La Fille qui pouvait voler de Victoria Forester

la fille qui pouvait voler

Titre : La Fille qui pouvait voler
Auteur : Victoria Forester
Éditeur : Lumen
Date de parution : 19 mars 2020

Résumé

Fermez les yeux et envolez-vous main dans la main avec Piper McNimbus !

Piper McNimbus sait voler. Comme ça, le plus naturellement du monde, les doigts dans le nez. Tonneaux, vrilles et loopings, elle sait tout faire. Terrifiés de voir la nouvelle se répandre, ses parents dissimulent ses talents aux yeux du monde… jusqu’au moment où elle se trahit devant la ville entière. Du jour au lendemain, elle se retrouve dans une école top-secrète de haute sécurité, réservée aux enfants dotés de capacités hors du commun.

Là, elle fait la rencontre de camarades aux pouvoirs incroyables : Conrad, un génie en puissance qui sait tout sur tout, Smitty, qui voit à travers n’importe quelle matière, Violette, capable de rapetisser à volonté… Mais même parmi ces gamins extraordinaires, Piper sort du lot… Et elle ne va pas tarder à devoir en payer le prix.

Manipulations et conspiration gouvernementale, évasion de haut vol et personnages terriblement attachants, une série jeunesse à la fois pleine de fraîcheur et de suspense, entre Prison Break et X-Men.

Avis de Stéphanie

note 5

Quel beau moment de lecture!
J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman à l’écriture aussi profonde que légère.
L’autrice y aborde des thèmes essentiels à la construction des enfants : la différence, la peur du jugement, l’amour au sens large, les aspirations, les désillusions et la peur d’être ce que la petite voix entêtante (logée quelque part au fond de nous) hurle à plein poumons.
Je ne vais pas répéter ici ce que le résumé dit déjà très bien. Je vais me contenter de vous livrer mes impressions de lecture…

J’ai beaucoup aimé Piper, cette jeune fille adorable et exceptionnelle qui a la faculté extraordinaire de savoir voler. J’ai aimé suivre son évolution au fil des pages et j’aime ce qu’elle est devenue.
Elle se lie d’amitié avec d’autres enfants dans ce centre pour le moins étrange qui accueille les êtres dotés de pouvoirs hors du commun. Certains d’entre eux m’ont touchée. Je pense notamment à Conrad, bien sûr, Bella, Violette, Jasper et d’autres encore. J’entends encore le chant de Sebastian résonner dans le silence sépulcral du laboratoire où agonise son amie.
J’ai véritablement frôlé le coup de cœur avec ce roman. Il y a tout ce que j’aime trouver dans un roman jeunesse : de l’aventure, un parcours initiatique, des valeurs fondamentales mises à l’honneur, l’appel à l’acceptation de l’autre dans sa différence, les liens du sang questionnés, etc.
Les personnages sont intéressants bien que parfois caricaturaux. Le lecteur adulte saura identifier l’ennemi assez tôt dans le texte (leurs noms pouvant être des indices…) mais là encore, ce n’est pas un frein pour moi.

Ce qui m’a perturbée, c’est de voir le masque de l’ennemie tomber. On avait bien envie de détester ce personnage parce qu’elle est abominable et inhumaine mais l’autrice finit par expliquer l’origine de sa méchanceté. Sur le plan de la morale, je n’ai rien à redire. Aucun bébé vient au monde avec le besoin de nuire à autrui en lui. Mais j’ai trouvé que le revirement était bien trop abrupt et bâclé pour rester crédible.

Je vous conseille ce roman que j’ai vraiment beaucoup apprécié. Une lecture attendrissante que j’ai hâte de partager avec mes enfants. je n’ai plus qu’à attendre qu’ils grandissent …

Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *