Fleurs sauvages de Kimberley Freeman

Fleurs sauvages
Titre : Fleurs sauvages
Auteur : Kimberley Freeman
Éditeur : Charleston
Date de parution : 09 mars 2015

Résumé

« Il y a deux sortes de femmes : celles qui agissent, et celles qui se laissent faire. Essaie de faire partie de la première catégorie. »
Glasgow, 1929
Beattie Blaxland avait des rêves. De grands rêves. Elle rêvait d’une vie remplie de mode et d’étoffes. Ce dont elle n’avait jamais rêvé, c’était de tomber enceinte de son amant, un homme marié, à la veille de son dix-neuvième anniversaire.
Londres, 2009
Emma Blaxland-Hunter vivait son rêve. Danseuse étoile au Ballet de Londres, elle avait tout… jusqu’au jour où elle a tout perdu.
Des décennies les séparent mais les deux femmes devront trouver la force de reconstruire leur vie. Un héritage les mènera au coeur des terres australiennes, à Wildflower Hill, la colline aux fleurs sauvages, là où une femme peut apprendre à se relever et découvrir ce qu’elle veut vraiment.

Avis de Melwasul

note 4

Après le sublime Moloka’i d’Alan Brennert, je crois bien que je tiens mon nouveau coup de cœur aux Editions Charleston (et ce n’est pas qu’à cause de sa sublime, sublime couverture !). Je pensais mettre un bon moment avant de le finir et finalement, il a à peine duré deux soirées tellement j’étais incapable de le lâcher.

Ce roman, c’est un roman à deux voix. Celle de Beattie qui nous raconte sa vie (et quelle vie) à partir des années 30 et celle d’Emma, sa petite-fille, en 2009. Deux voix liées par le sang, aux parcours si différents et pourtant unis par un même amour, celui d’une Terre, d’une demeure : Wildflower Hill.

D’abord, je vais vous parler de l’histoire qui m’a le plus marquée, qui m’a émue aux larmes, qui a forcé mon respect. Cette histoire, c’est celle de Beattie. Beattie qui, dans les années 30, a tout quitté pour fonder une famille avec l’homme qu’elle aime : ses parents, ses amis, son pays. La voilà qui quitte son Ecosse natale, qui déménage de l’autre côté de la planète, en Australie, seule, isolée par son homme, perdue dans des difficultés financières, avec une petite fille à élever. Jusqu’à ce qu’elle se révolte, prenne ses clics et ses clacs, et se bagarre pour donner le meilleure à sa famille loin de l’homme qui l’a détruit. C’est ainsi qu’elle finira par récupérer Wildflower Hill. Mais alors qu’elle pense pouvoir finir par s’en sortir, le sort est loin d’en avoir fini avec elle.

Mais à chaque fois, elle se relèvera, plus forte que jamais. Et elle continuera à se battre pour ce qu’elle veut, pour ce qu’elle pense, pour ce qu’elle croit. Il y a peut-être une seule fois où elle va finir par abandonner. Une seule fois qui changera sa vie à jamais. Un choix qu’elle regrettera toute sa vie mais en n’abandonnant pas, aurions-nous pu suivre les aventures d’Emma ?

Emma, c’est sa petite-fille dont on suit l’histoire en parallèle. Emma, c’est une célèbre danseuse étoile au London Ballet qui va tout perdre en quelques jours : son homme qui la quitte pour une autre et son rêve, sa carrière, à la suite à d’une chute qui bousille son genou. Elle décide donc de retourner chez ses parents en Australie pour faire le point. Elle va découvrir qu’avant de mourir, sa grand-mère chérie avait tout prévu pour le jour où sa carrière s’achèverait et qu’elle hérite de Wildflower Hill, propriété en Tasmanie dont elle n’avait jamais entendu parlé. Et c’est là qu’en découvrant le passé de sa grand-mère, son histoire, ses malheurs et ses bonheurs, elle va petit à petit se reconstruire entourée de nouveaux amis.

Ce pays est un véritable voyage. Voyage dans le temps mais aussi dans une contrée sauvage, mystérieuse et qui sort de l’ordinaire dans la littérature : la Tasmanie. Une île, état australien, dont la seule connaissance que j’en avais c’était Taz (des Looney Tunes)(oui trop la honte). Et à peine y ai-je débarqué (littérairement parlant) que j’ai eu envie d’en savoir plus et que j’ai épluché internet et de photos toutes les plus sublimes les unes que les autres. C’est officiel, je veux y aller pour de vrai !

En dehors de ce voyage, ce sont, aussi, à travers le destin de deux femmes extrêmement touchantes à qui la vie n’a pas fait que des cadeaux, les thèmes des différences de classes sociales, des préjugés, des rumeurs, d’amours interdits, de secrets de famille qui sont abordés ici. Toujours de manière pudique, délicate voire tendre par moment. Sans jamais tomber dans le pathos. Des émotions justes qui nous parcourent à chaque page, nous amènent les larmes aux yeux, nous font sourire et rire, mais surtout qui nous atteignent en plein cœur, de la première à la dernière page.

C’est donc un vrai coup de coeur pour ce roman à deux voix que j’ai eu. L’alternance d’époques et d’héroïnes est vraiment bien réalisée. A chaque changement, j’étais désespérée de ne pas pouvoir avoir de suite le reste des aventures de l’héroïne concernée (j’ai même peut-être râlé à une ou deux reprises)(mais je suis une vraie râleuse alors…) mais dès les premiers paragraphes, j’oubliais ma déception, et j’étais de suite plongée dans cette nouvelle vie.

Des roman(ce)s comme ça, j’en redemande encore et encore. Merci aux éditions Charleston de nous faire découvrir de tels petits bijoux toujours d’une grande qualité.

Taz’ment Vôtre,
Melwasul

coup de coeur

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

2 réflexions au sujet de « Fleurs sauvages de Kimberley Freeman »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *