Le parfum des fraises sauvages de Angela Thirkell

Le parfum des fraises sauvages
Titre : Le parfum des fraises sauvages
Auteur : Angela Thirkell
Éditeur : Charleston
Date de parution : 07 juin 2016

Résumé

Mary Preston, jolie jeune fille sans fortune, est invitée par sa tante Agnès à passer l’été dans sa splendide propriété familiale, au coeur de la campagne anglaise. À Rushwater House, la saison s’annonce pleine de surprises, de frivolités et d’insouciance. Mais le coeur de Mary sera mis à rude épreuve face au séduisant et séducteur David Leslie, l’artiste de la famille qui navigue entre Londres et Rushwater… Cependant, Agnès et sa mère, la sémillante Lady Emily, espèrent persuader la jeune femme de faire un tout autre mariage, bien plus convenable.

Entre les balades au clair de lune dans les jardins resplendissants et le grand bal organisé à Rushwater, cet été comblera-t-il les espérances romantiques de Mary ?

Publié pour la première fois en 1934, Le parfum des fraises sauvages est une éblouissante comédie romantique, dont les personnages sont aussi farfelus qu extrêmement attachants..

Avis de Melwasul

note 4

Comment ne pas commencer ma chronique en remerciant les éditions Charleston d’être allées sortir du grenier cette petite perle, de l’avoir dépoussiérée pour nous offrir ce roman drôle à souhait, un brin déjanté, complètement décalé mais si délicieux ?

Notre histoire prend place dans un petit village d’Angleterre, au cœur de la famille Leslie, dans la période lumineuse de l’entre-deux guerres. Une famille complètement fofolle avec tout d’abord Lady Emily, la maman, qui perd à peu près tout, réarrange tout, met son grain de sel partout qui peut vite se révéler épuisante pour les personnes qui l’entourent mais que nous ne pouvons nous empêcher d’adorer. Face à elle, Mr Leslie, son mari, beaucoup plus calme, beaucoup plus posé et qui est là pour apaiser les esprits et faire régner un semblant d’ordre. Vivent également à Rushwater House (ou du moins sont de passages) leurs trois enfants encore en vie : John adorable veuf qui n’a pas encore oublié sa femme, Agnès mariée et maman heureuse (mais un peu idiote) et le petit dernier de la famille David, l’artiste, l’électron libre dont le talent n’atteint pas l’égoïsme. Sans oublier Martin, adolescent de presque 17 ans, leur petit-fils, fils de leur aîné mort lors de la Grande Guerre. Et leurs domestiques qui n’ont pas leur langue dans leur poche.

Tout ce petit monde va se retrouver chamboulé par l’arrivée de la nièce d’Agnès, Mary, qui va passer l’été à Rushwater. Mary, jeune fille d’une vingtaine d’année (23 ans si je me souviens bien) va immédiatement tomber sous le charme du joyeux David même si Agnès et Lady Emily ont une autre personne en vue pour elle. Mais il va falloir du temps, beaucoup de temps, à Mary avant de s’apercevoir qui est vraiment David, à quel point il peut être égoïste malgré sa gentillesse. Surtout que Mary ne va pas laisser indifférent John chez qui elle va toucher une corde sensible. John, trentenaire d’une incroyable gentillesse, qui ne pensait ressentir ça un jour suite à la mort de sa femme un an pile après leur mariage. Bref, Mary et son petit cœur vont en voir de toutes les couleurs !

Ce roman est une vraie comédie romantique, qui va à mille à l’heure sans nous laisser le temps de souffler. Les dialogues, les répliques, fusent de toutes parts. Les situations s’enchaînent si vite que parfois nous sommes un peu perdu et devons reprendre le temps de déguster chaque passage. Mais il y a aussi des moments plus lents, plus plats mais qui sont beaucoup plus rares. Une comédie romantique qui vous fera glousser soyez en sûr ! C’est tellement drôle par moment de par les situations cocasses, les personnages un peu stupide parfois, il faut bien le dire, par les caricatures. C’est délicieux, ça se laisse lire tout seul et ça fait du bien !

En début de chronique, je parlais d’un roman sorti du grenier, je vais maintenant m’en expliquer. Ce roman a été écrit et publié dans les années 30 mais jamais traduit en français (j’ai cherché, je n’ai trouvé aucune trace d’une précédente traduction). Un roman qui parle des années 20/années 30 écrit durant cette période. Voilà de quoi nous faire réfléchir et nous faire penser que finalement, même si cela nous fait rire, c’est très certainement beaucoup plus proche de la vérité que les romans de la même période écrits au 21ème siècle. Entre sa période et le style de l’auteure, je ne peux que conseiller ce roman aux fans de Downton Abbey ou encore Jane Austen (même si nous sommes bien loin de son talent et de sa subtilité 😉 ).

Sauvagement Vôtre,
Melwasul

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

2 réflexions au sujet de « Le parfum des fraises sauvages de Angela Thirkell »

  1. Bib HLM

    Je le note, je suis curieuse de découvrir cette famille fofolle 🙂
    Triangle amoureux avec David et John, ou l’un efface l’autre ?? Nooooon me dit pas > WishList !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *