Le Nom du vent de Patrick Rothfuss

le nom du vent
Titre : Le Nom du vent (Chronique du Tueur de Roi #1)
Auteur : Patrick Rothfuss
Éditeur : Bragelonne
Date de parution : 18 novembre 2015

Résumé

J’ai libéré des princesses, j’ai incendié la ville de Trebon. J’ai suivi des pistes au clair de lune que personne n’ose évoquer durant le jour. J’ai conversé avec les dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J’ai été exclu de l’Université à un âge où l’on est encore trop jeune pour y entrer. J’y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires.
Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez du entendre parler de moi.

Avis de Stéphanie

note 5

Le Nom du Vent... Un titre accrocheur, une couverture séduisante, une quatrième de couverture extrêmement efficace, un nombre de pages alléchant pour les bibliovores, un univers de Fantasy enchanteur.

Bref, tous les ingrédients sont là. Je dirais même que le premier roman de Patrick Rothfuss a ce petit quelque chose en plus qui le rend tout à fait singulier. Les 800 pages qui constituent ce premier tome ne sont pas jalonnées de magie outrancière, de créatures démoniaques qui nous attendent au détour de chaque ligne, de combats épiques qui érigeraient Kvothe au rang de héros. (Même s’il y a un peu de tout cela).

Un chroniqueur, je dirais même le Chroniqueur, rencontre celui qui se fait désormais appeler Kote derrière son comptoir où il tient le rôle d’aubergiste aux côtés du mystérieux Bast. Tous semblent ignorer sa véritable identité.
(Les personnages changent de noms comme de chemises, ou du moins comme Kvothe change de chemises après les avoir usées jusqu’à la moëlle.)

Chroniqueur entreprend de coucher sur du papier l’histoire de Kvothe, Edema Ruh, devenu une légende.
Ainsi, l’auteur nous fait osciller entre passé et présent en nous permettant d’écouter l’histoire de Kvothe racontée par lui-même. Tout au long du roman je n’ai pas eu peur de le voir mourir puisqu’il fait le récit de son histoire. En revanche, aucun personnage de son passé ne semble être auprès de lui dans le présent. J’ignore absolument ce qui a pu leur arriver et je dois dire que ça m’a provoqué un certain malaise. Je me suis attachée à Denna, Simmon, Wilem, Elodin, Abenthy, Auri ou encore à Fela.

Ce roman est à la lisière du roman d’apprentissage dans un univers de Fantasy. On y découvre un jeune adolescent artiste itinérant – musicien et comédien entre autres choses – devenu orphelin suite à une attaque de sa troupe par des Chandrians. On le voit se battre pour tenter de survivre dans un milieu hostile, à la merci de criminels en tous genres. On assiste à ses apprentissages à l’université et on peine à comprendre tous les mystères qui l’enveloppent d’un halo flamboyant.
Je suis heureuse d’avoir le tome suivant dans ma bibliothèque mais je crains de me ruer dessus car l’auteur n’a pas encore rédigé le troisième et dernier volet de cette histoire fascinante.
Des pages de ce roman émanent le son mélodieux du Luth nous arrachant sourires et larmes, et le crépitement d’un feu de bois dans le silence en trois parts d’une nuit étoilée.

Stéphanie

2 thoughts on “Le Nom du vent de Patrick Rothfuss

Répondre à Stéphanie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *