, par tous les moyens, des lettres que sa mère a adressées à une vieille amie, la duchesse de Huntley, et qui contiendraient des secrets d’Etat. Bien que peu enthousiaste à l’idée de jouer les aventurières, Leonida est déterminée à remplir sa mission. Mais sitôt arrivée en Angleterre, dans le domaine des Huntley, elle perd sa belle assurance. Car le maître des lieux, l’énigmatique Stephan Summerville, la fascine dès le premier regard. Une fascination dangereuse qui pourrait bien compromettre ses plans. D’autant que Stephan, loin d’être indifférent, fait tout pour attiser son désir. Et bientôt, fatalement séduite, Leonida se sent déchirée entre l’accomplissement de son devoir et l’élan de son cœur…

Avis de Melwasul

lep-note-plume-4Souvenez-vous, il y a un peu plus d’un mois, je vous parlais d’Un palais sous la neige premier tome de la série Au cœur de la Russie Impériale de Rosemary Rogers. Premier tome que j’avais beaucoup apprécié mais auquel j’avais fait un petit reproche : la Russie n’y était pas assez présente (les ¾ en Angleterre, le reste en Russie). Pour ce deuxième tome, il y a du mieux, la Russie est bien plus présente (ça doit être du ¾ en Russie, ¼ en Angleterre).

Un autre point que j’avais soulevé était que Stefan, le héros de L’intrigante paraissait un peu fade par rapport à son frère, un peu pleutre, du coup j’avais un peu peur avant de commencer ma lecture. Et au final, je l’ai préféré à son frère jumeau ! Il est un peu moins macho, un peu plus délicat mais tout aussi drôle et caractériel. C’est un grand solitaire en manque d’amour. Il s’isole pour ne pas souffrir et pourtant c’est tout le contraire qui arrive. Leonida va être une véritable bulle d’oxygène dans sa vie. Leonida, la fille illégitime d’Alexandre Ier, cache bien son jeu. On pourrait la croire honnête, très sage, toute douce, mais je vous assure que quand il s’agit de défendre les siens, elle a plus d’un tour dans son sac. Elle est pleine d’intelligence mais aussi de malice. Je dois dire que j’ai finalement préféré ce couple à celui du premier tome.

Les personnages secondaires sont toujours aussi intéressants. On retrouve le couple du tome précédent avec plaisir et humour (Leonida s’incruste quand même chez eux alors qu’ils sont tout juste mariés). On retrouve également le fidèle serviteur d’Edmond qui est envoyé par celui-ci auprès de Stefan (et qu’il ne doit pas lâcher d’une semelle, genre Stefan est incapable de se débrouiller tout seul)(après je peux comprendre qu’Edmond s’inquiète pour son frère ^^)(même s’il va le détromper). On rencontre également la mère de Leonida. Mère que l’on déteste par moment (elle n’hésite pas à mettre sa fille en danger, à l’envoyer de l’autre côté de l’Europe juste pour ses besoins). Elle nous énerve encore plus après que sa fille ait tout sacrifié pour elle, l’ait défendue les yeux fermés et que pour la récompenser elle fasse la tronche et la dépressive. Puis elle finit par remonter dans notre estime vers la fin, mais pas des masses non plus. On rencontre le tsar (qui nous laisse assez indifférent au final) et on retrouve d’autres russes du premier bouquin qui prennent un peu plus d’ampleur, qui ajoute un peu d’humour et qui nous rendent le livre plus familier.

Une Russie plus présente, un couple plus plaisant, et la plume toujours aussi chouette que celle de Rosemary Rogers font que j’ai préféré ce second tome au premier. Mais dans ce tome, on rencontre le héros du troisième et dernier tome : le Tsar des Mendiants. Et alors là Mesdames, attention. Je sens qu’il va surpasser nos jumeaux Summerville. Il réunit tous les ingrédients qui pourraient faire de lui le parfait «rake» : débauché, roi de la pègre de Saint Pétersbourg, malin comme un singe, rusé comme un renard, ni vrai méchant mais pas vraiment gentil et chez qui on devine un cœur énorme. Bref, je l’ai rencontré même pas dix minutes et je l’adore déjà. De plus, l’héroïne sera également russe, il y a donc de grandes chances que l’histoire se passe entièrement en Russie (*dansedelajoie*). Maintenant, vite le troisième tome !

Impérialement Vôtre,

Melwasul

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

4 réflexions au sujet de « L’intrigante de Rosemary Rogers »

  1. k

    Merci pour ta chronique ma belle…Étrangement, quand j’ai vu le potentiel du héros dans le tome précédent, j’avais qu’une hâte lire (surtout que je fais partie des fan de Rogers), et là, j’ai été déçue…Je préfère nettement les frères summerville

    Bises

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *