La jeune fille sur la falaise de Lucinda Riley

La jeune fille sur la falaise
Titre : La jeune fille sur la falaise
Auteur : Lucinda Riley
Éditeur : Charleston
Date de parution : 06 novembre 2015

Résumé

En plein chaos sentimental, Grania Ryan quitte New York pour aller se ressourcer en Irlande, dans la ferme familiale. C’est là, au bord d’une falaise, qu’elle rencontre Aurora Lisle, une petite fille étrange qui va changer sa vie… En trouvant de vieilles lettres datant de 1914, Grania va découvrir le lien qui unit leurs deux familles depuis des années. D’une histoire d’amour impossible à Londres en temps de guerre à une relation compliquée dans le New York d’aujourd’hui, de la dévotion pour un enfant trouvé aux souvenirs oubliés d’un frère perdu, les destins des Ryan et des Lisle s’entremêlent tragiquement depuis un siècle. Mais quel est ce secret à l’origine de près de cent ans de chagrins ? Obsédante, exaltante et bouleversante, l’histoire d’Aurora raconte le triomphe de l’amour sur la mort.

Avis de Melwasul

note 4

ARGHHHH je suis méga en colère ! En colère contre Lucinda Riley qui n’avait pas le droit de me faire ça ! Mais alors vraiment pas du tout. Je ressors de cette sublime lecture avec le bourdon, un sourire aux lèvres et l’envie en même temps de me mettre en boule et de pleurer ! Mais bon, je vais me calmer et reprendre depuis le début.

Lucinda Riley, vous en avez déjà entendu parler sur le blog. Il s’agit de l’auteur de la série des Sept Sœurs dont le premier tome, Maia est sorti l’an dernier aux éditions Charleston également. La jeune fille sur la falaise n’a aucun lien avec cette dernière et c’est bien un one-shot (tome unique). Même si on retrouve bien la plume de Lucinda Riley c’est vraiment dans un style différent (quoique pas si différent que ça quand j’y réfléchis). C’est donc plutôt confiante que j’ai plongé dans ce roman (avec une fois de plus une magnifique couverture même si le bandeau sur le devant me manque un peu)(heureusement, il y est toujours sur la tranche)(ma bibliothèque l’aurait très mal pris sinon 😉 ).

Après l’Écosse et mon énorme coup de cœur pour La mer en hiver de Susanna Kearsley, nous embarquons ici pour l’Irlande, magnifique Irlande, dans le comté de Cork. Et immédiatement j’ai été happée par l’histoire de Grania, Aurora et de leurs ancêtres. Grania qui a tout quitté à New-York (y compris son homme) après une terrible épreuve pour retourner vivre chez ses parents irlandais. C’est là, qu’au bord d’une falaise elle va rencontrer la pétillante et attachante petite Aurora. Aurora qu’elle prend tout doucement sous son aile contre l’avis de sa mère qui ne veut aucun contact avec Aurora et sa famille. Grania comprend pourquoi le jour où sa mère lui fait passer des lettres.

Elle va alors découvrir l’histoire de sa famille et de celle d’Aurora depuis 1914, à travers la Seconde Guerre Mondiale mais aussi la fin de l’Empire Russe. Une véritable saga familiale qui nous fera voyager dans le temps et l’espace entre Londres, New-York et le comté de Cork, entre passé et présent. Les mystères et secrets se dévoilent tout doucement et laissent peur de répit au lecteur qui veut toujours en savoir plus et se délecte de ses découvertes. Des histoires toutes aussi passionnantes les unes que les autres même si ma préférence va au lien qui se tisse entre Grania et Aurora.

Si ce roman n’est pas un coup de cœur et peut-être un ton en-dessous de mes dernières lectures Charleston, ce n’est pas vraiment à cause de sa fin (qui en fait finalement sa force)(même si je rage ^^) dont je reparlerai plus tard mais à cause de deux petits points. Tout d’abord, en plus de l’histoire familiale nous suivons aussi en parallèle les aventures de Matt, le compagnon de Grania resté à New-York, et je dois dire que j’ai eu beaucoup de mal avec ce qu’il s’y passe. J’ai trouvé ça chouette qu’on le suive au départ mais j’ai trouvé la trame un peu facile et finalement, je n’ai pas été surprise, ça m’a juste un peu peinée. Le deuxième point, c’est la relation entre Matt et Grania beaucoup trop absente tout ça à cause d’une bêtise de manque de communication (j’ai dit bêtise pour être polie). Et que cela vienne d’un tel élément non-dit avec Grania qui fait ça mauvaise tête, on peut dire que ça m’a fait tiquer.

Mais à côté de ça, l’écriture est tellement douce, belle, qu’elle nous emporte dans un cocon de douceur. Mais une douceur un peu amère. Je me suis énormément attachée à l’adorable Aurora petite fille espiègle qui n’en fait un peu qu’à sa tête et qui vous réserve une belle surprise dans l’écriture que je ne vous spoilerai pas (Lucinda Riley a été très forte sur ce coup-là, j’ai adoré). Mais à côté de ça, prévoyez les mouchoirs, parce que cette histoire est tout aussi triste que belle. Il y a cette fameuse fin qui m’a fait bondir de colère. Mais vraiment beaucoup. Pourquoi ne pas s’être arrêté un chapitre plus tôt ? Hein ? Pourquoi nous faire ça ? Me faire ça ?! Alors que je visualisais la fin de manière fort agréable, en quelques pages, j’ai eu envie de crier, de pleurer, de taper quelque chose, de hurler à l’injustice. De me mettre en boule et de pleurer en silence. Jusqu’à que je reprenne mes esprits, que je réfléchisse et que, comme nos héros, je vois la lueur d’espoir, que je relise les dernières pages plus au calme et que finalement je me mette à sourire. Un petit sourire, tout petit, mais un sourire tout doux …

Irlandaisement Vôtre,
Melwasul

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

5 réflexions au sujet de « La jeune fille sur la falaise de Lucinda Riley »

  1. https://maelysaimelire.wordpress.com

    Ce livre me tente vraiment. Tout à fait mon style. Et en plus je vis à Cork depuis 3 ans!
    J’ai presque envie de courir dans ma librairie en sortant du boulot pour aller l’acheter! Mais vu le magnifique temps qu’il fait dehors (et oui l’Irlande c’est magnifique mais il pleut bcp!!!) et mon immense pile de livres à lire, je vais peut être attendre un petit peu! Mais il est définitivement dans mes prochaines lectures! Merci pour ce bel article.

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Oh Cork, j’aimerai énormément m’y rendre un jour. Et ne t’inquiète pas, en région parisienne aussi il pleut beaucoup …

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *