Le soleil est pour toi de Jandy Nelson

le soleil est pour toi

Titre : Le soleil est pour toi
Auteur : Jandy Nelson
Éditeur : Gallimard – Scripto
Date de parution : 12 mars 2015

Résumé

Noah et Jude sont plus que frère et soeur, ils sont jumeaux, fusionnels. Sous le ciel bleu de Californie, Noah, le solitaire, dessine constamment et tombe amoureux de Brian, le garçon magnétique qui habite à côté. Tandis que Jude, l’éxubérante, la casse-cou, est passionée par la sculpture.
Mais aujourd’hui ils ont 16 ans et ne se parlent plus. Un événement dramatique les a anéantis et leurs chemins se sont séparés. Jusqu’à ce que Jude rencontre un beau garçon écorché et insaisissable, ainsi que son mentor, un célèbre sculpteur…
Chacun des deux jumeaux doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque.

Avis de Melwasul

lep-note-plume-5

Si j’ai eu envie de lire ce livre, c’est d’abord pour son auteur: Jandy Nelson dont j’avais adoré Le ciel est partout il y a un an de cela. Ajoutez à ça la couverture de Le soleil est pour toi, vous pouvez être sûrs qu’il me le fallait. Et pourtant, j’ai mis 15 jours avant de me décider à le lire (d’une traite). Si Le ciel est partout avait été un vrai coup de coeur, ce n’est pas le cas pour celui-ci, mais c’est passé tout près.

Dans Le soleil est pour toi, nous faisons la connaissance de NoahetJude. Ou plutôt Noah et Jude. Des jumeaux. Fusionnels. Peut-être trop. Jusqu’à ce que tout change. Jusqu’à ce qu’ils soient toujours aussi proches mais pourtant si loin l’un de l’autre.

Nous découvrons leur histoire grâce à deux points de vus, à deux époques différentes. A travers les yeux de Noah quand ils ont 13 et 14 ans et alors que tout est entrain de changer. À travers les yeux de Jude, 3 ans plus tard, alors qu’ils sont âgés de 16 ans, que tout a changé, qu’ils ont complètement changé. Deux époques et deux points de vus qui s’alternent, un chapitre sur deux, des pièces d’un puzzle que l’on assemble et qui prennent forme, tout doucement. Des chapitres plus ou moins longs mais j’y reviendrai à la fin.

Une histoire ayant pour fil conducteur: l’art. L’art sous toutes ses formes: la peinture, la sculpture, la photographie mais aussi l’amitié et l’amour. J’y ai vu un parallèle intéressant, l’amitié et l’amour sont deux formes d’art pour moi. Il faut les créer ou ils s’imposent à nous, tout comme un tableau ou une sculpture. Il faut être sincère si l’on veut qu’ils montrent ce que nous sommes et les figer dans le temps telle une photographie. Il faut en prendre soin si l’on ne veut pas les briser. Un parallèle qui sort de l’ordinaire et qui m’a vraiment touché: les peintures, les sculptures, les photographies prenaient vie sous mes yeux, dans mon imagination, comme si j’y étais.

L’une des forces du premier roman de Jandy Nelson était la qualité de ses personnages tout en nuances et hauts en couleurs. Et là encore, Jandy Nelson a fait très fort: des personnages tous aussi parfaits les uns que les autres. NoahetJude tout d’abord. NoahetJude qui vont découvrir au fil des pages qu’ils ne seront jamais aussi proches l’un de l’autre qu’en étant Noah Et Jude. On s’y attache doucement mais sûrement. Ils ont chacun leurs faiblesses, leurs différences, leurs forces, leur grain de folie. Chacun fera des erreurs, chacun se trompera. On peut faire des reproches à chacun d’eux, regretter le mal qu’ils peuvent faire à l’autre mais on les comprend tellement bien, on est si proche d’eux qu’on ne peut que leur pardonner, accepter et attendre qu’ils comprennent, qu’ils voient ce que l’on voit mais qu’on ne peut malheureusement pas leur dire.

Mais les personnages secondaires ne sont pas en reste. Et je vais commencer par parler de mon gros, méga coup de coeur du roman: Oscar. Oscar, ce jeune homme qui pourrait être un écorché vif, dépressif, une épave et qui pourtant est un garçon, certes dans le doute, qui ne fait pas toujours les bons choix, qui tremble, qui a peur mais qui est un vrai rayon de soleil, une bulle de bonheur, une boule de bonne humeur, un vrai grain de folie et de joie. Il est drôle, attachant, inattendu aussi. Et surtout, il est là quand il faut, où il faut. Bref, je crois bien que je suis tombée amoureuse. Il est parfait du début à la fin, à tel point, que j’ai regretté qu’il ne soit pas plus présent encore.

Pour lui, moi aussi, je donnerais « le soleil, les étoiles, les océans et tous les arbres« .

Puis il y a les autres personnages secondaires : les parents de Noah et Jude, leur grand-mère, Guillermo, Brian, Zephyr, Heather. Des personnages que l’on découvre, que l’on adore, que l’on déteste auxquels on s’attache pour certain. Des personnages qui nous feront rire aussi. Beaucoup.

Car l’humour est tout aussi présent que dans Le ciel est partout. Certains passages sont vraiment très drôles, nous faisant sourire et rire. Quand d’autres sont beaucoup plus émouvants. Le mélange est fait avec soin et délicatesse, là où il faut quand il le faut. Si j’avais eu les larmes aux yeux (pour ne pas dire pleurer) dans le premier cela n’a pas été le cas ici. Je l’ai trouvé moins triste que Le ciel est partout. Il n’en est pas pour autant plus léger bien au contraire. On y touche des sujets sensibles mais toujours avec beaucoup de pudeur que ce soit la jalousie entre frère et sœur, la dispute de l’amour parental, les préférences, le deuil, l’homosexualité, les addictions, l’adultère, … Mais toujours de manière délicate, sans tomber dans la tragédie.

Un presque sans faute. J’ai longuement, très longuement hésité entre le 4.5 et le 5. Mais je n’ai pas pu passer outre les longueurs des 3 premiers chapitres. Surtout dans le premier et le troisième. Mais à part ça, ce livre est un vrai petit bijou que je ne peux que vous conseiller très très très fort de lire !

Jumellement Vôtre,
Melwasul

P.S : Oscore, c’est quand tu veux que tu m’offres une orange … <3

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

4 réflexions au sujet de « Le soleil est pour toi de Jandy Nelson »

  1. Bib HLM

    Tiens, j’ai bien vu ce livre sur quelques promo, mais j’allais sans hésiter passer à côté et voilà que ton avis me pousse à le mettre dans la liste de mes envies !
    J’ai bien envie de rencontrer Jude et Noah , mais surtout Oscar !

    « J’y ai vu un parallèle intéressant, l’amitié et l’amour sont deux formes d’art pour moi. Il faut les créer ou ils s’imposent à nous, tout comme un tableau ou une sculpture. Il faut être sincère si l’on veut qu’ils montrent ce que nous sommes et les figer dans le temps telle une photographie. Il faut en prendre soin si l’on ne veut pas les briser. » C’est vraiment intéressant comme point de vue, c’est la premilère fois que je lis cette comparaison, et je la trouve très juste !!

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Je t’avoue qu’avant de lire le livre je n’avais jamais fait le parallèle moi aussi. Mais durant ma lecture, c’est vraiment ce qui m’a sauté aux yeux, et qui rend le livre, même s’il n’est pas parfait, presque parfait ^^ (et puis Oscore quoiiii <3 )

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *