Le Complexe de la Sorcière de Isabelle Sorente

Le complexe de la sorcière
Titre : Le Complexe de la Sorcière
Auteur : Isabelle Sorente
Éditeur : JC Lattès
Date de parution : 20 janvier 2020

Résumé

« Les histoires que je lis sont celles de femmes accusées d’avoir passé un pacte avec le diable parce qu’un veau est tombé malade. Les histoires que je lis sont celles de femmes qui soignent alors qu’elles n’ont pas le droit d’exercer la médecine, celles de femmes soupçonnées de faire tomber la grêle ou de recracher une hostie à la sortie de la messe. Et moi, je revois le cartable que m’a acheté ma mère pour la rentrée de sixième, un beau cartable en cuir, alors que j’aurais voulu l’un de ces sacs en toile que les autres gosses portent sur une seule épaule, avec une désinvolture dont il me semble déjà que je ne serai jamais capable. Je revois mon père tenant ma mère par la taille un soir d’été, je le revois nous dire, à mon frère et à moi, ce soir, c’est le quatorze juillet, ça vous dirait d’aller voir le feu d’artifice ? Cette contraction du temps qui se met à résonner, cet afflux de souvenirs que j’avais d’abord pris pour un phénomène passager, non seulement ne s’arrête pas, mais est en train de s’amplifier. »

En trois siècles, en Europe, plusieurs dizaines de milliers de femmes ont été accusées, emprisonnées ou exécutées. C’est l’empreinte psychique des chasses aux sorcières, et avec elle, celle des secrets de famille, que l’auteure explore dans ce roman envoûtant sur la transmission et nos souvenirs impensables, magiques, enfouis.

Avis de Stéphanie

note 5

Dès les premières lignes, j’ai eu l’impression de pénétrer dans l’atelier d’écriture d’Isabelle Sorente. Comme si, tapie dans l’ombre, j’avais assisté à l’apparition de cette sorcière qui s’impose dans l’esprit de l’autrice.

Le livre est annoncé comme un roman. La narratrice, quant à elle, évoque le terme d’auto-fiction sans pour autant catégoriser catégoriquement… Je suis tentée de le voir comme un roman autobiographique mais la clé, seule Isabelle Sorente la connaît.
Je dis « la narratrice » parce que malgré un grand nombre d’éléments qui laissent penser que la narratrice et l’autrice ne sont qu’une seule et même personne, il faut attendre une centaine de pages avant qu’elle ne dévoile son prénom : Isabelle.
Un prénom trop peu entendu dans sa jeunesse, un prénom qui ne se formulait pas sur les lèvres de ceux qui ont tenté de l’abîmer durant son adolescence. Un prénom qu’elle se réapproprie et qu’elle honore en se réhabilitant.

Et cette réhabilitation s’opère par le truchement de la sorcière (imagination résurgence?) qui s’impose à elle. Cette dernière fait émerger le passé enfoui de l’autrice, elle fait résonnance et aiguise son regard jusqu’à lui brûler les rétines et enfoncer les portes closes de sa conscience. Cette sorcière est la clé dont Isabelle Sorente se saisit afin de lever les derniers verrous.
J’ai adoré ce roman et je m’y suis reconnue. J’y ai reconnu les femmes de ma famille et qui m’entourent. J’y ai reconnu des hommes aussi. À mesure que les pages se tournaient, je m’apercevais de l’universalité de cette quête. Et c’est vertigineux.

C’est un livre que je trouve très précieux, si précieux qu’il ne me vient pas à l’idée de le conserver jalousement dans ma bibliothèque mais plutôt de le faire passer de mains en mains, de le faire vivre comme les sorcières chassées et massacrées auraient mérité de le faire. Vivre comme toutes les personnes bafouées, harcelées et humiliées le méritent.
Les siècles passent, la traque change de mode opératoire, parfois beaucoup et parfois sensiblement. Mais les maillons qui forment les chaînes s’érodent, se rouillent et deviennent si fragiles qu’il suffit d’une dernière impulsion, celle du choix de la vie ou l’optimisme irraisonné, pour les briser.

Je pourrais parler de l’autrice en la nommant par son nom de famille comme il est d’usage avec les écrivains. Mais, bien que son statut d’écrivaine ne soit pas à débattre, je tiens à la nommer par son prénom d’abord et par son patronyme ensuite.

Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *