Envers et contre tout de Stephanie Doyle

couv envers et contre tous

Titre : Envers et contre tous
Auteur : Stephanie Doyle
Éditeur :
Harlequin – Prélud’
Date de parution :
01 février 2014

Résumé

Quand on s’appelle Michael Langdon, qu’on est un célèbre pilote de course et qu’on vit sa vie comme on conduit sur les circuits – à deux cents à l’heure –, on a l’habitude de toujours obtenir ce qu’on veut. Toujours. Mais quand ce que l’on veut s’appelle Madeleine Kate, qu’on l’a embauchée comme consultante en image, qu’elle est aussi belle et intelligente que farouche et obstinée… et qu’on en est tombé follement amoureux, il y a un sérieux hic. Pas question pour autant de s’avouer vaincu : Madeleine est la femme de sa vie, Michael en est totalement sûr. Et il saura la convaincre… envers et contre tout.

Avis de Melwasul

lep-note-plume-2.5Vous commencez sans doute à connaître mes petites faiblesses. Parmi elles, mon amour de la formule et plus en général ma passion pour les sports automobiles. Une passion qui a causé ma perte et l’une de mes grosses déceptions littéraires de cette rentrée. Je vais vous expliquer tout cela plus en détail.

Envers et contre tout me promettait l’histoire d’un (sexy)(bien sûr)(sauf s’ il s’appelle Sébastien Vettel)(mais regardez un Webber ou un Räikkönen)(bref je m’égare là) pilote de formule 1. Autant dire que j’étais aux anges. Qui me disait pilote sexy, me disait coulisse du monde automobile, courses, adrénaline, sexitude, … et romance. Sauf que voilà, notre pilote, Michael Langdon, est un ANCIEN pilote de formule 1 ! Et ça, ça change tout ! Adieu pit lane, adieu courses, adieu compétition, adieu adrénaline (ne vous inquiétez pas, on ne dit pas adieu à la sexytude)(ouf). Après cette découverte qui m’a fait hurler de rage (enfin pas quand même mais presque), je me suis empressée de retourner le bouquin pour relire et relire encore la quatrième de couverture pensant que j’avais la berlue et que dans mon empressement j’avais rayé le «ancien» avant pilote. Et j’ai la preuve que je ne suis pas folle, je cite : « … on est un célèbre pilote de course … ». Pas d’ «ancien» ! Bon je sais un pilote reste un pilote pour la vie mais dans une lecture ça change TOUT (ou presque). Donc je suis grave méchamment en colère après la personne qui a fait le résumé (a-t-elle seulement lu le bouquin ?). Voilà zut alors, j’avais dit que je restais calme mais je suis en colère ! Passons donc à l’histoire.

Michael Schumacher, euh pardon, Langdon (la force de l’habitude), notre ANCIEN pilote de formule 1 (pour une écurie autrichienne)(histoire de pas faire de la pub pour RedBull dans le bouquin)(mais moi, même pas peur !) a créé un concept car révolutionnaire qu’il souhaite faire construire à grande échelle et moindre frais pour qu’il soit accessible pour l’américain moyen. Mais pour cela, il a besoin du soutien d’une des quatre grandes pointures du secteur automobile américain. Ce qui ne va pas être facile d’obtenir quand on traîne derrière lui pas mal de valises (prison, argent, femme, scandale, noceur, …). Il a besoin d’aide pour se reconstruire une certaine image. C’est là que la mystérieuse Madeline Kate va entrer en jeu dans les coulisses (Madeline qui malheureusement n’échappe pas à l’un des traits à mourir de rire de l’héroïne de romance : des yeux violets)(personnellement, j’attends toujours d’en croiser)(je vous l’épargne mais nous avons la description de Madeline par Michael sur 3 paragraphes et c’est juste à en pleurer ^^). Madeline qui a créé le scandale voilà sept ans (chapeau Harlequin pour la publication du bouquin qui résonne de manière géniale avec l’actualité du moment, cela m’a bien fait sourire ^^). Un scandale qui l’a poussé à se cacher et à ne pas vouloir sortir de l’ombre. Entre Michael qui cache de lourds secrets (d’ailleurs à ce sujet, moi je dis non mais toujours plus dans le dramatique)(même si là, c’est de l’inédit pour moi dans une romance) et Madeline qui se croit coupable de tout ce scandale, je peux vous dire qu’ils sont pas sortis de l’auberge (enfin du garage plutôt).

Et sinon je ne sais pas trop quoi dire d’autre à part si je veux vous résumer toute l’histoire. On a là un roman sympathique, agréable à lire, rapidement mais rien de transcendant. Du basique quoi (oui je sais c’est ma déception qui parle). J’ai passé un bon moment même si les deux zigotos m’ont un peu tapé sur les nerfs, un peu de conviction et de discussion leur auraient évité quelques larmes et quelques errements … Vous passerez quand même un bon moment, surtout que vous êtes prévenus, pas de formule 1 ici (ô désespoir !), vous ne serez donc pas déçus ! Mais bon si vous avez autre chose à lire à la place …

Trompeusement Vôtre,

Melwasul

PS : pour ce qui est de la voiture révolutionnaire, c’est bien entendu une voiture propre sauf qu’en plus elle parle, elle conduit toute seule, elle est hyper intelligente et s’appelle Irène (beurk). Sauf que moi vu tout ce qu’elle fait, je pense que son nom est plutôt KITT (pour les plus jeunes toutes mes excuses pour cette référence mais vous avez raté une des séries les plus géniales !).

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

6 réflexions au sujet de « Envers et contre tout de Stephanie Doyle »

  1. Cindy

    Oh mon dieu Kitt! Tu remues des souvenirs là !!!
    Bref. Pour les yeux violets, moi aussi,j’attends d’en croiser en vrai. Faudrait peut-être lancer un casting ? ^^ (Je sais, poussez pas, je sors!)
    Chouette billet et je compatis pour la frustration !

    Répondre
    1. Melwasul

      KITT <3 <3 c'est comme Bumblebee, je les veux toutes les deux (surtout la dernière version de 2008 ou 2009)

      Les yeux violets je cherche je cherche mais en tout cas en romance c'est très fréquent ^^

      Répondre
    1. Melwasul

      Pourtant il y en a des vraiment sympa chez Prelud et Best Seller et les Mosaic sont véritablement excellents (c’est eux qui font les 2/3 des Higgins en France <3 )

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *