Lady Chance de Sherry Thomas

lady chance
Titre : Lady Chance
Auteur : Sherry Thomas
Éditeur : J’ai Lu – Aventures et Passions
Date de parution : 03 juin 2015

Résumé

Félix, marquis de Wrenworth, est considéré à Londres comme le gentleman idéal. En réalité, c’est un cynique qui cache une âme blessée et a juré de ne jamais aimer. Et comme un manipulateur sait en reconnaître un autre, il n’a aucun mal à percer à jour Louisa Cantwell, qui joue les jeunes filles candides alors qu’elle cherche juste à harponner un riche époux. Séduit par son pragmatisme, Félix lui propose de devenir sa maîtresse, mais Louisa a de plus grandes ambitions. De difficiles négociations s’engagent entre les deux imposteurs qui ne nourrissent aucune illusion l’un envers l’autre. Dans ce jeu cruel et désespéré, chacun veut être le chat qui croquera la souris. Pourtant, quand le véritable amour fleurit, les cœurs fraudeurs tombent dans leur propre piège…

Avis de Melwasul

note 5

Bouhhhhhh voilà un livre que je vais m’empresser d’oublier. Enfin non, il va s’oublier tout seul, comme un grand. Que ce fut long et ennuyeux. Finir ce roman a été pour moi un vrai parcours du combattant (à peu près comme monter au dixième étage sans ascenseur par 40° à l’ombre). J’ai dû me battre, lutter pour continuer à le lire et ne pas le balancer en cours de route. Je ne vous raconte même pas le nombre de grognements indignés, d’yeux au ciel et de « mais pourquoi est-ce que je continue à lire ».

Nos deux héros (dont j’ai déjà oublié les prénoms)(j’ai lu le livre hier soir, c’est quand même la honte) m’ont passablement tapé sur le système par leur manque de communication flagrant qui entraîne des situations exaspérantes (et fatigantes) au possible. J’ai eu l’impression qu’ils ne discutaient jamais. Quand ils sont ensembles, nous avons le choix entre trois possibilités : la première (et la plus récurrente), ils s’allument, mais vraiment comme il faut (et l’héroïne n’est absolument pas crédible d’ailleurs dans ce rôle), la seconde (conclusion de la première), ils couchent, la troisième, ils s’insultent et s’engueulent. Je pourrais même rajouter une quatrième possibilité : ils s’ignorent royalement. Bref, vous vous en doutez avec tout ça, la situation n’avance pas bien vite et jusqu’aux 4 dernières pages on avance dans le temps tout en en restant au même point finalement. Et punaise, que c’est long et fatigant !

De par les disputes et les provocations, on pourrait croire qu’il y avait matière à glousser … Que nenni ! Il y a juste matière à pousser des hurlements de frustrations devant ce qui nous était promis et ce que l’on a à la place. Pas d’étincelles, pas de feux d’artifices, pas l’ombre d’un sourire, le courant ne passe entre nos héros mais surtout j’ai l’impression d’avoir été trompée sur la marchandise.

J’étais impatiente de découvrir celui que tout le monde appelle le Gentleman Parfait, parfait contre-pied à l’habituel débauché qui ne l’est pas. Sauf que je ne vois toujours pas pourquoi la bonne société l’appelle le Gentleman Parfait, il ne laisse rien transparaitre d’exceptionnel et au final, ce n’est même pas un débauché caché. Il est juste… rien. Un mec standard qui ne va pas bien dans sa tête à cause d’une méchante maman qui a ruiné son enfance. Niveau échelle de la sexytude, on plonge, on plonge.

De l’autre côté, l’héroïne (je ne connais toujours pas son prénom) est sensée être une vile calculatrice seulement portée sur les revenus de son futur époux. Elle doit se marier avec un riche et doit le cacher sous un masque de perfidie. Il n’en est rien. Certes, elle préfère un riche à un pauvre mais elle ne veut pas se marier sans amour ou au moins, sans tenir à son futur époux, sans avoir de l’affection pour lui. Et je cherche toujours ce qu’elle cachait sous ce masque (que je cherche toujours également). C’est une fille à marier assez classique et je n’ai pas compris tous ces monologues (et ceux du héros) sur le « il sait qui je suis, il l’a deviné, je peux me cacher » (« je vois qui elle est vraiment mais elle aussi voit sous mon masque et blablabla »). De quoi me faire rouler des yeux : une fois ça va, deux fois c’est bon on a compris, trois fois ça fatigue, ensuite c’est juste lourd et pénible et exaspérant !

En tout cas, j’ai la réponse à ma question du début, à savoir, pourquoi j’ai poursuivi ma lecture : de un parce que je suis obstinée, de deux, parce que pour le chroniquer et en dire du mal, il me fallait le finir !

Sur ce, on se revoit très (très) vite pour parler de Dahlia le dernier Karen Hawkins qui lui était très bon (heureusement !).

Exaspérée’ment Vôtre,
Melwasul

P.S : Après vérification, les prénoms étaient Louisa et … Félix (comment j’ai fait pour l’oublier celui-ci ?).

logo-jai-lu
Retrouvez ce livre sur J’ai lu pour elle

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

8 réflexions au sujet de « Lady Chance de Sherry Thomas »

  1. Laurie

    Félix, comme le chat. Mais lui au moins il est mignon. 🙂
    Bravo pour ton abnégation qui t’a poussée à lire jusqu’au bout. Moi j’ai décidé que les livres qui m’ennuient partent directement soit sur le mur (s’ils m’énervent), soit dans le panier « à donner ».
    Effectivement ta description nous montre juste deux personnages typiques de leur époque, sans mystère aucun.
    Passe vite à autre chose !!

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Le truc c’est si j’avais fait ça, je n’aurai pas pu le chroniquer et vu comme je me suis sentie trompée, il fallait vraiment que je vous en parle 🙂

      Répondre
  2. Kieu-Xuan

    J’aime bien quand tu lis de mauvais livres, tes chroniques sont toujours à mourir de rire et pleines de parenthèses 😉
    Bon je te souhaitre comme même de bonnes lectures (je ne suis pas méchanteà ce point!)

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Vu ce que j’ai reçu aujourd’hui, je vais vite me rattraper (le dernier Kristannnnnnnn <3 <3 <3 <3 <3 <3 )

      Répondre
  3. Fidjicat

    Tout à fait d’accord avec ton commentaire. Je n’ai pas aimé du tout non plus.
    Merci d’avoir quand même pris le temps de l’écrire.

    Répondre
  4. Bib HLM

    Finir ce roman a été pour moi un vrai parcours du combattant (à peu près comme monter au dixième étage sans ascenseur par 40° à l’ombre > Aaaaah je passe mon tour !
    J’adore l’idée de finir ta lecture pour nous en dire du mal xD

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *