Les ducs préfèrent les blondes de Loretta Chase

Les ducs preferent les blondesTitre : Les ducs préfèrent les blondes (The Dressmakers #4)
Auteur : Loretta Chase
Éditeur : J’ai lu – Aventures et Passions
Date de parution : 22 février 2017

Résumé

Lassée des prétendants qui ne voient en elle qu’un ravissant visage, lady Clara Fairfax évite la haute société pour s’investir dans les bonnes œuvres. Afin d’aider une jeune fille en difficulté, elle contacte Oliver Radford, un avocat aussi brillant que misogyne, et le charge d’une enquête qu’elle entend mener à son côté. Le dédain narquois de Radford, dédaigneux et narquois disparaît peu à peu lorsque leurs pérégrinations dans les bas-fonds de Londres lui révèlent la vraie Clara, une femme cartésienne, intrépide, qui n’hésite pas à lui tenir tête et ne tarde pas à le rendre fou d’amour. Bien sûr, leur différence de classe lui interdit d’espérer l’épouser un jour. Sauf que rien n’est impossible au meilleur juriste de Londres…

Avis de Melwasul

note 4.5

En fait, je crois que si je suis aussi dure avec La Vénus en velours, c’est qu’en suivant, j’ai lu le tome 4, Les ducs préfèrent les blondes, qui est un peu à part dans la série et qui est vraiment totalement excellent. Je n’ai pas lu les deux premiers romans mais une chose est sûre, il est mille fois meilleur que le troisième. C’est simple, je me suis régalée du début à la fin, sans m’ennuyer une seule fois notamment grâce au personnage de Clara.

Lady Clara Fairfax, rencontrée dans le tome précédent comme étant la sœur du mari d’une des sœurs Noirot et l’ex-fiancée/amie d’enfance du mari d’une autre des sœurs françaises. Dans le tome dont je vous ai parlé précédemment, elle tient également un rôle secondaire mais déjà haut en couleurs, impossible de la rater et de ne pas vouloir en savoir plus, impossible de ne pas vouloir la voir héroïne de sa propre vie et heureusement, Loretta Chase a écouté ses lectrices et a offert un quatrième tome à sa trilogie.

Clara qui cache beaucoup de blessures derrière une apparence de belle jeune femme de la haute société à qui tout réussit : l’argent, le succès, la beauté, la classe … Mais la jeune femme aspire à autre chose qu’épouser un riche mari. Elle veut aider son prochain, ceux qui sont dans la difficulté, elle veut épouser un homme qui l’aimera pour autre chose que son statut, son argent et sa beauté, elle veut montrer son intelligence, l’intelligence des femmes, elle veut échapper aux règles qui régissent sa vie et la vie des autres jeunes femmes depuis qu’elles sont toutes jeunes. Pour ça, rien de mieux que de vivre une dernière aventure avant un mariage qui se rapproche indubitablement : aider une jeune fille à retrouver son frère dans les quartiers malfamés de Londres mais elle va avoir besoin d’un peu d’aide : celle de l’avocat Oliver Radford aussi connu sous le nom de Corbeau.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’ils se sont déjà rencontrés il y a bien longtemps (les dents de Clara s’en souviennent encore) et pas plus tard que la veille sans qu’ils ne le réalisent de suite. Même si dans un premier temps Oliver refuse, il va finir par céder et Clara va doucement mais sûrement s’incruster dans l’enquête (et dans la tête d’Oliver) ce qui aboutira vers une demande au mariage des plus compliquées. Radford, avocat qui défend la lie de la société, considéré comme un roturier, qui dit tout ce qu’il pense comme il le pense, sans filtre, et dont rien n’est plus important que son métier, épouser la presque irréprochable lady Clara Fairfax, celle que tout le monde s’arrache ? Heureusement pour eux, Clara est un brin obstinée et Oliver se révèlera être un excellent avocat dans un procès hors norme (non mais ils ont craqué, c’était magique).

Si les dialogues entre nos deux héros sont hilarants, il y a bien plus derrière que l’apparente chamaillerie assez habituelle dans ce genre de romans et que j’adore. Ils s’écoutent vraiment, ils prennent le temps de penser à l’avis de l’autre, de le prendre en compte (enfin pas toujours). Il n’y a pas de dialogues de sourds (ou presque pas), il y a un grand respect entre eux et l’alchimie n’en est que plus forte. Ils forment vraiment un beau couple, bien équilibré et si l’adaptation est un peu difficile au début, chacun va faire des efforts sans pour autant oublier qui ils sont.

Au fil de l’histoire, les tensions entre eux vont doucement disparaître pour laisser place à une vraie équipe, à un beau duo, qui travaille ensemble pour résoudre leurs problèmes, des problèmes liés à l’enquête de départ mais aussi aux histoires familiales de Radford qui vont leur tomber sur le bout du nez. Des problèmes qui mettent de l’action, du rythme à l’histoire mais surtout qui mettent parfaitement en valeur notre couple. J’ai adoré, vraiment adoré, ce qu’a fait Loretta Chase de ses personnages, ils ont les réactions parfaitement imparfaites pile quand il le faut pour amener rires, sourires et émotions.

C’est drôle, c’est léger, les sœurs Noirot, leur maison et leurs maris sont présents mais en décors, vraiment au « fond de la pièce », juste de quoi parler un peu mode (il faut bien Clara ait la plus belle des belles robes de mariées), sans pour autant nous épuiser avec des tonnes et des tonnes de descriptions chiffons. Vraiment, je n’ai aucun reproche à faire à ce roman, une ambiance, des personnages principaux et secondaires à la hauteur, des retournements de situations (et des situations qui ne trainent pas longueur d’ailleurs, sans soixante-dix mille hésitations), une intrigue prenante, des rires, des sourires, une romance historique comme je les aime !

Orageusement Vôtre,
Melwasul

Retrouvez cette série sur le blog:
Sur la soie de ta peau #1
Scandale en satin #2
La Vénus en velours #3

logo-jai-lu Retrouvez ce livre sur J’ai lu pour elle

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

2 réflexions au sujet de « Les ducs préfèrent les blondes de Loretta Chase »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *