Frieda : la Véritable Histoire de Lady Chatterley de Abbs Annabel

frieda
Titre : Frieda : la Véritable Histoire de Lady Chatterley
Auteur : Abbs Annabel
Éditeur : HC éditions
Date de parution : 02 Avril 2020

Résumé

L’histoire extraordinaire de Frieda von Richthofen, épouse de D. H. Lawrence et l’inspiration réelle pour l’amant de Lady Chatterley.

Allemagne 1907.
L’aristocrate Frieda von Richthofen a épousé le professeur d’anglais Ernest Weekley. En visite chez ses sœurs à Munich, elle est captivée par une ville pleine d’idées de révolution et d’amour libre, et, aiguillonnée par la rivalité entre frères et sœurs et le besoin d’être plus que mère et épouse, Frieda se lance dans une aventure passionnante qui est son éveil sensuel et intellectuel.

Angleterre, 1912
Piégée dans son mariage avec Ernest, Frieda rencontre le jeune écrivain sans le sou mais ambitieux D. H. Lawrence. Leur affaire scandaleuse et leur relation tumultueuse déchaînent une effusion créative qui change à jamais le cours de la littérature.
Mais pour Frieda, cet accomplissement se fait au prix d’un terrible coût personnel pour la maison et la famille.

Avis de Stéphanie

note 5

MJ’attendais beaucoup de ce roman lorsque je l’ai sélectionné dans le cadre de la Masse Critique de Babelio. J’en attendais tellement que je crains de me retrouver dans une situation complexe oscillant entre le coup de cœur et la déception. Cela peut paraître étrange, j’en conviens.

Le personnage de Frieda me fait beaucoup penser à Emma Bovary : affublée d’un mari qu’elle ne supporte plus, dévastée par l’absence de passion, négligée par les hommes qui l’entourent, désireuse de briser son quotidien morne et grisâtre, etc.
De fille, Frieda est devenue épouse puis mère. Elle répond, depuis toujours, aux attentes de ceux dont elle dépend. Enclavée par tous ceux qui pensent pouvoir décider pour elle de ce qui lui convient le mieux, elle se retrouve systématiquement enfermée. La cage dorée et la serrure changent, la captive reste la même.

C’est dans son rôle de mère que Frieda trouve la force de continuer. Ses enfants sont sa raison d’être, et tout particulièrement Monty, son fils.
Mais, pour pouvoir reprendre les rênes de sa vie, elle va sacrifier grand nombre de choses. Frieda veut exister sexuellement et intellectuellement.

Les hommes qu’elle rencontre sont visiblement épris de sa beauté, de ce qu’elle représente pour eux mais, finalement, bien peu de ce qu’elle est intrinsèquement.
Elle est toujours indispensable pour eux : réaliser une utopie, un roman, etc.
Frieda se perd, elle souffre terriblement et j’ai eu beaucoup de peine pour elle. Elle n’aspire à rien d’autre qu’à exister librement et chaque choix qu’elle fait, chaque décision qu’elle prend, l’enferme et la condamne davantage aux yeux de ses parents et ses sœurs, de son mari et sa belle famille, de ses enfants même.
Voila un très beau roman qui laisse un goût amer.

Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *