Le chef du clan de Grace Burrowes

Le chef du clan
Titre : Le chef du clan (Cœurs captifs #3)
Auteur : Grace Burrowes
Éditeur : J’ai lu – Aventures et Passions
Date de parution : 29 juin 2016

Résumé

La rumeur le disait mort à la guerre. Pourtant, Michael Brodie revient dans son fief des Highlands, attendu de pied ferme par son épouse qui s’est morfondue pendant neuf longues années. Il avait laissé une gamine potelée, encore innocente, il retrouve une beauté à la chevelure flamboyante, mais aussi une femme qui a dû se débrouiller seule et n’a plus vraiment besoin de lui. Séduit, Michael entend bien la conquérir, et très vite il s’aperçoit que la partie n’est pas gagnée d’avance. Brenna refuse farouchement ses baisers. Peut-être ignore-t-il les batailles qu’elle a dû livrer en son absence et les secrets qu’elle dissimule ?

Avis de Melwasul

note 4

Grace Burrowes conclue cette série d’une manière admirable avec un tome pas aussi bon que le précédent, Le traître (un presque coup de cœur), mais qui une fois encore sort des sentiers battus pour nous éloigner de notre zone de confort et nous offrir un roman qui marque et nous emporte. L’auteure continue d’aborder la violence sous toutes ses formes, la torture physique et mentale, mais ici, elle ose parler des abus sur les enfants, qu’ils soient physiques ou psychologiques. C’est fait avec beaucoup de pudeur, de justesse, sans tomber dans le trop, l’auteure a principalement mis en avant les réactions du lecteur en laissant supposer beaucoup de choses, provoquant chez nous colère, incompréhension, dégoût.

Dès le départ, je me suis doutée de certaines choses sur notre héroïne, Brenna, qui voit revenir son mari, le Laird Michael Brodie, après 9 ans d’absence. J’ai vite compris de quoi il en était mais si j’en avais deviné une partie, finalement, je n’avais pas saisi l’ampleur de la chose et surtout son époque. C’est grâce aux petits indices laissés ici et là que j’ai commencé à me poser quelques questions, à voir vers où nous allions, à saisir l’horreur de la chose avant d’être totalement horrifiée (le mot est faible) parce que nous découvrons. Et nous ne sommes pas les seuls.

Michael va être bouleversé par ce qu’il découvre. Déjà coupable en se rendant compte de ce qu’il a fait subir à Brenna en l’abandonnant pendant 9 ans alors qu’il faisait la guerre en France puis à protéger son ami Sebastian St Clair en Angleterre, les dernières découvertes vont totalement le désespérer. Michael qui avait déjà été ébranlée par une scène qui a très certainement entraînée son départ juste après son mariage. Une scène qu’il a tenté d’oublier en se concentrant sur les horreurs de la guerre, sur son devoir mais qui est restée dans un coin de son esprit et qui ne cesse de le travailler depuis qu’il est de retour. Et qui va lui revenir en pleine face après ses découvertes et qui va lui amener une nouvelle salve de regrets, de remords.

Ce troisième tome est vraiment centré sur les sentiments. Les sentiments de nos héros et les sentiments qui nous prennent aux tripes. C’est une lecture extrêmement émotive au sujet non seulement de deux personnes qui tentent de surmonter et de gérer des événements traumatiques, mais aussi sur comment les amis, la famille et les communautés font face aux sombres réalités de la vie. Les silences, les non-dits, la manière de protéger face aux doutes. C’est aussi l’histoire de deux êtres chers qui doivent réapprendre à se connaître. J’ai aimé les voir se souvenir l’un de l’autre, se rappeler ces petites choses qui faisaient qu’en réalité ils s’aimaient déjà à l’époque.

Michael, malgré ce qu’il a vécu à la guerre, se souvient de Brenna comme de l’amie d’enfance qu’il souhaitait déjà protéger et dont le cœur savait beaucoup plus. Chacune de leurs interactions, chaque discussion, chaque acte de Brenna, le pousse à l’aimer encore plus, à aimer la femme qu’elle est devenue. Brenna dont la honte, la culpabilité, l’anxiété, la force, le cœur et le courage font d’elle un personnage que vous ne serez pas prêt d’oublier. Ils forment un couple magnifique dont chacun va guérir les blessures de l’autre en écoutant, en se confiant, en prenant soin l’un de l’autre, en faisant confiance, toujours, et en acceptant le passé et les choix de chacun sans aucune hésitation.

Et dans leurs cheminements ils vont bien être aidés par mon Sebastian St Clair chéri qui arrive pile quand il faut avec sa femme. Le couple apporte juste ce qu’il faut d’humour, de protection, d’amitiés pour amener l’histoire vers autre chose, pour faire le lien entre tout ce qu’il est arrivé. Finalement, mon seul reproche, c’est que j’ai trouvé l’histoire un peu lente par moment même si une fois que ma lecture a été finie j’ai compris pourquoi. En fait, le second tome a été tellement parfait que ce soit au niveau de l’histoire, des personnages, des sentiments, du rythme que là il m’a manqué ce petit quelque chose pour que ce soit aussi bon.

Grace Burrowes est une auteure que j’ai découvert avec un immense plaisir et que je vais continuer à suivre avec attention. C’est pourquoi je vous en reparlerai dès le mois de juillet avec le premier tome, Darius, de sa nouvelle série apparaître aux éditions J’ai Lu, Les lords solitaires.

Tendrement Vôtre,
Melwasul

logo-jai-lu Retrouvez ce livre sur J’ai lu pour elle

Retrouvez cette série sur le blog:
Le captif #1
Le traître #2

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *