Le rêve de l’okapi de Mariana Leky

le rêve de l'okapi
Titre : Le rêve de l’okapi
Auteur : Mariana Leky
Éditeur : JC Lattès
Date de parution : 24 avril 2019

Résumé

Un petit village se réveille sur un mauvais augure : Selma a rêvé d’un okapi. Or, chaque fois que Selma rêve de cet animal étrange – un mélange entre la girafe, le zèbre, le tapir et le cerf –, quelqu’un meurt le jour suivant. Sa petite-fille, Luise, observe avec son meilleur ami Martin la façon dont tout le monde prend ses dispositions, en prévision du pire. Il y a l’opticien, secrètement amoureux de Selma, qui s’apprête à enfin déclarer sa flamme ; Elsbeth, la belle-sœur de Selma, qui préfère avouer ses secrets ; Peter, le père de Luise, qui veut partir découvrir le monde, sur les conseils de son psy, tandis que sa femme se demande depuis cinq ans si elle devrait le quitter. Mais personne ne pouvait anticiper la tragédie qui allait les frapper…

Avis de Stéphanie

note 5

C’est la première fois que je lis un roman de Mariana Léky et même si la 4e de couverture me semblait quelque peu banale et la couverture étrange, j’ai eu envie d’en savoir plus. J’espérais ne pas lire un roman uniquement pétri de pathos sans aucune originalité ni pointe d’humour.

Et quelle lecture !

J’ai dévoré ce roman qui se trouve au croisement entre la douceur et la spontanéité du film Amélie Poulain et l’univers décalé et particulier d’un Tim Burton (je pense notamment à Big Fish pour les amateurs de Burton).

Ce roman est une symphonie de personnages hauts en couleur auxquels on s’attache immédiatement. Le tandem Luise et Martin, le tandem Selma et l’opticien et le tandem Selma et Luise (on n’est pas loin de Thelma et Louise…). On s’attache à la grand-mère et sa petite fille ainsi qu’à l’opticien dont on ne découvre le nom qu’à la fin (peut-être que lui-même ne se découvre vraiment qu’à ce moment-là…) désespérément amoureux de Selma et incapable de le lui révéler car il en est empêché par ses voix intérieures qui font un sacré boucan. Martin, un pilier pour Luise, son meilleur ami, va bouleverser sa vie à « jamais » et pour « toujours ». On rencontre aussi Elsbeth, une veuve superstitieuse qui se rend compte que son mari l’a trompée toute sa vie et qui connaît toutes sortes de remèdes pour faire face aux maux de la vie mais pas aux siens, à coup de cœur de chauve-souris ou de langue de coq. Il y a aussi Palm un alcoolique sans foi ni loi ou encore Frédérik un jeune moine bouddhiste rencontré inopinément au détour d’un sentier lors d’une battue afin de retrouver Alaska, un chien gigantesque. Bien sûr, il y a Selma qui est le pilier de ce chef-lieu car dès lors qu’elle rêve d’un okapi (animal étrange à la croisée entre plusieurs espèces) un décès a lieu dans les 24h. Autour d’elle, gravitent tous les personnages du roman et c’est sa petite-fille Luise qui raconte cette histoire. Et puis, il y a Martin…

Lorsque Selma rêve d’un okapi, les habitants de ce chef-lieu s’ébrouent et s’animent : il y a ceux qui attendent la mort sans la voir jamais venir à eux, ceux qui l’évitent et tentent de conjurer le sort et ceux qui, même vivants, semblent déjà morts. À chaque fois que survient ce rêve, chaque habitant sentant la mort venir décide de révéler un amour caché trop longtemps, de prendre la décision de quitter la personne qu’il n’aime plus (ou dont il n’est plus aimé), de partir à la découverte du monde, de régler ses comptes ou de pardonner…

Bref, les personnages semblent revenir à la vie lorsque le danger de mort plane au-dessus d’eux. Et de fait, la mort va les toucher à plusieurs reprises et les transformer, les faire évoluer le plus souvent.

J’ai adoré lire ce roman et je pressentais à chaque page tournée qu’il me serait difficile d’abandonner tous ces personnages et même si j’ai tenté de ralentir mon rythme de lecture pour pouvoir faire durer le plaisir du texte, j’ai terminé ce roman en moins de 24h. Il faut croire que, comme eux, je me suis sentie menacée par la présence onirique de l’okapi et que je sentais l’urgence de connaître la fin de l’histoire.

Je ne suis pas étonnée du succès rencontré par ce roman et je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans cette lecture et d’en savourer chaque ligne.
Vous avez 24 heures…

Stéphanie

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *