Interview de Geoffrey Bidaut

photo de Geoffrey BidautGeoffrey Bidaut est un jeune auteur de 29 ans. Ancien professeur d’italien il a tout quitté pour venir vivre à Paris. Aujourd’hui, il se consacre à l’écriture et la comédie.

Il a écrit plusieurs romans publiés dans diverses maisons d’éditions. Aujourd’hui sont roman Bad Swimmers (le lac des cieux #1) est édité en format numérique par Harlequin HQN.

Je fais une petite parenthèse pour vous présenter en deux mots Harlequin HQN. C’est une maison d’édition numérique consacrée exclusivement aux auteurs francophones. Elle publie tout genre de fiction : polar, thriller, chick-lit, romance, érotisme, fantasy… Elle est aussi à la recherche de nouveaux talents. Vous pouvez donc leur faire parvenir vos manuscrits pour devenir auteur HQN.

Interview

Lune et Plume : Pourriez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?

Geoffrey Bidaut : Je suis né à Sète il y a 29 ans mais j’ai grandi à Marseille, ma ville de cœur. Après avoir été professeur d’italien pendant cinq ans dans les Alpes (cinq années en montagne pour quelqu’un qui adore la mer, c’est un peu (beaucoup) une torture…). Heureusement, j’avais des élèves fabuleux (je le précise, parce que je sais qu’ils vous lisent !) et surtout, des restaurants qui servent de la vraie raclette ! Malgré ce fromage à gogo (tiens, voilà une expression que je n’ai plus utilisée depuis 1986, je crois), je ne me sentais pas bien dans cette vie alors, il y a deux ans, sur un coup de tête, j’ai tout quitté (un appart que je venais d’acheter, mon boulot, mes collègues et amis) pour venir vivre à Paris et me consacrer à ce que j’aime : écrire, jouer la comédie et diriger des acteurs. J’aime inventer des histoires, quel que soit le format. Et même si je gagne beaucoup moins d’argent, je n’ai jamais été aussi heureux.

L.P : Si vous deviez décrire votre livre en utilisant 5 adjectifs ?

G.B : Fun, dynamique, divertissant, haletant et surtout-pas-sérieux (bon, c’est pas vraiment un adjectif, mais avec les tirets, je trouve que ça passe, hein.)

L.P : Si je ne me trompe pas, cette parution est une version retravaillée et améliorée de celle parue en 2009. Qu’elles sont les changements majeurs ?

G.B : Oui, largement retravaillée, grâce à mon exceptionnelle éditrice (elle me donne l’impression de toujours savoir ce qui se passe dans ma petite tête et c’est assez troublant !)  Principalement, ce sont les points de vue qui ont été retravaillés. Dans certaines scènes (celles de cours en particulier), le lecteur était dans la tête de chaque personnage, c’était un peu confus. Cela aurait passé en scénario, mais pas en livre. Il y a eu des coupes sur certaines scènes qui ralentissaient l’intrigue (dont une où Mel et Gin regardaient un marathon Dawson à la télé avec Jo, ce qui, je l’avoue, n’était pas vraiment crédible… mais avec tous ces meurtres, il fallait bien qu’elles se détendent un peu, non ? ^^). Nous avons également coupé des scènes d’interrogatoire, des scènes sur la relation Sev/Richard qui  n’apportaient rien et rallongé la scène finale.

L.P : Certaines scènes sont sanglantes voire carrément gore mais tellement bien écrites qu’on les visualise aussi clairement que si on était au ciné avec nos lunettes 3D sur le nez, et j’avoue m’être toujours posé la question. Est-ce qu’écrire ce genre de scènes vous mets mal à l’aise ? Vous demandez vous parfois si vous n’êtes pas allé trop loin ?

G.B : Merci pour ce compliment ! Je fais toujours en sorte que les scènes soient les plus «visuelles» possible. Ce qui est drôle, c’est que je suis très sensible et que je ne supporte pas de voir des films comme Saw, par exemple ! Je suis capable de m’évanouir devant un épisode de Grey’s Anatomy, c’est dire… En revanche, si la scène me fait rire, je peux aller très loin, effectivement ! S’il y a une dose égale d’humour et de macabre, ça me va. C’est pour cette raison que j’apprécie davantage les slashers movies comme Scream plutôt que les films de pure horreur.

L.P : On peu facilement deviner que vous aimer les séries américaine, lesquelles d’après vous sont à ne surtout pas louper ?

G.B : J’avoue que j’étais un très gros fan dans les années 90 et je suis assez nostalgique de cette période, qui pour moi représente l’âge d’or de la série américaine. Actuellement, j’apprécie beaucoup Dexter, même si cela tourne un peu en rond au bout d’un moment. On m’a conseillé Pretty Little Liars car l’intrigue est très similaire à la suite de Bad Swimmers que j’écris en ce moment, mais je trouve ça très long et trop répétitif. Sinon je suis un grand fan de sitcoms comme Big Bang Theory ou How I met Your mother ! Et je voue une admiration sans limite à Alexandre et Simon Astier, avec leurs séries Kaamelott et Hero Corp. Cette famille n’engendre que des génies ! On a beaucoup de séries françaises géniales qui ne demandent qu’à être davantage connues, plutôt que les sempiternelles Louis la Brocante et Julie Lescaut !

L.P : Quels sont vos auteurs favoris ? Et si vous ne deviez lire plus qu’un live jusqu’à la fin des temps, lequel choisiriez vous ?

G.B : Au risque de perdre toute crédibilité, j’adore Enid Blyton, l’auteur du Club des Cinq ! En fait, j’aime les auteurs qui mettent en scène des groupes d’amis soudés vivant des aventures vraisemblables ou non. Sinon, je collectionne aussi les Agatha Christie (je ne sais pas comment cette femme a pu écrire autant de livres, plus de 80, tous aussi passionnants les uns que les autres). Mais si je ne devais lire qu’un seul livre, ce serait (et attention, parce que là, c’est vraiment du lourd)… « Les Malheurs de Sophie », qui est à la fois très enfantin, mais aussi très triste. C’est un livre que je lisais étant petit quand mes parents me criaient dessus et après ça, ça allait beaucoup mieux. Bon, du coup, j’avoue que ça ne fait pas très auteur de thrillers, tout ça. Je ne lis d’ailleurs presque jamais de thrillers.

L.P : J’ai lu que vous étiez prof, est ce que vos élèves sont au courant que vous êtes un auteur publié ? Vous supplient-ils pour que vous les fassiez apparaitre dans la suite ?

G.B : Oui, ils le savent ! Ce sont les premiers à avoir lu Bad Swimmers. J’ai promis à certains que je les ferai figurer dans la suite. Ce qui est drôle, c’est quand ils me demandaient « Vous pourrez me tuer ? ». Devoir leur répondre qu’on ne peut pas tuer tout le monde et qu’on est désolé pour ça, c’est assez bizarre.

L.P : Question que tout le monde se pose ! Quand pourrons-nous découvrir le tome 2 de cette trilogie ?

G.B : Pour être franc… je n’en sais rien du tout ! Je suis en train de l’écrire mais un tome 2 est toujours une entreprise risquée. Il faut pouvoir répondre aux questions que le tome 1 soulève, préparer l’épisode final tout en veillant à avoir une véritable intrigue indépendante. Et puis rebondir après la fin du tome 1, c’est vraiment une galère ! En tout cas, je ne veux pas bâcler les choses. La seule chose que je peux vous dire, c’est que la trilogie va vraiment évoluer et ne restera pas dans le domaine du thriller… (vous trouverez quelques indices dans les noms de villes !) et ne se passera certainement pas dans une fac ! ^^

L.P : Les lecteurs de Lune et Plume adorent le chocolat (nous sommes de grands gourmands) ! Et vous, quel est votre chocolat favori ?

G.B : Je mange très peu de chocolat, mais en revanche, je suis un énorme consommateur de bonbons et de sorbets, c’est horrible ! Je pourrais en manger même en ayant déjà mal au ventre. Cependant, si vous avez une tablette de Crunch avec vous, je vous conseille de la garder précieusement ! Ah oui, et je craque complètement pour un bon moelleux !

6 thoughts on “Interview de Geoffrey Bidaut

  1. Rebelle

    Merci pour cette interview, cela donne envie de ce plonger dans son roman, chose qui ne devrait pas tarder car il est sur ma pile de futur lecture ^^

    Reply
  2. MockingJay

    Rholalalalala, je saute comme une puce en lisant vos réponses, je sais il en faut peu pour me mettre de bonne humeur! 😀

    -Pour le « surtout-pas-sérieux », effectivement avec les tirets ca passe 😉

    -Le marathon Dawson, je suis plus que d’accord! les pauvres ont bien besoin de se détendre un peu entre 2 meurtres sanglant!! :d

    -Vous voir devant un épisode de grey’s doit être assez comique, surtout en sachant que vous avez faille me faire tourner de l’œil avec le coup du petit frère dans la baignoire 😀

    -Pour les séries américaines (ahhhh, vous savez qu’on a exactement les même gouts!) How i Meet your Mother et The big Bang theory sont magiques et totalement décalées j’adore ca.
    Pour pretty Little Liars, effectivement l’ambiance est assez semblable a l’univers de Bad Swimmers a une exception pret. comme vous l’avez souligné, c’est répétitif, ca tourne en rond, mais surtout c’est pas réaliste pour deux sous! Et pourtant, je ne peux m’empêcher de continuer a regarder. Il faut que je sache la vérité sur A c’est plus fort que moi!

    -J’ai lu tout les clubs des cinq étant plus jeune, et c’est des livres que chaque enfants devraient découvrir. Pour ce qui est de votre réponse pour le Chois de Sophie, j’avoue que c’est la dernière réponses que j’aurais pensé lire.

    -Pour le T2, je comprends votre hésitation. Combien de premier tome incroyables j’ai lu pour ensuite détester le second!!

    Et je finirai, en disant que le Crunch c’est un délice!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 😀

    Merci encore d’avoir accepter de répondre a ces questions et nous avoir fait découvrir votre livre!!!

    Reply
  3. Melwasul

    Les malheurs de Sophie, je l’avais pas vu venir celle là !! 😀 (j’adore aussi les malheurs de Sophie, ça restera, avec l’Etalon Noir, toute mon enfance (et je l’avais sans presque aucune honte ils sont encore bien au chaud dans ma bibliothèque :))

    je vais lire ce livre car cette histoire de scènes sanglantes et drôles à la fois, je peux dire que ça m’intéresse, j’aime bien quand c’est sanglant (Dexter fait partie de mes séries favorites, et The Following drnière série du genre je suis complètement accro) comme Grey’s ça ne me fait rien du tout, alors que dans la réalité je suis une phobique du sang (je sais pas si ça un nom !)

    et pour le Crunch ça reste un excellent choix 😉

    Reply
  4. annick ogé-fresneau

    Geoffrey est non seulement un auteur talentueux mais, ce qui ne gâche rien, c’est aussi un garçon A-DO-RA-BLE !
    à suivre absolument : la série BO&TOX sur laquelle il travaille d’arrache-pieds…

    Reply
  5. vivien leigh

    Quand je disais que j’étais déconcertée !!! Un fan de la Comtesse de Ségur qui frémit devant grey’s anatomy et qui dégomme tout ce qui bouge dans ses bouquins ? Avez-vous déjà regardé Charles Ingalls couper du bois ? c’est poignant !
    ça ne m’étonne pas que vous soyez fan des frères Astier ! ( je manie très bien le point d’exclamation moi aussi!).
    Merci de votre gentillesse et de votre humour !
    Ps: puis je avoir un rôle ,moi aussi ,dans votre prochain volume ? je n’ai pas spécialement envie de mourir mais vous avez le droit de m’arracher trois doigts pour me faire avouer le secret que je détiens depuis 20 ans au sujet de la filiation du prof assassiné !
    Bon vent troubadour ! 🙂

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *