Interview d’Annelore Parot : maman des Kokeshi

kokeshis

Aujourd’hui, j’ai envie de vous présenter Annelore Parot, la maman des Kokeshi. Vous savez ces petites poupées japonaises si mignonnes. Je vous invite à la découvrir à travers cette interview. Bonne lecture.

Interview

Lune & Plume : Pourriez-vous, vous présenter en quelques lignes ? (Je suis sûre que c’est la question que l’on vous pose quotidiennement quant on vous interview;) ).

Annelore Parot : Me présenter ? Hmmm… Je suis dessinatrice, je vis à Lyon avec mon mari et mon fils de onze ans.

Lune & Plume : A quelle âge avez-vous découvert cette passion pour le dessin ? Et quel en a été l’élément déclencheur ?

Annelore Parot : J’ai toujours dessiné, en sixième je voulais être styliste, ensuite j’ai voulu être architecte, jusqu’à ce que je fasse un stage et que je constate que je ne voyais pas dans l’espace ! Un vrai problème quand même !!

Quand j’étais enfant je dessinais tout le temps, quand un personnage me plaisait je le refaisais en boucle, pendant des semaines, tout le temps le même ! Jusqu’à pouvoir le dessiner sans réfléchir.

Et puis je passais à un autre et ça recommençait. C’est une façon de prendre confiance, d’exercer sa main.

Mes cahiers de textes et classeurs étaient couverts de dessins, j’illustrais mes cours, pour les apprendre. J’ai toujours dessiné, j’en ai besoin, comme un sportif va faire son jogging !

Lune & Plume : J’ai découvert en farfouillant sur internet, que votre passion pour les kokeshis est née au détour d’une brocante et ce fut un coup de cœur. Souhaitez-vous partager avec nous ce souvenir ?

Annelore Parot : C’est vrai que la première fois que j’ai vu une Kokeshi c’était dans une brocante, elle était dans une caisse, cassée, poussiéreuse, ancienne et en bois brut, c’est son petit air doux qui m’a attiré ! Je l’ai ramenée chez moi, et j’ai fait des recherches sur internet, je savais qu’elle venait du Japon à sa fleur de cerisier sculptée, j’ai découvert que ça s’appelait une Kokeshi, mais surtout qu’il y en avait de toutes sortes, j’en ai commandé sur un site japonais, et quand elles sont arrivées, j’ai fait des tableaux, je les ai dessinées, et puis je me suis éloignée du modèle et j’ai commencé à dessiner une grosse tête ronde, avec des cheveux très noirs et volumineux, et un rectangle pour le corps. J’ai toujours mis du motif textile dans mes illustrations, et en voyant ce rectangle unis, j’ai eu envie de le remplir de motif.

Une grosse tête sur un rectangle de tissus, c’est comme ça que sont nées mes Kokeshi !
Et vous ne devinerez jamais ? Je me suis mise à en dessiner des dizaines, en boucle ! Finalement on ne perd pas ses bonnes vieilles habitudes !

J’en ai sélectionné quelques unes et je les ai envoyées à l’éditrice de Poisson Bulle, pour en faire une collection de stickers pour les chambres d’enfant, pour moi l’aventure s’arrêtait là… Mais Mon éditeur chez Milan a eu un coup de cœur !

Lune & Plume : C’est de cet amour pour ces petites poupées japonaises que sont nées Yumi, Aoki, Emi et Michiko. Dans votre imaginaire, ressemblaient-elles aux dessins d’aujourd’hui ?

Annelore Parot : Oui, elles ont toujours étaient ce qu’elles sont aujourd’hui, ce qui a évolué c’est l’univers dans lequel elles vivent, les décors, les motifs, leur personnalité aussi s’est développée au fil du temps.

Yumi, Aoki, Emi et Michiko ont peu changé, depuis le début j’ai travaillé leurs motifs pour qu’elles soient très différentes, chacune à son univers graphique et coloré. C’est ce qui les identifie.

Lune & Plume : Comment s’est organisée votre rencontre avec les éditions Milan ? Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de travailler avec eux et pourquoi ?

Annelore Parot : J’avais déjà fait un livre (Boucle d’or) avec Christophe Tranchant, éditeur chez Milan, et j’avais rendez vous avec lui pour lui présenter de nouveaux projets, j’avais un carton à dessin plein de bouts d’essais, quand il a aperçu une Kokeshi, il m’a demandé ce que c’était, il a tout de suite vu ce qu’il y avait à faire avec ces personnages, il m’a proposé de faire un livre, m’a donné une carte blanche, c’était un vrai cadeau !
Je pouvais enfin travailler sur les motifs, la répétition…

J’ai travaillé sur ce projet, associant des motifs à des kokeshi, un an après mon premier livre Yumi était terminé, il ne devait y en avoir qu’un, et puis finalement, mon éditeur m’a demandé si je voulais continuer cette aventure, en faire d’autres, j’ai dit oui ! Depuis je travaille sur cet univers, j’ai toujours carte blanche, mes éditeurs me laissent beaucoup de liberté, c’est pour moi un véritable laboratoire d’expérimentation, 7 ans après, je ne m’en lasse toujours pas !

Lune & Plume : Vous avez réalisé plusieurs livres sur les kokeshis, des livres d’ateliers de loisirs créatifs, de la papeterie… Êtes-vous la seule réalisatrice et conceptrice des projets kokeshi ?

Annelore Parot : Les projets naissent de différentes façons, avec mon éditrice Bénédicte Debese, on discute, on parle de tout ce que l’on a en tête, et ensuite on voit ce qui est réalisable ou pas.
Sur les livres de loisirs créatifs, le magazine et les objets dérivés, de nombreuses personnes participent, de la rédaction à la mise en page, c’est un vrai travail d’équipe !

Lune & Plume : Kokeshi, c’est aussi un magazine : Julie Kokeshi qui paraît dans le commerce tous les deux mois (si je ne me trompe pas). Quelle est votre contribution au magazine ? Travaillez-vous également sur la conception des goodies ?

Annelore Parot : C’est la rédaction de Julie Kokeshi qui travaille sur ce magazine, elle me propose un chemin de fer et je le valide, en général, je n’ai rien à redire sur leurs choix ! Je participe parfois aux goodies, de moins en moins, là encore il y a une solide équipe de graphistes qui reprend mes images.

Lune & Plume : Qui dit Kokeshi dit Japon. Avez-vous déjà visité ce pays ? Qu’est-ce qui vous attire le plus dans la culture japonaise ? L’art, les coutumes, la cuisine, la mode ?

Annelore Parot : Ah oui le Japon… J’ai fait mes premiers livres sans y être allée, j’ai lu beaucoup, vu de nombreux documentaires, je me suis imprégnée par tous les moyens possibles.
La première fois que je suis allée au Japon, j’me y suis sentie immédiatement à l’aise, tout me semblait familier et en même temps très éloigné. Je ne peux pas dire ce qui m’attire le plus, tout !! L’architecture délirante de Tokyo, ce mélange de quartier « village » et de mégalopole, la campagne japonaise et ses sous bois couverts de mousse, le Shintô, les jardins secs, la nourriture, l’art bien sur et surtout… Les japonais !

Lune & Plume : A part, ces petites poupées japonaises, vous connaît-on dans un autre registre ? Avez-vous écrit des livres ou fait d’autres illustrations de livres ?

Annelore Parot : J’avais fait plusieurs livres chez Nathan avant les Kokeshi, je travaillais également en presse jeunesse. Je fais beaucoup de chartes graphiques pour des boutiques, je viens de travailler avec Poisson Bulle, sur la charte de Bébé Klorane, il fallait refaire leur identité et proposer un univers graphique, et également tous les produits dérivés (sac à langer, vanity…)

En 2013 est sortie Alice pour les petits, un livre en pop up et animations. J’ai travaillé avec un ami, écrivain, Maxime Rovere, il a fait une adaptation du texte de Nursery Alice de Lewis Carroll. C’était un travail long et qui nous a obligé à se creuser les méninges, mais au final, j’ai appris plein de choses et le résultat semble plaire beaucoup aux enfants !

Actuellement je travaille sur des livres pour les bébés, en collaboration avec une auteure que j’adore ! Je n’en dis pas plus, on avance…

Lune & Plume : Avez-vous des projets kokeshi ou autres en perspective ?

Annelore Parot : Les projets Kokeshi continuent, je viens de terminer des petits livres où j’explique comment dessiner des motifs, je m’aperçois quand je fais des rencontres avec les enfants qu’ils sont, eux aussi, fascinés par les motifs. Je leur donne des astuces, des « trucs » de dessinateur. Les livres doivent sortir en juin, ils seront présenter dans des petites pochettes en toile de riz imprimée.

Lune & Plume : J’ai vu que vous faisiez des dédicaces un peu partout en France. Avez-vous des dates de prévues prochainement ? Viendrez-vous dans le sud prendre le soleil et rencontrer votre public ?

Annelore Parot : J’essaye de faire des dédicaces régulièrement, j’étais à Aubagne en novembre, je viens quand on m’invite ! Et au soleil avec plaisir !

Lune & Plume : Dernière question qui est une tradition au sein de notre blog. Nous sommes de grandes amatrices de chocolats. Pourriez-vous nous confier votre chocolat préféré ?

Annelore Parot : Alors cette question est la plus compliquée de toutes, dire quel est mon chocolat préféré est quasiment impossible ! J’adore le chocolat ! Noir, au lait, blanc, avec des épices, des pistaches… J’en mange tout le temps, en dessinant mes livres !

Je remercie infiniment les éditions Milan de m’avoir mise en contact avec Annelore Parot et merci à cette dernière d’avoir pris le temps de répondre à mes questions indiscrètes.

Moonshine

Share via email
+1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *