Lady Dangereuse d’Elizabeth Essex

Lady Dangereuse

Titre : Lady Dangereuse
Auteur : Elizabeth Essex
Éditeur : J’ai Lu – Aventures et Passions
Date de parution : 3 septembre 2014

Résumé

Blessé à la bataille de Saint-Jean-d’Acre, le capitaine Hugh McAlden sera anobli sous réserve de mener à bien une dernière mission: démasquer un traître parmi l’amirauté, et peu importe la méthode. Dans les rues de Londres, Hugh va trouver une alliée inattendue : une jeune pickpocket qui tentait de lui faire les poches et à qui il propose la liberté en échange de son aide. Néanmoins pour servir ses plans, il va lui falloir transformer la voleuse en femme du monde. Sacrée gageure. D’autant que cette fripouille en jupons ne tarde pas à enflammer son désir.

Avis de Melwasul

note 4Une couverture et un titre qui attirent l’œil, une quatrième de couverture alléchante, j’étais presque sûre de me régaler. Et pourtant, j’ai eu toutes les peines du monde à le finir. J’ai vraiment dû prendre sur moi, pour ne pas le reposer et passer à un autre livre. Mais je suis obstinée et j’avais envie d’arriver jusqu’à la fin (une fin qui m’aura doucement fait rigoler, merci les retournements de situation prévisibles au possible mais qui trouvent le moyen de tomber comme un cheveu sur la soupe …).

Blessé lors de la bataille de Saint-Jean-d’Acre, le capitaine Hugh McAlden a perdu le commandement de son navire La Dangereuse et s’il veut le récupérer et être anobli il va devoir mener une dernière mission pour l’Angleterre (alors qu’il n’est même pas entièrement remis de sa blessure). Mission qui consiste à démasquer un traître travaillant pour les Français au sein même de l’amirauté et ce peu importe les méthodes employées. On va dire qu’on fera le ménage après lui du moment qu’il découvre le traître et qu’il ne se fasse pas remarquer. Mais comment enquête sur ces lords de la haute société anglaise sans éveiller leurs soupçons ?

La réponse lui tombe pratiquement dessus (que la vie est bien faîte) sous la forme d’un jeune pickpocket qui fait les poches d’un passant juste sous ses yeux à la sortie de sa réunion. Ni une ni deux, il part à sa poursuite et fini bien difficilement à le rattraper. Et surprise ! Le jeune garçon est en réalité une jeune femme à qui il propose un marché : travailler pour lui comme voleuse (et non pas comme « putain » comme elle en est persuadée au début). Sauf que la petite maline réussie à se sauver grâce à une cascade digne de Superman. Pas si maline que ça vu qu’elle se blesse, laissera la plaie s’infecter et sera obligée de trouver refuge chez Hugh qui finalement lui sauvera la main et les recueillera elle et son frère contre leurs talents de gamins des rues.

Bien entendu, ils vont se rapprocher l’un de l’autre, l’enquête va leur faire prendre des risques, ils vont tomber fou amoureux l’un de l’autre (et n’oseront pas le reconnaître), une énorme (et absolument pas surprise) révélation (= le retournement de situation comme un cheveu sur la soupe) va tout changer, et tutti quanti … Puis ils s’aimeront pour la vie à bord de La Dangereuse.

Vous l’avez compris à mon résumé, je me suis vite lassée du roman. J’ai eu du mal à le lire et à le finir, c’était long, interminable, je n’en voyais plus la fin (heureusement qu’il ne fait 400 pages et pas 800, je me serais desséchée avant la fin sinon !). J’attendais de l’humour après avoir lu le résumé, alors certes il y en a mais pas beaucoup et ou alors je n’y étais pas réceptive. Je m’attendais à de l’action, il y en a aussi… le temps de 10 pages (ok je suis peut-être un peu mauvaise langue mais je n’ai pas compté et c’est vraiment très peu). Pour faire bref je me suis autant ennuyée que lorsque j’en suis réduite à patienter dans les bouchons …

Pour ce qui est des personnages pas grand-chose de particuliers à dire à part que nos deux héros sont assez plats. Il y a quelques petites étincelles qui sauvent le roman par moment mais ça ne va pas beaucoup plus loin, ils pleurent toujours chacun de leur côté. Pour remonter le niveau, je noterais le petit frère de – je ne sais plus son prénom – l’héroïne (ah oui Meggs)(j’ai triché j’ai regardé dans mon livre) et les deux employés de Hugh qui sont assez sympathique (mais bon c’est pas non plus la grosse rigolade, ils font moins pale figure que nos héros).
Vous l’aurez deviné, je ne vous conseille pas vraiment cette lecture, à part si vous manquez de sommeil et que vous avez besoin d’un bon somnifère. Après ce n’est que mon avis, peut-être que vous l’adorerez…

Soporifiquement Vôtre,
Melwasul

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

2 réflexions au sujet de « Lady Dangereuse d’Elizabeth Essex »

    1. Melwasul Auteur de l’article

      ah j’espère que tu le liras et que tu viendras me dire ce que tu en as pensé, histoire de voir si je suis la seule déçue 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *