La méprise du Highlander de Gayle Callen

9782280351362

Titre : La méprise du Highlander (Noces écossaises #1)
Auteur : Gayle Callen
Éditeur : Harlequin – Victoria
Date de parution : 01 novembre 2016

Résumé

Riona ne sait pas ce qui est le pire : avoir été enlevée par le chef des McCallum, ou que celui-ci l’ait confondue avec sa cousine, qui lui a été promise avec une dot considérable. La situation paraît absurde, et pourtant son ravisseur refuse de reconnaître son erreur, persistant même à affirmer qu’elle cherche à rompre l’engagement pris par leurs familles. Et elle ne va certainement pas attendre que son oncle revienne de voyage pour rétablir la vérité. Non, elle s’enfuira coûte que coûte, au risque de déclencher une guerre des clans.

Avis de Melwasul

note 3,5

Voilà un petit moment que je n’avais pas lu de romances historiques se déroulant en Écosses, avec de beaux (et sauvages) Highlanders, c’est donc avec plaisir que je me suis plongée dans La méprise du Highlander, premier tome d’une nouvelle série publiée dans la collection Victoria des éditions Harlequin. Et si ce n’est pas la meilleure romance du style que j’ai pu lire, j’ai passé un moment plutôt sympa. L’auteure prend le temps de construire son histoire, de développer sa romance, de nous offrir des personnages agréables et touchants, mais il lui a manqué ce petit quelque chose qui fait que je suis totalement incapable de lâcher mon roman, de faire autre chose, qui fait que je m’en souviendrai encore longtemps après l’avoir fermé.

Tout commence par une grossière erreur de jugement de la part de notre héros, le chef des McCallum, erreur bien aidée par l’oncle de notre héroïne Riona que cela arrange bien. Une erreur sur la personne lorsque Hugh décide de kidnapper celle qui lui a été promise depuis qu’il est tout jeune et dont la dot doit permettre de sauver son clan : la cousine de Riona. Mais voilà, ce n’est pas la cousine qu’il va enlever mais Riona et il ne va rien vouloir entendre quand celle-ci va essayer de lui faire admettre sa méprise. Elle va lutter, tout faire pour s’échapper mais face à l’obstination du Highlander, elle va devoir se résoudre à se laisser faire. Dans un premier temps… Une fois arrivée au château, elle compte bien trouver un moyen d’échapper à ce mariage et de faire comprendre à Hugh à quel point il se trompe.

Voilà pour le court résumé d’une histoire qui est un peu plus compliquée que ça. Il faut aussi prendre en compte l’histoire de Hugh, de son clan, de sa famille mais aussi celle de Riona pour tout comprendre, pour voir les points qui peuvent poser problèmes. Tout est encore histoire d’arrangements et de guerres de clans remontant à des siècles comme c’est souvent le cas d’ailleurs. Impossible donc de régler ça en trois coups de cuiller à pot. Gayle Callen laisse le temps aux choses comme elle laisse le temps à la romance de naître.

La fiancée kidnappée (même si c’est la mauvaise), cela reste du très grand classique de la romance historique, encore plus quand il est question des Highlands mais ici, pas de coup de foudre immédiat, pas de sentiments qui arrivent comme un cheveu sur la soupe. Non, l’auteure laisse l’histoire d’amour entre nos deux héros se développer tout doucement, ce qui est parfait accord avec la manière dont ils se sont « rencontrés », ce sont des inconnus l’un pour l’autre et Riona ne porte vraiment pas dans son cœur Hugh qui fait tout pour tenter d’arranger les choses avec une délicatesse toute particulière (comprendre « absente »). Mais finalement, en apprenant à le connaître, en perçant ses murailles, Riona va tout doucement découvrir quel homme tendre, doux et honorable il cache, tout doucement, elle va tomber sous son charme.

L’auteure utilise à merveille l’époque dans laquelle se déroule son histoire, elle utilise à son avantage les questions politiques et sociales de l’époque, qui entraînent un certain nombre des soucis que peut rencontrer Hugh avec son clan : le pas vers la modernité agricole difficile à accepter par les membres de son clan, la méfiance envers les parlementaires écossais (dont Hugh faisait partie), sans oublier l’éternel conflit avec les anglais. Une manière de nous apprendre pleins de choses sans pour autant nous endormir. J’ai d’ailleurs découvert autre chose : une coutume écossaise un peu spéciale autour du mariage qui doit permettre aux futurs marier de dormir dans le même lit pour discuter et apprendre à se connaître sans faire autre chose que discuter. Une manière pour Hugh de passer du temps avec Riona pour la convaincre du bienfondé de ce mariage alors qu’il est dehors toute la journée.

Mais il y a ce petit truc en plus qui m’a manqué pour que ce soit vraiment une lecture à part et j’ai trouvé que la fin était finalement un peu trop rapide, un peu trop facile après avoir fait traîner en longueur la découverte de Hugh sur la grosse bourde qu’il a fait. Peut-être aurais-je apprécié aussi plus de rébellion de la part de Riona. Et puis il y a cette « grosse » révélation qui aide à rétablir Hugh au sein de son clan que j’ai trouvé mal utilisée, j’aurais préféré que ce soit plus sur la fait de ce qu’il a fait pour son clan plutôt que sur ce qu’il n’a pas fait contre son clan. C’était un point intéressant mais utilisé avec un peu trop de facilité. Un peu trop de facilités donc sur la fin que ce soit dans la réhabilitation de Hugh ou le règlement de sa méprise, c’est dommage mais cela reste une lecture des plus agréables. Je lirai d’ailleurs deux tomes suivant avec grand plaisir, le second étant prévu pour mars 2017 et portant sur le cousin de Riona et la sœur de Hugh.

Toujours’ment Vôtre,
Melwasul

logo harlequin

Retrouvez ce livre sur Harlequin

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

2 réflexions au sujet de « La méprise du Highlander de Gayle Callen »

  1. Bib HLM

    Voilà un petit moment que je n’avais pas lu de romances historiques se déroulant en Écosses, avec de beaux (et sauvages) Highlanders > PAREIL !
    J’adooore tes sarcasmes xD
    Je l’ajoute à ma WishList, je le lirais avec plaisir, même s’il lui manque quelque chose et que la fin est trop rapide! Je suis tellement plus indulgente avec les romances historiques qui se déroulent en Ecosse, va savoir pourquoi…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *