La carte postale de Leah Fleming

la carte postale

Titre : La carte postale
Auteur : Leah Fleming
Éditeur : Belfond
Date de parution : 02 juin 2016

Résumé

Fin des années 1930. Dans un manoir écossais, Callie mène une vie privilégiée auprès de Phoebe, sa tante actrice. Sa rencontre avec le troublant Toby Lloyd Jones va tout bouleverser. Fascinée par ce séduisant homme d’affaires qui la couvre de bijoux, Callie l’épouse et le suit en Égypte. Mais sous le soleil du Caire couve un drame : elle vient de recroiser son amour d’enfance…

Quelques mois plus tard, c’est une Callie hagarde et enceinte qui rentre en Angleterre, alors que résonnent les premiers échos de la Seconde Guerre mondiale.

Début des années 2000, en Australie. Melissa Boyd se voit confier une mission par son père mourant : retrouver cette élégante Anglaise qui, soixante ans plus tôt, l’a confié à une famille de fermiers australiens, alors qu’il n’était qu’un petit garçon. Seul indice, une carte postale et ces mots : « Maman rentrera bientôt »…

Avis de Melwasul

note 4,5

Je ne connaissais absolument pas Leah Fleming avant de commencer La carte postale, je ne savais pas trop à quoi m’attendre à part la quatrième de couverture qui me promettait une saga familiale comme je les aime. Je me suis donc lancée sans savoir vers où, vers quoi j’allais, et j’ai immédiatement été happée par l’histoire de ses femmes hors du commun et aux destins tragiques.

Cette histoire, c’est d’abord celle de Callie, orpheline qui n’a jamais connu ses parents, mais n’a certainement pas manqué d’affection ou d’amour dans sa jeunesse. Ayant eu une enfance idyllique en Écosse, entourée par une famille et des amis aimant, Callie est passée du statut d’enfant espiègle à celui de belle jeune femme qui fait tourner les têtes. Malgré sa tante Phoebe qui l’a élevée entre deux spectacles et qui l’exhorte à la prudence en lui disant d’y réfléchir à deux fois avant de plonger tête baissée dans quelque chose d’insensé (et plus particulièrement un mariage), Callie est bien déterminée à croquer la vie à pleines dents. C’est ainsi qu’elle décide de plonger tête baissée dans une folle histoire d’amour avec Toby qui l’épouse et l’embarque vers l’Égypte sans prévenir sa tante.

Phoebe est désespérée quand elle découvre que sa nièce a tout laissé tomber pour partir à l’autre bout du monde, suivre un homme qu’elle connait à peine. Phoebe sait exactement ce que c’est que d’aimer à la folie et comme cela peut vous faire souffrir. Elle a elle-même aimé d’un amour fou son fiancé Arthur qui est décédé lors de la Première Guerre Mondiale et l’a laissée seule avec son chagrin, sa souffrance, son domaine en Écosse et une petite surprise … Mais si Arthur était l’homme de sa vie, elle est intimement persuadée que Toby n’est pas l’homme pour Callie et que celle-ci a foncé vers une histoire dramatique.

Et en effet, Callie va vite se rendre compte que Toby n’est pas l’homme qu’elle croyait, que c’est un menteur, un manipulateur, un escroc qui n’en a rien à faire de sa femme. Au milieu de cette noirceur, elle va retrouver un vieil ami qui va lui apporter la joie, l’amour dont elle manquait. Il va réchauffer son cœur et lui apporter un magnifique cadeau. Malheureusement, elle va devoir reprendre la route pour l’Écosse et la demeure familiale. Elle va donner naissance à un magnifique petit garçon qui va faire son bonheur et celui de sa tante et alors qu’elle devait enfin retrouver le père du petit, son tendre amour, et qu’elle allait enfin pouvoir lui annoncer l’heureuse nouvelle, la Seconde Guerre Mondiale va éclater et prendre tout le monde surprise.

Face à la terreur que va rencontrer son pays, Callie ne va pas pouvoir rester les bras ballants, et comme sa tante une vingtaine d’années plus tôt, elle va décider de s’y impliquer mais d’une manière bien plus dangereuse. Laissant son fils derrière elle, aux bons soins de Phoebe, Callie va une fois encore foncer tête baissée vers le danger et ce coup-ci, pas sûre qu’elle puisse en revenir …

Mais si vous voulez tout savoir, notre histoire commence en réalité bien plus tard, en 2002, en Australie, quand Melissa apprend par son père mourant que ses grands-parents n’étaient pas vraiment ses parents et qu’il ne sait pas qui était en réalité sa vraie famille. Lew lui demande une dernière chose avant de mourir, partir en Angleterre (où elle a été acceptée à la Royal Academy of Arts) et en profiter pour mener l’enquête et découvrir qui était la mère de Lew. Armée de seulement une carte postale, d’une photo d’une certaine Phoebe, Melissa va se retrouver plongée dans les méandres et les secrets du passé de son père, de sa grand-mère et de son arrière-grand-mère. Entre mensonges, passion, tromperie, trahison, Melissa va tout faire pour retracer l’histoire de ses ancêtres.

La carte postale est un vrai travail d’orfèvre. Là où je m’attendais à des allers-retours entre présent et passé comme c’est souvent le cas dans ce genre de roman, il n’en est rien ici. Le roman suit pratiquement (à quelques exceptions près) l’ordre chronologique. Leah Fleming va nous entraîner de la Première Guerre Mondiale jusqu’aux années 2000 d’une manière somptueuse. Nous contant tour à tour l’histoire de Callie et à travers elle celle de Phoebe, l’histoire de Lew mais aussi celle de Callie et de Phoebe puis finalement celle de Melissa qui comblera les trous dans celle de Callie. Une tapisserie richement tissée de vieux fantômes, de passions illicites, de dangereux secrets et de vérités dévastatrices qui vont nous tenir en haleine jusqu’à la fin. Un récit captivant qui couvre des décennies (rien ne nous est épargné que ce soit la Grande Guerre, l’entre-deux guerres, la Seconde Guerre Mondiale et l’après) et les continents (Australie, Égypte, Londres, Belgique, France, Allemagne), ce roman historique passionnant entremêle habilement le passé et le présent sans nous laisser le temps de souffler, nous serrant le cœur à de nombreuses reprises.

Un roman qui aborde de nombreux thèmes, tous plus intéressants les uns que les autres. La Première Guerre Mondiale, le rôle des femmes durant celle-ci, les attentes sociales de leur temps, l’évolution de leur statut durant la Seconde Guerre Mondiale, le stress post-traumatique, l’alcoolisme, l’horreur des deux guerres qui ont secoué notre monde, l’enfer des camps de concentration, les choix terribles irréversibles, les conséquences de ces choix. Tant de sujets extrêmement bien traités de la part de l’auteur, toujours avec beaucoup de pudeur, dans le souci du réalisme, sans en ajouter. Juste ce qu’il fallait pour nous faire réagir, réfléchir, nous serrer le cœur.

Un vrai petit bijou, des femmes fortes, des destins hors du commun et un magnifique message d’espoir. Un roman à découvrir cet été pour tous les amateurs du genre.

Injustement Vôtre,
Melwasul

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

3 réflexions au sujet de « La carte postale de Leah Fleming »

  1. BibHLM

    Bon sang, WishList, évidemment !
    Comment passé à côté, il à l’air canon. et je dois dire que j’ai hâte de savoir comment Leah Fleming nous entraîne de la Première Guerre Mondiale jusqu’aux années 2000 de manière somptueuse 🙂
    Et je me demande pourquoi tu signes « Injustement Vôtre », qu’est ce qui se cache la dessous ! !

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Parce que finalement, tout au long de ma lecture, j’ai trouvé la vie tellement injuste. Jusqu’à cette fin très belle. Bonne future lecture !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *