Il était fait pour moi de Rebecca Serle

il était fait pour moi

Titre : Il était fait pour moi
Auteur : Rebecca Serle
Éditeur : Black Moon
Date de parution : 24 avril 2013

Résumé

Shakespeare n’a rien compris. Son chef d’œuvre le plus connu ? Complètement à côté de la plaque. Vous voyez bien de quoi je parle, Roméo et Juliette. Cette histoire ne parle pas seulement d’amour. C’est avant tout un drame. Qui a fait des morts. D’ailleurs, ça n’était pas censé se finir comme ça. Si vous lisez attentivement, vous vous apercevrez qu’il y avait déjà quelqu’un dans le tableau avant que Juliette n’arrive. Quelqu’un que Roméo aimait beaucoup. Elle s’appelait Rosaline. De l’avis général, Roméo et Juliette, aveuglés par leur passion, ont été les malheureuses victimes du destin. C’est faux. Juliette n’avait rien d’une douce et innocente jeune fille torturée par la fatalité. Elle savait exactement ce qu’elle faisait. Et Roméo ? Roméo avait déjà une âme sœur, moi. Il était fait pour moi. C’est avec moi qu’il aurait passé le reste de l’éternité si elle n’était pas venue me le prendre. Peut-être qu’alors la catastrophe aurait été évitée. Peut-être qu’ils seraient encore vivants. Et si la plus grande histoire d’amour jamais contée n’était pas la bonne ?

Avis de Melwasul

note 4Ce n’est pas Roméo et Juliette, mais La Tragédie de Roméo et Juliette. Une tragédie. Qui fait des morts. Et pourquoi ? Pour une amourette qui, d’après moi, était plutôt bancale. Regardons les choses en face : leurs deux familles se haïssaient, donc même s’ils avaient survécu, imaginez un peu l’enfer pour organiser les vacances, les anniversaires. Sans compter qu’en l’absence d’amis communs, ils pouvaient toujours faire une croix sur les sorties entre couples. Ils en étaient réduits à rester Roméo et Juliette, Juliette et Roméo, prisonniers à jamais de leur solitude à deux. Peut-être qu’à quatorze ans, on pense que c’est ultimement romantique. Mais ouvrez les yeux : c’est une utopie. Pour ma part, j’ai du mal à imaginer issue plus sordide à une histoire d’amour. D’ailleurs, ça n’était pas censé se finir comme ça. […]

Piou piou je ressors toute chamboulée de ma lecture. Nous avons là une version moderne de Roméo et Juliette. En fait non, ici, ce n’est pas l’histoire de Roméo et Juliette ni celle de Rosaline et Roméo. Non, nous avons une version moderne de l’histoire de Rosaline. Une histoire qui sort du cadre Roméo et Juliette, l’amour fou, plus fort que la haine, plus fort que la mort. Car, et si on refaisait l’histoire ? Et si Shakespeare c’était trompé ? Et si Juliette n’était pas celle que l’on croyait. Et si elle n’était pas la gentille de l’histoire. Et puis, Rosaline, vous y avez pensé à elle ? Tant de points d’interrogations en suspens et ici une réponse sous la forme d’une magnifique romance Young Adult. Alors oui, vous me direz que tout ceci n’est que fiction ! Et alors un peu de magie n’a jamais tué personne non ? Et puis ça fait tellement de bien de lire de telles histoires….

Rosaline, c’est l’oubliée de Shakespeare, le premier amour de Roméo mais dont on ne sait rien de plus, vite oubliée lorsqu’il fait la connaissance de Juliette. Ici, nous avons Rosaline Caplet et Rob Monteg, amis depuis toujours jusqu’à cette fameuse rentrée de terminale. Et si leur histoire prenait un virage à 360 degrés ? Et si leur amitié se transformait, comme une évidence, en un amour profond ? Sauf que pas de Roméo sans Juliette … Juliette Caplet, la cousine de Rosaline. Une partie de la famille de Rosaline qu’elle n’a pas revue depuis de nombreuses années. Et c’est là que le monde de Rosie va s’écrouler. Car c’est bien connu, Juliette et Rob, amour dès le premier regard, Juliette et Rob, coup de foudre le soir du bal (Jeanne et Serge, sortez de mon corps !)(je m’excuse par avance, mais les lecteurs de moins de 20 ans ne peuvent comprendre cette référence hautement culturelle ! :D). Bref, le monde de Rosie s’écroule, trahi le soir du bal par son meilleur ami, par son amour. Pourquoi Juliette (cette SOTB) s’est-elle jetée sur Rob comme ça ? Et pourquoi tant de haine entre la famille de Juliette et les Caplet et Monteg ? Que s’est-il réellement passé ?

Mais peu importe les pourquoi du comment, seul le résultat compte, et ce résultat c’est que Rosie se retrouve le cœur brisé. Mais heureusement, ses amies de toujours sont là pour elle. Il y a d’abord l’inépuisable et épuisante Charlie. Toujours le sourire, le mot pour rire, assez exubérante, le genre d’amie que l’on adore même si parfois on a envie d’appuyer sur le bouton stop. Mais le genre d’amie qui vous pousse à avancer, toujours. Puis il y a Olivia. Olivia la plus discrète, plus douce, l’oreille qui va vous écouter, l’épaule qui va vous réconforter. Il y a également les petits copains de Charlie et Olivia qui nous apportent une sacrée dose d’humour (surtout que le copain d’Olivia, Ben, se trouve être le jumeau de Charlie …).

Et puis, il y a Len. Le clown de la promo, celui un peu à part, celui qu’on dit le mauvais garçon (mais pas un bad boy non plus). Len qui va ouvrir les yeux à Rosie. Len qui va être là pour la relever. Len que Rosie ne pouvait pas voir, mais que Rosie va apprendre à connaître. Len dont on tombe sous le charme immédiatement et qui se trouve être un garçon des plus adorables, un garçon plein d’humour, de douceur et de délicatesse.

Puis, il y a cette dernière partie du roman. Une partie que je n’avais pas vu venir, amené d’une telle manière que j’ai dû relire 3 fois les 3 premiers paragraphes pour être sûre d’avoir bien compris et qui m’ont donné malgré tout les larmes aux yeux. Une partie qui concerne les amoureux maudits, mais une partie dont je ne dirais rien de plus.

On s’attache immédiatement au personnage de Rosaline. Comment ne pas l’adorer ? Comment ne pas se retrouver le cœur en morceaux avec elle ? On adore ses amies. On tombe sous le charme de Len. On déteste immédiatement Juliette. Et on en veut forcément à leur famille. Puis il y a Rob. Rob qui nous fait craquer au début tel Roméo. Mais Rob qu’on a juste envie d’écrabouiller, de réduire en bouillie juste après l’avoir passé à la tronçonneuse. Et le garçon ne s’améliore pas au fil des pages et pourtant, et pourtant, on ne peut s’empêcher, à un moment donner de …. Non je ne dirais rien de plus.

J’ai beaucoup aimé l’écriture de Rebecca Serle qui nous emporte au fil des pages, incapable de lâcher le livre avant la fin. Elle a parfaitement réussi sa réécriture de l’histoire d’amour la plus connue et la plus tragique de notre temps. Autre point positif, elle nous offre ce roman sous forme de pièce de théâtre, ultime clin d’œil à Shakespeare avec des Actes à la place des parties et des Scènes à la place des chapitres.

L’auteure trouve le moyen de nous briser le cœur tout en nous offrant un merveilleux happy end. La culpabilité peut nous briser surtout que parfois, que sommes-nous réellement au milieu de cette multitudes de possibilités ? Est-ce que nos actes changent réellement notre futur ou juste la manière qu’on a d’y arriver ? Est-ce que tout est écrit à l’avance ou avons-nous un quelconque pouvoir sur notre futur et encore plus sur le futur des êtres aimés ? Tant de questions que se pose le livre, tant de questions que l’on se pose. Mais une seule réponse : avancer. Oui toujours avancer quoiqu’il advienne, ne pas renoncer au bonheur, ne pas renoncer à la vie et avancer.

La fin n’a aucune importance, comparée au chemin que l’on emprunte pour y parvenir. […] J’ai compris une chose : le destin, la fatalité ne font pas tout. Ils donnent peut-être le ton, mais ne décident en rien de la suite. Le destin vous a planté quelque part. À vous de trouver votre route et comment la poursuivre. À quel moment enfin tirer le rideau. Shakespeare n’avait finalement pas tort. Il faut simplement garder à l’esprit qu’il y a plusieurs fins possibles à une même histoire.

Théâtrement Vôtre,

Melwasul


Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

11 thoughts on “Il était fait pour moi de Rebecca Serle

  1. Vankrok

    J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre que j ai également lu d’une traite ! Que dire de plus que ce que tu as écrit ? RIEN ! Tu décris exactement mon ressenti ! Une auteure que j ai découverte avec ce bouquin et que j’ai hâte de relire !

    Reply
    1. Vankrok

      C’est à dire que l’on déteste Juliette d’emblée dans ce livre ^^ Pour le coup si qq un préfère Juliette après lecture, je ne comprendrais pas du tout !!!!!!!!!!!!

      Reply
  2. Yasmina

    Je n’ai lu qu’un extrait mais il m’a tout de suite donné envie de le continuer, et ton article n’a fait qu’accentuer cette envie. ^^ Il me reste donc plus qu’à courir l’acheter, étant une fana de « Roméo et Juliette », comment résister ?

    Ps. J’ai moins de 20 ans et je connais t’as magnifique référence, c’est aussi de notre époque (vivre France 5). Jeanne et Serge, coup de foudre dès le premier regard… Bref, je vais me stopper là. Tu m’as bien fait rire en tout cas. Bonne article. 😉

    Reply
    1. Melwasul

      Rien de mieux comme programme que Midi les zouzous (ces sagouins ils l’ont supprimé :'( )

      En tout cas, merci beaucoup por ton petit commentaire et surtout n’hésite pas à revenir me donner ton avis après lecture !

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *