Les Orphelins de métal de Padraig Kenny

Titre : Les Orphelins de métal
Auteur : Padraig Kenny
Éditeur : Lumen
Date de parution : 07 février 2019

Résumé

 » Je sais à présent que j’ai un cœur, parce qu’il est brisé… ‘

Christopher a beau être orphelin, il fait l’envie de tous ses amis… des amis bien particuliers, puisque ce sont des robots ! C’est que, contrairement à eux, il est ce qu’on appelle un Authentique : un être humain doté d’une âme, une vraie. Apprenti auprès d’un inventeur malhonnête, Absalom, le garçon observe avec consternation les manigances de son mentor, et passe ses soirées à enchanter ses camarades de métal avec les rares souvenirs qui lui restent d’avant – avant l’incendie qui lui a enlevé ses parents. Malheureusement, l’escroc se double d’un menteur… Absalom dissimule depuis des années un étonnant secret !

Quand la vérité éclate par une froide journée enneigée, le destin de Christopher est bouleversé à jamais. Enlevé par de parfaits inconnus, il part – enfin – à la découverte de lui-même. Mais c’est sans compter sur ses compagnons, qui ne l’entendent pas de cette oreille. Parmi eux, Lapoigne, un géant mécanique muet, Manda, petite fille perdue dans un monde qu’elle ne comprend pas, ou encore Rob, qu’Absalom n’a jamais vraiment terminé. Bien décidée à rattraper Christopher, la joyeuse bande se lance à sa poursuite sur les routes à bord d’une camionnette dérobée à leur créateur…

Embarquez dans l’aventure en compagnie d’êtres de chair et de métal qui, s’il leur manque littéralement quelques boulons, n’en sont pas moins terriblement attachants. Cette petite troupe de personnages hauts en couleur, excentriques et loyaux jusqu’à la mort mène tambour battant un bel hommage au Magicien d’Oz doublé d’un conte émouvant sur la nature humaine…

Avis de Stéphanie

note 5

Quelle belle aventure littéraire et humaine que cette lecture ! (Et quel travail éditorial remarquable !)

Lapoigne, Rob, Jack, Manda, Estelle et Christopher : des personnages aussi drôles que touchants qui, tout au long du roman, donnent une véritable leçon d’humanité.

Étrange de parler d’humanité quand ceux qui en font preuve sont des robots créés de toutes pièces… Alors qu’ils sont supposés être incapables d’éprouver des émotions et des sentiments car ils ne sont pas des « authentiques », ce sont eux qui savent faire preuve d’amour, de compassion et d’amitié et qui mettent tout en œuvre, au péril de leurs vies, afin de sauver leur meilleur ami qui a été enlevé par deux hommes mystérieux : Christopher.

S’ils sont orphelins c’est parce qu’un robot n’a pas de parents mais au fil du texte, on se rend compte que, d’une manière ou d’une autre, chaque personnage du roman : robot ou humain, est orphelin.
Christopher est le jeune apprenti d’un inventeur. Alors qu’il pense être un véritable petit garçon, un « authentique », on découvre (en même temps que lui) dès les premiers chapitres qu’il est en réalité un robot lui aussi. Il se met sur les traces de son passé et ne comprend pas pourquoi il se souvient de certaines choses et notamment de sa mère. Il remet tout en question et ne parvient plus à démêler le vrai du faux car des « patchs » lui ont été appliqués afin de lui créer des souvenirs. Serait-il un robot auquel on a insufflé une âme ?

    Trois figures d’inventeurs sont représentées :

    • Absalom : l’inventeur peu compétent qui assemble des pièces maladroitement afin de créer des robots dans le seul but de gagner de l’argent.
    • Blake : l’inventeur qui créé des robots-machines de guerre et qui cherche à rendre fier son père décédé et l’égaler dans son talent.
    • Cormier : l’inventeur désabusé qui créait des robots et les réparait avec passion mais qui, après avoir vécu la perte de son fils, sa belle-fille et son petit-fils, n’a plus goût à rien et se cloître dans une ville de robots au sein de laquelle aucun « authentique » ne peut pénétrer.

Ce qui est stupéfiant, c’est la capacité de l’auteur à nous présenter des personnages ni totalement bons, ni totalement mauvais. En effet, j’ai éprouvé à la fois de la compassion et de l’aversion envers un personnage au cours d’une même scène.
Alors, oui, il s’agit bien d’un roman jeunesse mais pas seulement ! C’est une ode à la différence et à l’acceptation de l’autre dans sa différence. Je trouve donc ce roman tout à fait d’actualité.

Cette petite bande d’amis hétéroclite m’a tellement touchée que j’ai peiné à les quitter en tournant les dernières pages, espérant un ultime rebondissement qui me laisserait croire à un tome suivant. Il est des personnages qu’on est heureux de rencontrer et tristes de quitter : comme des amis.

Stéphanie

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *