Les larmes de Cassidy de Amy Wane

Les larmes de CassidyTitre : Les larmes de Cassidy
Auteur : Amy Wane
Éditeur : Charleston
Date de parution : 09 novembre 2016

Résumé

Paris, 1935.
Matthew Alban-Wilson est un jeune et brillant docteur qui exerce dans un hôpital parisien. Il s’intéresse tout particulièrement à une patiente dans le coma, arrivée sept ans plus tôt. Lorsque celle qu’il a prénommée Blanche se réveille miraculeusement, le docteur ne peut refréner sa curiosité.
Inspiré par les travaux de sa mère, écrivaine, et de sa grand-mère, psychiatre, Matthew demande à Blanche de lui raconter son histoire.
La jeune femme est en réalité Cassidy McMurray, une aristocrate irlandaise. De Clifden à Paris en passant par l’Inde, les mots de Cassidy et la plume de Matthew retracent l’histoire d’une fille de l’Eire, l’histoire d’une femme du xxe siècle.
Mais avec près d’une décennie perdue, Cassidy retrouvera-t-elle le goût de vivre ?

Avis de Melwasul

note 4

Il y avait très longtemps que je ne vous avais pas parlé de romans Charleston. La raison en est très simple, depuis la rentrée scolaire, je ne vois pas le temps passer et les romans Charleston sont des romans qu’il faut prendre le temps de lire, de savourer et je n’étais pas dans de bonnes conditions pour cela. J’ai préféré attendre d’avoir le temps de les savourer avant de m’y plonger et j’ai eu amplement raison, Les larmes de Cassidy d’Amy Wane méritait toute mon attention. Les larmes de Cassidy est le premier lauréat de l’appel à manuscrits des mêmes éditions en hommage à Downton Abbey (série chouchoute de mon ❤). Je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais je n’étais pas trop inquiète : je fais toute confiance aux personnes chargées de choisir le manuscrit, le résumé nous promettait un beau voyage et une femme forte, marque de fabrique de l’éditeur, et pour finir, avec une telle couverture, impossible que le livre soit raté !

Tout commence à Paris avec le réveil de Blanche, dans le coma depuis six longues années. Blanche qui en réalité s’appelle Cassidy McMurray, une aristocrate irlandaise qui a perdu la mémoire et qui refuse en quelque sorte de retrouver la mémoire de peur de ses souvenirs. Et pourtant, celle-ci va s’imposer à elle et à travers la première partie du roman, nous allons pouvoir découvrir son enfance en Irlande grâce à un flashback long et presque trop rapide à la fois. Finalement, à travers tout le roman, c’est l’intégralité de sa vie que nous allons découvrir, de sa naissance à sa mort, nous allons découvrir toute sa vie au cours d’un siècle en perpétuelle évolution, et principalement ses 36 premières années. Et ce que nous pouvons dire, c’est que le malheur et les décès ne vont pas l’épargner, dès son enfance, elle va souffrir, encore et encore, ce qui explique toute une partie de son caractère un brin renfermé.

J’ai été totalement passionnée par l’histoire de Cassidy même s’il y a peut-être quelques longueurs par moments. J’ai voyagé de l’Irlande à l’Angleterre en passant par l’Amérique, l’Inde et la France. Un dépaysement permanent pour une vie si riche en émotions, un dépaysement synonyme aussi de renouveau pour Cassidy, synonyme d’évolution. Cassidy est une femme forte, courageuse, qui va faire face au chaos qui règne dans sa vie, et qui ne va avoir de cesse de se relever et de se battre. Le travail de recherche et de précision de l’auteur est remarquable que ce soit sur les périodes historiques, les pays, leurs mœurs, l’aristocratie irlandaise, les perceptions de l’amour, les relations entre les personnages si bien travaillées (que ce soit la relation mère fille peu présente mais … éprouvante ou les relations amoureuses, entre joie, malheur et désillusion finalement).

La plume est prenante, agréable à lire, les descriptions sont minutieuses, nous donnant l’impression d’observer de près la vie de Cassidy. Impossible de ne pas voyager dans le temps et l’espace, de ne pas s’y croire, un vrai premier roman malgré quelques défauts. Je ne vais pas compter les petites longueurs car elles sont minimes, mais il y a deux points qui m’ont un peu chagrinée : le trop grand nombre de personnages présents et l’épilogue trop condensé. Je m’explique, j’aime quand il y a une multitude de personnages travaillés, mais là c’était un peu trop, j’ai dû relire certains passages pour être bien sûre que je ne me mélangeais pas. Certes cela apporte de la profondeur au roman mais là, c’était peut-être un peu trop pour moi. Ensuite l’épilogue, j’ai un avis mitigé. J’étais heureuse de connaître la vie de Cassidy après la conclusion de la première partie de sa vie, de savoir ce qu’elle devient vraiment, de la voir heureuse et apaisée (même si tout n’a pas été simple). Mais, il s’agit ici de soixante-trois années passées en revue en 16 pages et où il est également mention du destin des très, très nombreux personnages, de leurs enfants, … Beaucoup d’informations, trop survolées en trop peu de pages. J’aurais aimé avoir plus de détails sur les années qui suivent, sur quelques chapitres puis peut-être un épilogue couvrant moins d’années.

Un premier roman un peu sombre mais réussi et une auteure que je relirai avec plaisir. Un roman qui vous fera voyager, qui vous emportera complètement sur les traces de son héroïne forte, courageuse, intelligente … et un hommage subtil à Downton Abbey vraiment réussi. Ce qui est important à mentionner, ce n’est pas Downton, pas une réécriture mais plutôt une époque, une ambiance, quelque chose de subtil et réussi.

Premièrement Vôtre,
Melwasul

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

2 réflexions au sujet de « Les larmes de Cassidy de Amy Wane »

    1. Melwasul Auteur de l’article

      Oui, c’est un peu, peut-être le reproche que je lui fais, un peu triste/sombre/mélancolique mais il y a aussi de l’espoir, il est très bizarre à définir.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *