Le théorème des Katherine de John Green

Le théorème des Katherine

Titre : Le théorème des Katherine
Auteur : John Green
Éditeur : Nathan
Date de parution : 02 janvier 2015

Résumé

Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux.
Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine.
Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine, mais KATHERINE.
Et dix-neuf fois, il s’est fait larguer.

 

Avis de Melwasul

note 5

C’est l’heure des grandes vacances d’été, l’heure aussi de lire mon dernier John Green (tristesse dans mon cœur)(il faut qu’il arrête les films et se remette à l’écriture !!!). Je les aurai fait durer sur l’année mais malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin. Si j’ai adoré Qui es-tu Alaska ? (je ne parle même pas de Nos étoiles contraires lu il y a deux ans), si j’ai (presque) tout autant adoré La face cachée de Margo (quelques petites longueurs c’est dommage), si j’ai eu un peu de mal avec Will & Will, j’ai fini en beauté avec Le théorème des Katherine que j’ai autant apprécié que Qui es-tu Alaska ?.

Il m’était impossible de ne pas m’attacher à Colin, ce génie ? surdoué ? Impossible de me décider parce qu’il ne le sait pas lui-même et comme il le dit si bien, ce n’est absolument pas la même chose (et qu’il pense malheureusement n’être qu’un adolescent surdoué). Colin qui vient de se faire larguer par sa 19ème Katherine. Oui parce que Colin n’est sorti qu’avec des Katherine (il faut le faire quand même !). Colin qui ne peut s’empêcher de tout anagrammer (je ne sais pas si cela se dit) dès qu’il est un peu stressé (mais pas que ou alors il est tout le temps stressé). Colin qui essaie (vainement) d’apprendre à chuchoter. Colin qui attend désespérément sa minute « Eurêka » et qui cherche par tous les moyens à mettre en place un théorème lui permettant de prévoir l’avenir d’une relation amoureuse. Rien que ça.

Colin qui après sa rupture sombre dans la déprime et décide pour survivre de faire un road-trip avec son meilleur ami Hassan (qui n’est pas un terroriste) à bord du Corbillard de Satan. Un road-trip qui va prendre fin après sa rencontre avec Lindsey à Gutshot, Tennessee, lieu où se situe la tombe de l’archiduc François-Ferdinand. Non, Colin ne pouvait passer à côté d’un tel lieu sans le visiter. Mais il ne s’attendait pas à y croiser Lindsey, sa mère, les ancêtres, LAC (L’Autre Colin), JTS (Jeans Trop Serrés) et bien d’autres … Des personnages secondaires (sauf Lindsey) qui comme toujours dans les livres de John Green n’existent pas pour rien et apportent quelque chose de particulier au roman.

Et donc il y a Lindsey. Lindsey l’héroïne plutôt habituelle de John Green. Une jeune fille plutôt cool, que tout le monde adore mais que personne ne connaît vraiment telle qu’elle est jusqu’à Colin. Une fille qui ne montre que ce qu’elle veut bien laisser voir. Lindsey qui va parfaitement s’intégrer à notre duo malgré leurs sujets « pas intéressants » et leurs « grelots ».

Parmi d’innombrables, voici des sujets certifiés « pas intéressants » : le sphincter pupillaire, la mitose, l’architecture baroque, les blagues dont la chute est une équation de physique, la monarchie britannique, la grammaire russe ou le rôle essentiel du sel dans l’histoire de l’humanité.

Mais il n’y a pas que ses personnages que j’aime chez John Green. Il y a surtout sa plume mordante, teintée d’un humour souvent ironique et qui traite toujours de sujets difficiles mais d’une manière toujours pudique, en disant les choses sans jamais être dans l’excès. Un ton que j’aime toujours autant. Rajoutez à cela des notes de bas de pages absolument délicieuses qui vous feront sourire à coup sûr et vous pouvez être certain de passer un excellent moment. Et je ne parle même pas des insultes et de leurs traductions (sitzpinkler* par exemple).

Terme d’argot allemand désignant une mauviette. Pourrait se traduire littéralement par : « me qui pisse assis ». N’importe quoi, ces allemands… un mot pour chaque chose.

Puis bien sûr, il y a les mathématiques cachées derrière ce roman. Les maths évidemment ça me parle toujours un peu (beaucoup) et ici ça le fait parfaitement bien. Alors certes, tout n’est pas forcément très rigoureux mais il y a vraiment une théorie créée et cachée derrière le travail de Colin et puis sincèrement, n’est-ce pas une manière géniale d’utiliser les mathématiques ? J’adorerais pouvoir faire ce genre de travail pour ma part !

Et pour finir, sachez que je suis une fouine … Je l’avoue il m’arrive de temps en temps de lire la fin du livre avant de l’acheter/le commencer dès que j’ai un doute. Là c’était juste de manière innocente (hum hum), j’ai mon œil qui a malencontreusement survolé la fin du roman et je suis tombée sur ça : « Les notes de bas de page du roman que vous venez de terminer (à moins que vous n’ayez pas fini de le lire et vous ayez sauté des passages ; auquel cas, vous devriez revenir en arrière et tout lire dans l’ordre, sans essayer de connaître la fin, espèce de petite fouine) […] ».

Bref, je suis une fouine. 🙂

Fouinement Vôtre,
Melwasul

P.S : Dans le cadre de mon challenge YA/NA Book Trip arrêt à Gutshot, Tennessee, état que je n’avais pas encore visité !

Young Adult Book Trip

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

8 réflexions au sujet de « Le théorème des Katherine de John Green »

  1. Cammy

    AH, je suis bien contente de voir que tu as aimé parce que je n’avais pas lu de commentaires très positifs sur ce roman et j’hésitais à le lire…
    Pour le moment je n’ai lu que Nos Etoiles Contraires (que j’ai adoré) mais il faudrait que je profite de l’été pour lire les autres.
    Je vais aller lire ta chronique sur Qui es-tu Alaska ? que j’hésitais à lire après que l’été dernier, ma soeur ait éclaté en sanglots vers le milieu de l’histoire et balancé le livre sur la plage…

    Répondre
    1. Melwasul

      Pour Qui es tu Alaska? Je peux comprendre ta soeur j’ai eu à peu près le même réflexe mais il est magnifique ❤
      Le seul que je n’ai pas trop appréciéc’estrosi Will & Will.

      Répondre
  2. topobiblioteca

    Je n’ai encore jamais lu de John Green même si j’ai Nos étoiles contraires dans ma PAL qu’il va falloir que je sorte, car cet auteur me fait très envie ! =)

    Répondre
  3. Gersende

    Nos étoiles contraires et La face cachée de Margo sont les deux livres qui occupe la première place dans mon coeur. Je les ai a-do-ré !
    Par contre j’ai été plutôt déçu par Qui es-tu Alaska ?, en fait je n’ai pas aimé ses personnages et je trouve que dans les romans de John Green c’est THE point fort.
    Me reste plus qu’à découvrir Will & Will (qui est dans ma PAL) et Le théorème des Katherine qui me tente vraiment beaucoup.
    Bonnes lectures ! 🙂

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Ah j’ai été un tout petit peu déçue par le milieu de La face cachée de Margo que j’au trouvé un peu long. Par contre j’ai adoré QUi es-tu Alaska? . Will&Will est vraiment celui que j’aime le moins !

      Comme quoi, ils ont tous leurs qualités et leurs défauts suivant les lecteurs 🙂

      Répondre
  4. emma otw

    bonJour! je Voulais te demanDer, tu peuX me donNer le nOm comPlet dE Lindsey?
    merCi beaUcouP

    (si t’a compris le clin d’oeil, glisse le dans ta réponse.)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *