Harry Potter et l’enfant maudit de Jack Thorne, John Tiffany & JK Rowling

30757322Titre : Harry Potter et l’enfant maudit
Auteur : Jack Thorne, John Tiffany & JK Rowling
Éditeur : Gallimard
Date de parution : 14 octobre 2016

Résumé

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il travaille au cœur des secrets du ministère de la Magie.
Marié et père de trois enfants, Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, tandis que son fils Albus affronte le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Quand passé et présent s’entremêlent dangereusement, père et fils se retrouvent face à une dure vérité : les ténèbres surviennent parfois des endroits les plus inattendus.

Le texte intégral de la pièce de théâtre.

Avis de Melwasul

note 4

Étant la Potterhead que je suis, vous vous doutiez bien que je finirais un jour par vous parler du texte intégral de la pièce de théâtre jouée actuellement à Londres. Pièce de théâtre adaptée de l’histoire du sorcier célèbre et mondialement connu sous le nom de Harry Potter. Et c’est là que je vais faire ma petite minute ronchon : NON cette pièce de théâtre n’est pas le huitième tome de la série comme j’ai pu le lire à tort et à travers. D’abord, ce n’est pas un roman, mais bien le script de la pièce de théâtre. Ensuite, cette pièce de théâtre n’a pas été écrite par JK Rowling mais bien par Jack Thorne et John Tiffany ! JK Rowling en est la productrice, elle y a donné son accord, elle a eu un droit de regard dessus évidemment (comme tout ce qui est estampillé JK Rowling’s Wizarding World) mais ELLE NE L’A PAS ECRIT ce script. Je me répète : elle ne l’a pas écrit ! Comment peut-on décemment parler de 8ème tome ? Cela me dépasse totalement. Je préfère à la rigueur que l’on parle de 8ème histoire mais même là, ça me fait tiquer. C’est juste une pièce de théâtre, librement inspirée de l’univers de JK Rowling, avec son accord, qui reprend des personnages bien connus de tous mais ce n’est clairement pas un huitième roman écrit par la maman de Harry !

Voilà, j’ai fini mais une fois que l’on a bien compris que non, ce n’est pas un huitième tome mais bien le script d’une pièce de théâtre et donc un texte qui a été écrit pour être joué au théâtre, qui est fait pour vivre devant un public, dans des décors époustouflants alors nous pouvons déguster ce petit cadeau offert à tout Potterhead qui se respecte. La pièce se déroule dix-neuf ans plus tard et commence exactement là où nous avions quitté Harry, Ron et Hermione, sur les quais de la voix 9 ¾, disant au revoir à la nouvelle génération, lors de l’épilogue de Harry Potter et les Reliques de la Mort. Une nouvelle génération, qui, tout comme leurs parents, ne va pas pouvoir s’empêcher de se fourrer dans les ennuis. L’histoire suit Albus Severus, le second fils de Harry et Ginny, qui va, avec Scorpius Malefoy (le fiston de Drago), partir à la recherche d’ennuis en voulant faire le bien et à eux deux, ils risquent fort de changer le monde à jamais, faisant revenir Vous-Savez-Qui.

Nous retrouvons donc Harry, Ron, Hermione, Ginny, Drago, … dans leur vie de famille, leur vie d’adultes, avec leur travail et finalement, ils ont tous changés sans vraiment changer. Les auteurs restent assez fidèles à ce que je me disais qu’ils auraient pu devenir même si celui qui m’a finalement le moins convaincue est Ron que j’ai trouvé particulièrement lourd par moment. J’ai aimé voir que même si Harry s’en est sorti, qu’il est heureux en famille, épanoui dans son travail, il reste marqué par son enfance, par ce qu’il a vécu et que cela marque profondément sa relation avec Albus Severus. Et finalement, ces défauts que nous pouvons apercevoir chez Harry sont assez fidèles aux défauts de son adolescence et se retrouvent complètement chez son fils. Un fils qui quoiqu’il en dise et en pense à cause de son conflit avec son père lui ressemble énormément. La même volonté, le même sens du sacrifice, du besoin de réussir seul, de pas oser compter sur ses amis, le même côté un peu « je suis le plus malheureux au monde », le même sens de l’amitié aussi et le même talent pour s’attirer les ennuis et faire ce qu’il ne fallait pas faire !

J’ai adoré retrouver des personnages plus secondaires, le Ministère de la Magie, Poudlard, son château, son parc, ses élèves, ses professeurs (même s’il en manque), son ambiance. Alors certes, ce n’est pas la même magie qu’avec les livres, il y a beaucoup moins de descriptions mais nous connaissons déjà par cœur tous ces lieux donc notre imagination travaille très bien toute seule. C’est comme retrouver sa maison d’enfance après l’avoir quittée trop longtemps, c’est retrouver un petit cocon tout doux, tout douillet, un sentiment de sécurité. Et puis, il y a cet élément de l’histoire qui nous permet de voir plusieurs choses possibles et nous permet de retrouver certaines personnes si chères à nos cœurs et à qui nous n’avons pas eu le temps de dire au revoir (honnêtement, qui n’a pas eu les larmes aux yeux en retrouvant un certain Snape et en lisant ce qu’il dit à Scorpius ?)(non parce que moi j’étais à deux doigts de craquer !).

Comme avec les livres les émotions sont bel et bien présentes. J’ai eu les larmes aux yeux devant certains passages, j’ai gloussé devant d’autres, j’ai été émue, j’ai eu peur (pas trop parce que bon, je me doutais bien que tout allait rentrer dans l’ordre). Mais vraiment, j’ai retrouvé le même humour et les mêmes émotions que dans les romans, l’esprit est resté fidèle à ce qu’avait fait JK Rowling. Certes, pour les supers fans qui connaissent par cœur les romans, ses personnages, il y a un certain nombre d’incohérences, il y a des manques, des personnages que l’on aimerait plus voir, des choses en désaccord avec ce qu’il se dit dans les précédents tomes, des personnages un peu différents mais ce script, je ne l’ai pas lu comme une suite directe, comme un huitième roman mais comme un cadeau qui me permettait de prolonger la magie et donc ces incohérences, j’ai presque envie de dire que je m’en moque complètement, j’ai eu ce que je cherchais malgré un côté un peu fanfic (écrit avec talent). J’ai eu les étoiles, j’ai eu la magie, j’ai retrouvé mes meilleurs amis, j’ai fondu pour leurs enfants (avec un méga, méga, méga énorme coup de cœur pour Scorpius qui est peut-être le vrai héros de cette histoire, encore plus qu’Albus, il est hyper touchant, il est drôle, il est gentil, il est généreux, … Bref je l’ai adoré). Un très bel hommage à cette saga et à ces personnages qui nous ont tant donné !

Maintenant je n’ai qu’une envie : avoir la chance un jour de pouvoir admirer cette pièce de théâtre !

Eternellement Vôtre,
Melwasul

PS : Quelques petites informations pour ceux qui prédisaient la fin de Harry Potter, de son succès et qui prévoyaient à d’autres séries (dont on en n’entend plus parler) le même succès : Harry Potter et l’enfant maudit c’est : 1,2 millions d’exemplaires vendus au Royaume-Unis, 3,8 millions d’exemplaires aux États-Unis, 600 000 tirages en France et est en tête des ventes depuis sa sortie (260 000 ventes rien que le premier week-end). Et sinon, Harry Potter, c’est plus de 450 millions d’exemplaires vendus à travers le monde (28 millions en France) en pratiquement 20 ans dans plus de 200 pays et 79 langues. Ce sont aussi huit films au succès planétaire, des tonnes de livres dérivés absolument splendides (je dois vous parler prochainement de ma bible : Des romans à l’écran). Mais surtout, ce sont des millions de fans (Potterhead, Always) qui ont grandi avec cette saga, et qui, des années plus tard, maintenant adultes, sont toujours fascinés par l’univers unique qu’a créé JK Rowling et qui sont prêts, à n’importe quel moment, à y remettre rien qu’un orteil pour rêver quelques instants que ce soit en relisant avec amour les romans, en se délectant pour la centième fois des films (malgré tous les reproches qu’ils peuvent leur faire), en en prenant pleins les yeux devant une spectaculaire pièce de théâtre, en en dévorant le script ou en attendant avec impatience la sortie de nouveaux films : Les animaux fantastiques.

Non, Harry Potter et son univers ne sont pas qu’une histoire de business comme j’ai pu le lire par endroit. Non, c’est l’histoire de fans pas qui ne sont pas prêts d’abandonner tout le bonheur que leur a apporté JK Rowling et ses amis, des fans qui n’ont pas envie d’arrêter de rêver et les faire rêver, personne n’y arrive mieux que JK Rowling …

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

2 réflexions au sujet de « Harry Potter et l’enfant maudit de Jack Thorne, John Tiffany & JK Rowling »

  1. Drunkenness Books

    Je suis impatiente de le lire ! Je l’ai acheté en VO cet été mais il est encore dans ma PàL. Après avoir vu ta chronique, il ne le restera plus longtemps !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *