La mer en hiver de Susanna Kearsley

La mer en hiver
Titre : La mer en hiver
Auteur : Susanna Kearsley
Éditeur : Charleston
Date de parution : 09 octobre 2015

Résumé

Printemps 1708, une flotte jacobite de soldats français et écossais échoue à faire revenir James Stewart, le roi exilé, sur ses terres d’Écosse afin de réclamer sa couronne.

De nos jours, Carrie McClelland s’inspire de cet épisode historique dans son nouveau roman. Installée aux abords du château de Slains, au coeur d’un paysage écossais désolé et magnifique, elle crée une héroïne portant le nom d’une de ses ancêtres, Sophia, et commence à écrire.

Mais elle se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au coeur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé…

Avis de Melwasul

note 4

La Mer en hiver de Susanna Kearsley, c’est le genre de roman que nous lisons tout doucement, le faisant durer pour ne pas le finir trop vite tellement nous sommes en bonne compagnie mais qui nous obsède dès que nous le refermons, l’envie irrésistible de le reprendre nous titillant. Vous l’avez devinez à mon introduction, ce roman, c’est surtout un énorme coup de cœur. Je crois même qu’il va être mon roman coup de cœur des romans coups de cœur de l’année 2015. Tout simplement magnifique et parfait du début à la fin.

Je l’ai commencé sans savoir grand-chose : juste que la couverture était magnifique et qu’il nous ferait voyager en Écosse (parce que oui, il m’arrive de ne choisir mes lectures qu’à cause de leur couverture et de leur titre)(en fait quand ces deux me plaisent je plonge sans réfléchir). Et on peut dire que le contenu est à la hauteur de sa magnifique couverture et de son titre qui prend tout son sens au fil des pages.

Slains CastleCarrie McClelland, auteur canadienne à succès est en train d’écrire son nouveau roman lorsqu’elle visite Cruden Bay, petit village écossais et tombe littéralement sous le charme du château de Slains voisin. C’est même au-delà de tomber sous le charme, c’est un vrai coup de cœur, quelque chose qui l’attire irrésistiblement au plus profond d’elle-même. Elle décide alors de quitter la France où elle s’était installée pour trouver l’inspiration et de louer un petit cottage à Cruden Bay.

Sur place, les mots lui viennent tous seuls et coulent de source. Ses rêves lui dictent son texte et les chapitres s’enchaînent, nous entraînant avec eux. Carrie n’avait jamais connu ça et cela va même plus loin. Pour ses romans, elle s’inspire toujours de faits historiques et fait donc un très gros travail de recherche. Ici, plus ses recherches avancent plus elle remarque que ce qu’elle transcrit est bien plus que de la fiction mais peut-être bien l’histoire de son ancêtre Sophia.

Slains CastleJ’ai littéralement été emportée par ce double récit, ce double roman. Par l’histoire de Carrie, par son travail de recherche, sa découverte de l’Écosse et par sa rencontre avec un bel écossais. Mais je crois bien que j’ai encore plus été emportée par l’histoire de son ancêtre au début du 18ième siècle, alors que les jacobites veulent permettre le retour de James Stewart (Jacques François Stuart en français ou encore Jacques III d’Angleterre et d’Irlande et VIII d’Écosse) sur ses terres d’Écosse et lui permettre de réclamer sa couronne. Nous suivons cette période trouble de l’histoire entre guerres de pouvoir et rébellion jacobite.

Une période de l’Histoire que je me suis fait un plaisir de (re)découvrir. J’ai toujours adoré l’histoire, lire des romans historiques basés sur des faits réels alors que je suis pourtant incapable de le retenir après. C’est toujours un redécouverte pour moi, c’est catastrophique, je me souviens des grandes lignes mais de ce qui est des dates et surtout des noms je me mélange tout alors que c’est vraiment un plaisir pour moi. Une vraie malédiction ! Surtout qu’il faut dire qu’à cette période-là, c’était plutôt compliqué. Ici on sent le vrai travail de l’auteur qui elle aussi s’inspire de faits réels et qui nous explique tout cela très clairement dans ses romances. La partie historique est donc parfaite.

La mer en hiverLes personnages et les deux romances aux deux époques sont tout aussi parfaits. Je ne vais pas trop en parler pour vous laisser les découvrir mais nous avons affaire à des héroïnes fortes et courageuses. Carrie qui est douce, drôle et dont le regard sur ce qui l’entoure nous fait forte impression. Quant à Sophia, elle est tout simplement extraordinaire, époustouflante, merveilleuse et ne peut que forcer l’admiration. Et nos personnages masculins qu’ils soient contemporains ou historiques sont à la hauteur de ses femmes fortes. Le genre de héros qui sont là toujours, comme un roc contre lequel se protéger de la tempête : solides. Et puis, il y a Moray, juste Moray et comment dire Moray quoi : comment ne pas succomber ? Des personnages principaux comme secondaires qui ne vous laisseront pas indifférents et qui servent l’histoire de la plus belle des manières.

Ajoutez à toute cette perfection une écriture tout aussi parfaite (désolée, mais je ne vois pas d’autres mots que « parfait » pour parler de l’ensemble de ce roman) et vous avez un roman qui vous enchante, vous emporte et vous surprend aussi. Comme Carrie, nous ne savons pas vers où l’Histoire nous entraîne et qu’elle sera sa finalité. L’alternance entre Carrie au 21ème siècle et les chapitres de son roman se déroulant au 18ème est parfaitement réalisée, les deux histoires s’entremêlant merveilleusement bien. Durant votre lecture vous allez rire, sourire mais aussi vous prendre de belles claques, avoir le cœur brisé et l’envie d’en vouloir à la terre entière devant tant d’injustices. Jusqu’à ce passage que je n’avais absolument pas venir, qui m’a laissé sans voix et les yeux débordants de larmes (oui, je sais que je pleure facilement mais là, c’était tellement waouh que je ne pouvais pas faire autrement).

SlainsEn tout cas, ce roman est publié vendredi aux éditions Charleston et je ne vois pas ce que je peux dire de plus pour vous convaincre de craquer. Peut-être vous rappelez qu’il va très certainement finir coup de cœur de l’année 2015 (je ne vois pas dans les publications à venir un roman qui puisse potentiellement le détrôner). Certains le comparent à Outlander de Diana Gabaldon, pour ma part, il est 10 000 fois mieux donc si vous aimez le genre foncez, si vous aviez peur de vous lancer dans Outlander à cause de sa longueur et du nombre de tomes, La mer en hiver est fait pour vous. Et si jamais Outlander ne vous disait rien, foncez quand même parce qu’il est finalement complètement à part et mérite que l’on s’intéresse à lui. Il a un petit côté magique, vous laissant rêveur longtemps après l’avoir refermé.

J’ai découvert sur Goodreads que l’auteur avait écrit un second roman sur Slains, The Firebird, ayant un lien avec une certaine Anna qui je pense nous connaissons. J’espère vraiment que les éditions Charleston vont nous faire la joie de le traduire un jour et de traduire pourquoi pas d’autres romans de l’auteur qui sont tous très, très bien notés. On va croiser les doigts (et faire des yeux de chat potté !).

Siouplaît ….

Hivernalement Vôtre,
Melwasul

P.S:: Les deux premières photographies sont des photographies du château de Slains (ou du moins ce qu’il en reste). Les deux autres photographies proviennent du site de l’auteur, ce sont les lieux qui lui ont inspiré son roman (La mer en hiver depuis le château ainsi qu’un ancien couloir de Slains).

coup de coeur

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

20 réflexions au sujet de « La mer en hiver de Susanna Kearsley »

  1. Luna05

    Et bien et bien, tu t’es surpassée dans cette chronique Melwasul, je ne connaissais ni ce titre, ni son auteur, mais par ta faute je vais devoir dangereusement me pencher dessus.

    Répondre
  2. topobiblioteca

    Bon ba il entre directement dans ma WL et ne va pas le rester longtemps ! J’ai très envie de le découvrir, ton avis détaillé, mais pas trop, est parfait lui aussi ^^

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      J’ai essayé d’en dire assez pour vous convaincre de le lire sans trop en dire (ça n’empêche que ma chronique est bien trop longue !) c’est un exercice périlleux mais le principal de faire passer ce que j’ai ressenti en le lisant sans vous spoiler.

      Répondre
  3. Elodie

    Coucou!
    J’avais déjà très envie de le lire mais là je vais aller me le pré-commander! ^^ En plus c’est bientôt mon anniv’, j’ai donc le droit de me faire plaisir! 😛
    Ps: Rock? Pas plutôt Roc? Lol, tu étais tellement enthousiaste avec ton avis que tu n’as pas fait attention sans doute! ^^
    Très belle chronique!

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Oh c’est un livre-anniversaire parfait !!

      (et merci, je relis mes chroniques 2-3 fois sur word puis encore 2-3 fois quand je les programme sur le blog, j’ai quand même toujours des fautes qui m’échappent)(et en plus, pour le coup, je n’écoutais pas de rock ! )

      Répondre
  4. NunaKneazle

    Hé bien ta critique fait plaisir à lire, elle nous met l’eau à la bouche ! Encore une découverte qui promet de bon moments ! ^^ Je le rajoute à ma liste avec grand plaisir ! 😀
    Par contre, j’ai regardé pour le commander et il est en grand format pour un peu plus d’une vingtaine d’euros. Donc je ne voudrais pas qu’il soit trop court non plus. :/

    Sinon, je me demandais si tu avais déjà entendu parler de la trilogie  » Le Secret des Cartographes  » de Sophie Marvaud, auteure française. C’est dans le contexte historique du XVIIe siècle, le temps où les cartes sont de véritables secrets d’états. On y suit Apollonia, jeune femme qui va parcourir les océans pour trouver le continent caché du Pacifique, tout en se faisant passer pour un homme. L’auteure a respecté scrupuleusement l’Histoire avec un grand H sans que la trame ne bouleverse celle-ci. ^^ Et puis son William est attachant à souhait. :p

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Il n’est pas court du tout moi qui lis très, très vite (genre un soir, 2 grand maximum pour 300-400 pages)(même que j’essaie de faire durer) j’ai réussi à le faire durer une semaine. Il fait 465 pages et le livre objet est très beau et d’une belle qualité comme tujours avec les éditions Charleston (papier épais, pas une seule coquille).

      Je ne connaissais pas du tout cette série, mais je vais aller me renseigner parce que ça m’a l’air prometteur comme thème !

      Répondre
      1. NunaKneazle

        Oki merci ! ^^ Je le rajoute à ma liste alors ! Je viens d’acquérir « Edenbrooke ».

        Je t’y encourage vraiment ! Ils le considèrent comme un roman pour adolescents, mais pas du tout. C’est d’ailleurs pour ça que la trilogie a été rééditée en format Poche, en tout cas pour les deux premiers tomes, le troisième n’est disponible que chez les Éditions Plon Jeunesse en grand format, faute de bénéfices suffisants. C’est vraiment dommage car le troisième est tout aussi excellent, il est d’ailleurs plus émouvant du fait qu’on s’est maintenant réellement attachés aux personnages. On connaît leur histoire, et voir ce qui leurs arrivent est souvent bouleversant. Au début on a un bon groupe composés de personnes d’horizons variés, un soldat au cheveux roux, un nain, deux jeunes hommes de Cambridge, deux jeunes français … Qui sera là au retour à Amsterdam ?
        J’ai souvent trépigné, eu le cœur lourd, souri … On vit vraiment avec eux. 🙂

        Répondre
  5. Bib HLM

    Bon bon bon.. impossible de passer à côté, surtout avec une introduction/ conclusion comme celle là> Je crois même qu’il va être mon roman coup de cœur des romans coups de cœur de l’année 2015.

    PS : Je partage la même malédiction > J’ai toujours adoré l’histoire, lire des romans historiques basés sur des faits réels alors que je suis pourtant incapable de le retenir après. C’est toujours un redécouverte pour moi, c’est catastrophique, je me souviens des grandes lignes mais de ce qui est des dates et surtout des noms je me mélange tout alors que c’est vraiment un plaisir pour moi.

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      AHHHH COPINEEEEE !!! Non mais ça me fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule à avoir cette malédiction (c’est la poisse quand même !)

      Sinon oui il est magnifique (pour te dire j’ai hâte de trouver le temps de le relire !)

      Répondre
  6. NunaKneazle

    Hey. 🙂 Comme promis me voilà pour te dire que j’ai vraiment adoré « La Mer en Hiver ». Vraiment adoré.
    L’auteure a une plume incroyable. L’histoire est passionnante et je ne me suis pas ennuyée une seconde. C’est une de mes meilleures lectures et je te remercie sincèrement de nous avoir conseillé ce livre.
    J’ai appris tellement de choses sur cette histoire avec les jacobites. Cela m’intéresse grandement et je vais diriger mes lectures vers cette époque.
    Tu m’as permis de découvrir trois perles avec « Edenbrooke », « Blackmoore » et celui-ci. Je continue à vous suivre sur FB. Merci à vous !

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Oh merci d’avoir pensé à venir me dire comment tu l’avais trouvé. Je suis super contente que mon coup de coeur t’ait autant plu. Il fait vraiment parti de mes romans chouchous et je suis joie à chaque fois que je vois quelqu’un l’aimer suite à mes conseils ! Il est clair que les trois romans que tu cites font partis du top de la romance historique. Bonnes futures lectures et à bientôt 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *